L'Académie de médecine signale un excès d'examens médicaux

 Trop d'échographies, de bilans de santé ou encore de dépistages, sont prescrits par les médecins, déplore l'Académie nationale de médecine dans un rapport publié le 8 avril 2013.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
L'Académie de médecine signale un excès d'examens médicaux
Trop d'examens médicaux inutiles selon l'Académie de médecine
Trop d'examens médicaux inutiles selon l'Académie de médecine

Les médecins abuseraient des prescriptions. Dans son rapport "Améliorer la pertinence des stratégies médicales" (PDF), l'Académie de médecine dénonce l'inutilité et le coût de ce recours excessif aux ordonnances médicales.

Les examens de santé devenus accessoires

L'Académie de médecine pointe d'abord du doigt les bilans de santé gratuits proposés par l'Assurance maladie, auxquels répondent 600.000 personnes par an. Les rapporteurs s'appuient sur l'étude publiée par la Cochrane Library portant sur 182.880 cas, pour justifier que ces bilans ne réduisent ni la mortalité, ni les pathologies cancéreuses ou cardiovasculaires.

De plus, l'Académie de médecine constate que le dépistage de masse (cancer du sein et de la prostate), mobilise uniquement la moitié de la population concernée.

Elle soulève aussi que les échographies seraient trop souvent réalisées de façon banale, voir systématique, sans raison médicale précise.

Le corps médical pointé du doigt

Certaines pratiques sont à revoir, les traitements médicamenteux ne tiennent pas suffisamment compte du contexte physiologique, pathologique et pharmacologique. Pourtant, il est impératif de surveiller l'usage de certains médicaments tel que les benzodiazépines (psychotropes, antidépresseurs...). Chez les personnes âgées, par exemple, ces médicaments entraînent des troubles de l'équilibre, à l'origine de chutes.

L'Académie nationale de médecine regrette que les consultations ne soient pas davantage orientées vers l'interrogation du patient sur sa prise de médicaments ou ses antécédents.

Selon les académiciens, si les médecins ont multiplié les ordonnances et les prescriptions d'examens médicaux, ces dernières années, c'est par crainte de faire face à un recours juridique. Ils ont donc préféré prendre des précautions plus importantes.

Par ailleurs, les médias diffusent une quantité d'informations souvent mal contrôlées qui génèrent des inquiétudes chez les patients, donnant naissance au consumérisme médical.

Des recommandations qui ciblent tout le monde

L'Académie nationale de médecine souhaite mobiliser, dans un premier temps, les médecins, notamment au cours de leur formation initiale. Les stagiaires devront être mieux encadrés, ils apprendront à cibler leurs bilans de santé avec des objectifs précis.

Elle sollicite une cohésion des différents intervenants médicaux, par exemple une meilleure accessibilité du médecin traitant au dossier pharmaceutique du patient.

Dans un second temps, l'Académie nationale de médecine veut sensibiliser le grand public en organisant une grande campagne nationale.

En savoir plus