1. / J'ai mal…
  2. / Au dos

Back side : une expo qui dévoile notre dos

Tous les couturiers se sont passionnés pour le dos, cette large surface qui leur permettait d’exprimer leur art. Corsets, traines, dos nu...L'exposition Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle à Paris raconte l’évolution de l’habillement du dos mais aussi la libération de la femme.

Rédigé le

Back side : une expo qui dévoile notre dos

Dans notre société obsédée par le visage, parler du dos pourrait surprendre. Et pourtant, cette zone fragile et vulnérable fascine : on ne peut pas le toucher, ni le voir, on l’offre au regard des autres, on craint ce qu’il pourrait se passer derrière lui. Les monarques et les puissants ont longtemps porté la traîne par exemple pour protéger la seule surface d'eux-mêmes qu'ils ne maitrisaient pas. Une façon d'assurer leurs arrières !
Pendant plusieurs siècles, le dos des vêtements a été l’unique emplacement de la fermeture des vêtements féminins mais jamais des vêtements masculins. Pourquoi ? car l'homme est historiquement et socialement indépendant et ne peut être asservi par son vêtement...
Les femmes avaient d'ailleurs besoin de l'aide de leurs femmes de chambre ou de leurs maris pour fermer leurs corsets.
Aujourd'hui encore, sans aucune aide cette fois-ci, les femmes continuent de se contorsionner pour enfiler leurs robes ou leurs lingeries qui se ferment toujours dans le dos.

A la fin de la Première guerre mondiale, les jupes se raccourcissent, les manches tombent et le dos se découvre … La fin du corset sonne la naissance du dos nu ! Une manière pour les femmes de contourner la censure : puisqu'elles n’ont pas le droit de découvrir leur poitrine, elles montrent leur dos. Elles mettent à nu leur colonne vertebrale et le dos devient ainsi un moyen de susciter le désir chez l'autre.

Le dos est aujourd'hui un lieu d’expression apprécié des créateurs. Après l’avoir déshabillé, comme le couturier Guy Laroche en 1972, avec la robe mythique de Mireille Darc dans le film Le grand blond avec une chaussure noire, certains créateurs ont tenté de le déformer, de le rendre même bossu...  comme les robes de la créatrice japonaise Rei Kawakubo.  

Du sillage d’une traîne de cour à la charge d’un sac à dos, de la sensualité d’un décolleté à la contrainte d’une fermeture, découvrez le vêtement côté pile avec l'exposition Back Side / Dos à la mode au musée Bourdelle à Paris jusqu'au 17 novembre 2019.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr