Un piercing dans la langue pour commander son fauteuil roulant

Un piercing dans la langue pour commander son fauteuil roulant

Une équipe scientifique américaine du Georgia Institute of Technology a conçu un dispositif étonnant d'assistance aux personnes tétraplégiques, fixé sur la langue. L'accessoire permet la commande à distance de leur fauteuil roulant, de leur téléphone ou souris d'ordinateur. Cette révolution, en phase expérimentale, permettrait aux personnes dépendantes de pratiquer des gestes de la vie quotidienne qu'ils ne peuvent pas faire et de gagner ainsi en autonomie.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le piercing commande à distance un fauteuil roulant

On pourrait croire à un bijou de langue, mais la fonction première de cet accessoire n'est pas esthétique ! L'idée est assez judicieuse. Ce dispositif, baptisé "Tongue Drive System" (TDS), a été mis au point par l'équipe du Pr Maysam Ghovanloo, responsable de l'étude.

Ce plot magnétique percé dans la langue n'est rien d'autre qu'une télécommande sans fil pour porter assistance aux personnes handicapées. Le TDS peut commander à distance une chaise roulante, les touches d'un clavier téléphonique tactile ou une souris d'ordinateur, en utilisant la motricité volontaire de la langue.

La conception de ce produit a été pensée pour venir en aide aux patients tétraplégiques, ne pouvant plus avoir recours à l'utilisation de leurs mains pour des actes de la vie quotidienne.

Une fois posée sur la langue, ce "piercing" aimanté est manipulé par la langue de la personne handicapée qui va pouvoir établir un certain nombre de manoeuvres comme on utiliserait une télécommande. Un casque porté par le patient détecte les mouvements de l'aimant et permet ses déplacements par une connexion sans fil relié à un smartphone. Par exemple, si le patient touche sa dent en bas à droite avec l'aimant, le casque détecte cette information et fait tourner le fauteuil vers la droite.

Dans cette étude, onze personnes tétraplégiques ont appris rapidement à utiliser le TDS pour piloter leur fauteuil roulant à travers un parcours d'obstacles et pour faire fonctionner un ordinateur.

Pourquoi la langue ? "C'est discret, facile à manier et flexible", explique le Pr Ghovanloo. "La plupart des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière ou de maladies neurologiques peuvent toujours bouger la langue qui est un muscle volontaire. La langue est par ailleurs infatigable", conclut-il.

Trois fois plus performant que les technologies traditionnelles

Le dispositif "sip-and-puff" (SnP), ancêtre du TDS, permet déjà d'établir la fonction de commande de fauteuil roulant par l'insufflation ou l'exsufflation d'air dans une paille qui est relié au fauteuil. On peut imaginer que de souffler dans une paille doit être exténuant. L'équipe de scientifiques a pu comparer le TDS au dispositif SnP et a établi que le TDS est trois fois plus performant en terme de vitesse que le SnP, avec une précision comparable.

L'autre avantage du TDS par rapport au SnP est son côté multifonction. Par son mode de gestion à distance, il peut commander plusieurs appareils électroniques à la fois : fauteuil roulant, souris d'ordinateur, téléphone et d'autres appareils. Ce que ne fait pas le SnP.

Grâce aux caractéristiques intrinsèques du muscle de la langue et à la flexibilité du TDS, les personnes avec un déficit moteur sévère pourront se mouvoir plus facilement et plus rapidement qu'avec des technologies traditionnelles d'assistance comme le SnP. A la fin de l'étude, tous les participants ont préféré le nouveau système TDS au SnP. Cette innovation rendra probablement le quotidien des paraplégiques beaucoup plus confortable.

D'autres études sont en cours en vue d'adapter ce dispositif à une population plus large et permettre à terme, la commercialisation du TDS. Le Pr Ghovanloo prévoit également d'ajouter des fonctions pour permettre aux utilisateurs d'allumer la télévision ou la lumière d'un coup de langue.

Source : The Tongue Enables Computer and Wheelchair Control for People with Spinal Cord Injury. Sci Transl Med 27 November 2013: Vol. 5, Issue 213, p. 213ra166, DOI: 10.1126/scitranslmed.3006296