Le clonage de cerveau... c'est du cinéma ?

Le clonage de cerveau... c'est du cinéma ?

Le grand écran regorge d'histoires effrayantes sur un monde où les robots prennent la place des hommes parce qu'ils sont dotés d'une intelligence artificielle. Ce mythe peut-il être projeté dans nos vies ? La science-fiction prendra-t-elle un jour le pas sur le réel ? Jusqu'où pourra-t-on reproduire le cerveau humain ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Des chercheurs japonais et californiens qui ne manquent pas d'ambition se sont lancés dans l'imitation de l'intelligence humaine. Ils ont commencé par ce qu'il y a de plus petit et de plus précieux dans le cerveau, en développant une nano-synapse. Des nano-commutateurs artificiels imitent la synapse biologique.

La synapse est la zone de contact entre les cellules du cerveau, comme les neurones. Les synapses permettent la conversation entre les neurones par des stimulations électriques et des échanges chimiques. Elles sont à l'origine du stockage de la mémoire, de la réflexion et de l'intelligence. Cette innovation technologique est un premier pas vers la reproduction de l'intelligence humaine. A terme, il s'agirait de créer des neurones artificiels, rien de moins !

L'intelligence artificielle dans les réseaux sociaux

"Les réseaux de neurones ont déjà été modélisés en système informatique. Reproduire le stockage de la mémoire comme le ferait un cerveau est bien connu, le problème, c'est le passage vers la biologie qui reste encore beaucoup plus problématique", tempère Anselme Perrier, chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et spécialiste des maladies neurodégénératives.

La médecine s'intéresse pourtant à l'intelligence artificielle (IA), pour essayer de rendre la vue à des malvoyants, par exemple. Une main bionique contrôlée par la pensée vient d'être mise au point par des chercheurs suédois. Des expériences ont également été menées sur des abeilles pour reproduire un insecte volant télécommandé.

Informaticiens et neurologues s'aventurent ensemble

Mais nous sommes encore loins des applications humaines. En fait, l'intelligence artificielle s'immisce là où on ne l'attend pas. Dans ce sens, Anders Sandberg (chercheur en intelligence artificielle à l'Université de Cambridge) nous prévient : "Plus nous maîtrisons la fabrication d'objets automatisés, plus nous leur confions des responsabilités qui étaient jusque-là strictement réservées aux être humains. Les réseaux sociaux par exemple, qui refusent de prendre en compte nos particularités."

La médecine va donc laisser les scénaristes se faire des films encore quelques décennies mais désormais, aucune spécialité n'ignore les autres. Informaticiens et neurologues s'aventurent ensemble dans les méandres mystérieux du cerveau. Au carrefour de l'informatique, de l'électronique, des sciences cognitives, de la biologie et de la médecine, l'intelligence artificielle s'infiltre dans notre quotidien.

Face à ces révolutions technologiques qui flirtent avec le fonctionnement du cerveau humain, l'université de Cambridge a décidé d'ouvrir un centre d'étude dédié au risque existentiel (The Centre for the Study of Existential Risk). Objectif : évaluer les risques qui pèsent sur l'espèce humaine, en matière de bio- ou de nanotechnologies et d'intelligence artificielle.

En savoir plus