L'industrie pharmaceutique se donne bonne conscience
© Shutterstock

L'industrie pharmaceutique se donne bonne conscience

Une vaste initiative internationale, regroupant partenaires privés et publics, dont la Fondation Bill & Melinda Gates, a été annoncée lundi 30 janvier 2012, pour lutter en faveur de l'élimination de dix maladies tropicales. Les laboratoires pharmaceutiques unis ont promis 1,4 milliard de traitements par an.

Géraldine Zamansky
Rédigé le , mis à jour le

C'est "la plus grande action concertée jamais réalisée contre les maladies tropicales négligées", selon Bill Gates, le fondateur de Microsoft, qui était à l'origine de la réunion, lundi 30 janvier 2012, au Royal College of Physicians à Londres. Se sont en effet associés dans un effort commun l'OMS, la Banque mondiale, l'organisme américain d'aide aux pays en développement (USAid), le gouvernement britannique et... treize groupes pharmaceutiques qui vont offrir des traitements gratuits pour les millions de personnes concernées.

Des groupes dont l'expertise psychiatrique ne serait sans doute pas aisée... Dédoublement de la personnalité ? Profil manipulateur caractérisé ? Ou remord sincère expliquant un bref élan de générosité ? L'examen de Novartis par exemple serait particulièrement riche d'ambivalences. Il fait donc d'un côté, partie de ce gentil groupe de treize industriels pharmaceutiques qui vont donner l'équivalent de 785 millions de dollars en médicaments. De l'autre, ce géant du médicament dont les bénéfices en 2011 s'élevaient à près de neuf milliards de dollars, fait un procès en Inde contre l'industrie des génériques sans laquelle les pays du Sud ne pourraient pas se soigner.

Bien sûr, il est impossible de refuser 1,4 milliard de doses de traitements pour lutter contre la lèpre, la maladie du sommeil, celle du ver de Guinée ou encore la maladie de Chagas. Autant de maladies parasitaires tropicales qui provoquent de terribles handicaps (cécité, mutilations et parfois le décès de leurs victimes). Mais les millions de pilules sont un peu amères. Aujourd'hui, après des décennies sans recherches pour ces redoutables menaces qui ne concernent que des pays pauvres, ils semblent s'acheter une bonne conscience à faible prix au regard de leurs énormes chiffres d'affaires…

Sous les applaudissements de Margaret Chan, la directrice générale de l'Organisation Mondiale de la Santé : "grâce à l'énorme effort réalisé aujourd'hui, je suis sûre que toutes ces maladies peuvent être éliminées ou contrôlées à la fin de cette décennie", a-t-elle déclaré lors de l'annonce de l'accord à Londres lundi 30 janvier 2012. Il s'agit en effet d'un partenariat associant le Département pour le développement international, USAid et la Banque mondiale. Sans oublier la fondation Bill and Melinda Gates, dont le "patron" est aussi très heureux naturellement. "Aujourd'hui, nous nous sommes réunis pour augmenter l'impact de nos investissements (…), s'est-il réjoui. Cette approche innovante doit servir de modèle pour résoudre d'autres défis du développement global et aider des millions de personnes à devenir auto-suffisantes."

L'enthousiasme est plus nuancé du côté de Médecins sans frontières par exemple. L'ONG rappelle que tout ne sera pas résolu par le don de médicaments. "L'accord de Londres ne prévoit par exemple rien pour remplacer l'arrêt, l'année prochaine, d'un programme de lutte contre la maladie du sommeil au Congo – où sont les trois quarts des patients touchés", a annoncé l'un de ses représentants au journal The Guardian. Les mêmes réserves du côté du Dr Tim Allen, de la London School of Economics et du Dr Melissa Parker de la Brunel University, qui ont écrit au Lancet le jour même de l'accord. Ils sont, eux, franchement inquiets des effets pervers d'un déversement aussi massif de traitements sur des systèmes de santé "déjà fragiles et à bout de forces." Et de rappeler les difficultés à venir pour réussir à "s'appuyer sur des volontaires capables d'aider à distribuer les médicaments à des communautés ciblées".

 

En savoir plus

Les maladies tropicales négligées :

- la lèpre
- la maladie du sommeil, transmise par la piqûre de la mouche tsé-tsé
- la filariose lymphatique, mieux connue sous le nom d'élephantiasis
- la maladie du ver de Guinée
- le trachome cécitant

- la bilharziose ou ou schistosomiase
- l'onchocercose (ou cécité des rivières)
- la maladie de Chagas
- la leishmaniose