Les opticiens jouent-ils le jeu des lunettes 100% remboursées ?

La réforme du 100 % santé permet aux patients de se procurer des lunettes sans débourser un euro. Pourtant, cette mesure peine encore à se mettre en place.

Margot Zaparucha
Rédigé le , mis à jour le

Depuis le 1er janvier 2020, la réforme du 100% santé permet aux patients disposant d'une complémentaire santé d’accéder à des soins sans reste à charge en optique, en dentaire et en audition. Mais dans les faits, cette réforme peine encore à se faire connaître des usagers. 

A lire aussi : Optique : le casse-tête du zéro reste à charge

"Rassurer sur la qualité" de ces lunettes

Les montures de l’offre 100% santé coûtent maximum 30 euros. Quant aux autres modèles, les prix montent rapidement. Pour Richard George, opticien dans le 11e arrondissement de Paris, la différence de prix se justifie par le matériel des montures :  "qualitativement on va vraiment ressentir la différence entre un modèle en acétate qui est vendu ici, et un modèle du reste à charge 0.”  

Une justification qui ne convainc pas les associations de patients, qui demandent plus de communication sur la réforme : "C’est dans un premier temps, une communication accrue envers les usagers de ce qu’est l’offre 100% santé, de la qualité, les rassurer aussi sur la qualité des produits", expose Féreuze Aziza, conseillère technique Assurance Maladie, France Assos Santé. 

"Certains patients renoncent à des verres progressifs"

En 2020, seuls 16% des Français se sont tournés vers des montures ou des verres entièrement pris en charge.  D'autres préfèrent renoncer à certaines corrections pour ne pas tourner de l'oeil devant une addition trop salée.

"Quand ils achètent des lunettes, ils renoncent à les acheter de façon suffisamment fréquente, ils renoncent à des verres progressifs, ils renoncent à des traitements sur leurs verres, pour faire baisser la valeur des équipements qu’ils achètent", déplore Diego Magdalenat, fondateur de la boutique Droit de Regard.