1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant
  3. / Mort subite du nourrisson

Mort inattendue du nourrisson : le point sur les gestes d'urgence et de prévention

Chaque année, entre 400 et 500 bébés décèdent de façon brutale et inattendue au cours de leur sommeil sans qu'aucun examen ne permette d'identifier la cause de cette mort. Les explications de notre médecin urgentiste.

Rédigé le , mis à jour le

Mort inattendue du nourrisson : le point sur les gestes d'urgence et de prévention

C’est un drame qui reste rare, et le nombre de décès a beaucoup diminué à partir des années 90, depuis qu'on demande de ne plus coucher les nourrissons sur le ventre. Il y a malgré tout encore environ 500 décès chaque année et il est important d’en parler encore et nécessaire surtout de rappeler les messages de prévention essentiels.  

Quand parle-t-on de mort inattendue du nourrisson ?  

Mort inattendue du nourrisson (MIN) sont vraiment 3 mots qui terrifient parce que cela touche un nourrisson qui est supposé aller bien et être en pleine santé et qu’on va retrouver inanimé, ou malheureusement décédé, la plupart du temps dans son sommeil. Cela survient dans 90% des cas avant l’âge de 6 mois, même le plus souvent vers 3-4 mois mais il faut être vigilant jusque 1 an ½ -2 ans. 

Quelles sont les causes ?  

Quand cela survient, on va toujours proposer aux parents de chercher une cause, et on va souvent retrouver une ou plusieurs explications. Il y a beaucoup d’histoires infectieuses, une petite infection respiratoire, des histoires cardiaques ou d’autres pathologies non dépistées, une inhalation ...  

Il y a également un grand rôle des facteurs de risque environnementaux, notamment les habitudes liées au couchage du bébé, qui peut être la cause unique ou qui peut avoir jouer un rôle associé.  

On sait surtout que le nourrisson est fragile, le fonctionnement de son cerveau est encore immature, et la quasi-totalité des arrêts cardio-respiratoires chez l’enfant sont liés en premier lieu à un problème respiratoire. 

Que faire si un bébé ne respire plus, s’il ne réagit pas ?

  • La première chose est de comprendre ce qu’il se passe.  
    - On va stimuler l’enfant en l'appelant, avec des mouvements.
    - On appelle à l’aide.
    - Il faut l'installer sur une table.
     
  • Il faut ensuite libérer les voies aériennes.
    - Chez le nourrisson, il faut positionner la tête droite.
    - Si le bébé est inanimé, sans tonus, la tête et la langue qui tombent, l’air ne peut donc pas passer.
     
  • Vérifier qu'il n'y ait pas d'objet dans la bouche.
     
  • Évaluer s’il respire : se pencher, écouter, regarder.
    - S’il respire, le mettre en PLS, les voies aériennes et le nez dégagés.
    - S'il ne respire pas ou de manière inefficace, faire 5 insufflations = bouche à bouche-nez chez le nourrisson.
     
  • Reprise de signes de vie.
    S'il n'y a pas de signes, débuter la réanimation cardiopulmonaire. 15 compressions thoraciques et 2 insufflations.
     
  • Appeler les secours. 

Si on est seul , il faut continuer quelques cycles et alerter les secours tout en continuant à masser. A deux l’un va appeler dès le début. Au téléphone, le SAMU va pouvoir guider sur les gestes à faire (haut parleur), réanimation cardiopulmonaire (RCP) jusqu’à l'arrivée des secours. 

Pour tout arrêt cardio-respiratoire, ce sera les mêmes gestes quelle que soit la cause (cela peut aussi arriver suite à un accident domestique, une noyade, un étouffement, ou suite à un grand malaise). Il faut surtout avoir en tête que chaque minute compte et il faut commencer les gestes de premiers secours AVANT que les secours n’arrivent. 

Messages de prévention

Savoir comment réagir c’est bien mais comme ce n’est malheureusement pas toujours suffisant, voici les conseils de prévention. Ces conseils viennent des études, des interrogatoires des familles, des autopsies. Des facteurs de risque sont souvent retrouvés.  

Conseils pour prévenir les MIN concernant avant tout le couchage du bébé :  

  • Position du couchage  : toujours sur le dos, jamais sur le ventre car il existe un risque d’étouffement et un risque d’hyperthermie. Ce qui ne veut pas dire bloquer le bébé, c’est normal qu’il bouge un peu. Il faut d’ailleurs l’habituer à bouger et à se tonifier. En journée on peut le mettre sur le ventre sous notre surveillance pour qu’il apprenne à relever sa tête ... 
  • Un lit sans danger est un lit épuré. Le bébé doit être dans sa gigoteuse, sur un matelas ferme, sur le dos sans rien d’autre, pas de couette, pas d'oreiller, pas de tour de lit ni de cale bébé ... 
  • Un doudou pour s’endormir puis l’éloigner ensuite.
  • Être sûr qu’en permanence le bébé puisse respirer et qu'il ait le nez dégagé.
  • Environnement du couchage. La température de la pièce doit être entre 18-20°, s'il fait plus chaud ou l'été ou s'il a de la fièvre, il faut le deshabiller, le mettre en body dans une turbulette ou en couche.
  • Si le bébé est malade, bien nettoyer le nez, c’est le traitement principal, comme en ce moment avec les rhinites et bronchiolites.
  • Le co-sleeping pour installer le bébé dans la chambre des parents est possible, mais jamais de Co dodo c’est-à-dire pas de partage du lit (l'enfant peut avoir trop chaud, peut s’enfouir, être un peu écrasé sous un bras et les parents fatigués ne s'aperçoivent de rien …) 

Un dernier message.... 

Zéro tabac pendant la grossesse et dans l’environnement, cela majore le risque de mort inattendue du nourrisson. 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr