Le covid pourrait altérer la qualité du sperme

Les hommes qui ont eu le covid auraient des spermatozoïdes moins mobiles, moins concentrés et plus altérés, selon une étude. Des résultats à confirmer avant d’établir un éventuel lien entre covid et fertilité.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration. Spermatozoïdes.
Image d'illustration. Spermatozoïdes.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Tatiana Shepeleva

Les hommes qui ont eu le covid sont-ils moins fertiles que les autres ? Selon une étude allemande publiée le 29 janvier 2021 dans la revue scientifique Reproduction, le coronavirus pourrait altérer la qualité du sperme des hommes qui l'ont contracté. Reste à savoir si tous les hommes sont concernés, et combien de temps.

Deux fois plus d’inflammation

L'équipe de chercheurs de l'université Justus-Liebig (Giessen, Allemagne) a analysé régulièrement pendant deux mois le sperme de 84 hommes âgés de moins de 40 ans. Ils avaient tous été infectés par le coronavirus et avaient en majorité déclaré une forme grave de la maladie. Les chercheurs ont ensuite comparé leurs analyses avec celles menées sur 105 hommes qui n’avaient pas contracté la maladie.

Résultat : chez les hommes malades du covid-19, les marqueurs d'inflammation dans les spermatozoïdes étaient deux fois plus élevés que chez les hommes du groupe témoin.

A lire aussi : Covid-19 : le virus retrouvé dans le sperme de patients

Des spermatozoïdes moins mobiles

Et ce n’est pas tout : la concentration en spermatozoïdes et leur mobilité étaient "nettement moindres". De même, les chercheurs ont compté beaucoup plus de spermatozoïdes avec une forme altérée parmi les participants atteints de covid.

Autant d’altérations qui correspondent à un état d'"oligoasthénotératospermie, qui est l'une des causes les plus fréquentes de l'hypofertilité chez les hommes", s’inquiètent les chercheurs.

"Ces résultats constituent la première preuve expérimentale directe que le système reproductif masculin peut être ciblé et affecté par le covid-19", concluent-ils.

Une inflammation secondaire

Mais comment expliquer ces résultats ? Tout d’abord, il est peu probable que les cellules reproductives elles-mêmes soient touchées par le virus, selon les premières analyses menées. Mais l’inflammation que le virus provoque dans l’organisme, parfois jusqu’à l’orage cytokinique, pourrait entraîner une inflammation des testicules. C’est ce que détaille une étude chinoise, également publiée dans Reproduction, qui s’intéresse à l’impact théorique du covid sur la reproduction masculine.

C’est cette inflammation secondaire qui pourrait être associée à un stress oxydatif, un dérèglement notamment déployé par l’organisme pour combattre les virus. Cet état aurait alors un impact négatif sur la formation des spermatozoïdes (la spermatogenèse) et la production d'hormones dans les testicules.

Fièvre et médicaments aussi impliqués ?

Indépendamment de l'action du coronavirus, "nous savons déjà que la fièvre peut avoir un impact négatif sur la production de sperme, quelle que soit la maladie qui l'a causée", note aussi auprès de l’AFP Allan Pacey, spécialiste de la fertilité masculine à l'université de Sheffield (Royaume-Uni).

Autre possibilité : ce n’est pas le virus lui-même mais les traitements qui ont eu un effet sur le sperme. Ainsi, les corticostéroïdes (reçus par 44% des participants à l’étude allemande), et les antiviraux (reçus par 69%) sont suspectés d’avoir un impact négatif sur la qualité du sperme, rappellent les auteurs de l’étude.

"Ne pas s’alarmer outre mesure"

"Les hommes ne doivent pas s'alarmer outre mesure" rassure néanmoins Alison Campbell, embryologiste pour le groupe britannique Care Fertility, qui n’a pas participé à l’étude. "Il n'y a pour le moment aucune preuve établie de dommages à long terme causés par le covid-19 au sperme ou au potentiel de reproduction masculin", précise-t-elle à l’AFP.

D’autres études menées à plus long terme et sur un plus grand nombre de patients sont encore nécessaires pour confirmer ou non cette observation.