Cuisiner au péril de sa vie

Cuisiner au péril de sa vie

Un chiffre qui fait froid dans le dos : pour des centaines de millions de femmes dans le monde, faire la cuisine présente un danger vital. Un problème sanitaire et écologique que veulent résoudre l'ONU et les Etats-Unis en lançant le programme "Alliance mondiale pour des cuisinières propres".

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
© CookstovesAlliance. Faire la cuisine peut tuer.
© CookstovesAlliance. Faire la cuisine peut tuer.

Four micro-ondes, four traditionnel, plaques de cuisson… vous êtes sans doute nombreux à posséder ces équipements. Pourtant trois milliards de personnes, soit environ 40 % de la population mondiale, continuent de cuisiner sur un simple feu de bois, de charbon, de détritus ou même d'excréments. Des combustibles extrêmement dangereux pour la santé des cuisinières, mais aussi pour leur famille.

Des brûlures… au viol

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cuisiner sur un foyer non protégé représente l'un des dix plus gros risques sanitaires dans le monde. D'ailleurs, près de deux millions de personnes, parmi lesquelles de nombreux enfants de moins de 5 ans, meurent chaque année après avoir inhalé des fumées de cuisine. Des chiffres inquiétants, auxquels il faut rajouter les nombreuses brûlures liées aux manipulations des casseroles au-dessus du feu.

Le recours aux cuisinières traditionnelles pose également des problèmes écologiques : déforestation, émission de dioxyde de carbone responsable du réchauffement planétaire, pollution due à la combustion du charbon…

Enfin, ramasser du bois en forêt s'avère particulièrement dangereux pour les femmes qui sont alors exposées aux attaques et aux violences lorsqu'elles s'éloignent de leur foyer. Ainsi selon les organisations internationales, en République démocratique du Congo (RDC), une femme est violée toutes les heures lorsqu'elle quitte son foyer pour aller chercher du combustible.

100 millions de plaques de cuisson d'ici 2020

Pour faire face à ce problème sanitaire et écologique, l'ONU et les Etats-Unis ont donc décidé de créer en septembre 2010 "l'Alliance mondiale pour des cuisinières propres" (Global alliance for clean cookstoves) avec un objectif ambitieux : fournir 100 millions de plaques de cuisson dans le monde d'ici 2020.

Grâce à ce programme international, l'association qui rassemble gouvernements, financiers, ONG, chercheurs et industriels entend améliorer les conditions de vie et la sécurité des populations des pays en voie de développement. Elle veut aussi favoriser la condition féminine et lutter contre le changement climatique en promouvant des modes de cuissons moins polluants, qui utilisent peu de combustibles tout en produisant beaucoup d'énergie.

Toutefois, pour mener à bien le projet "cuisinières propres", l'Alliance doit encore "trouver des accords en termes de normes internationales, de critères sanitaires, et sécuritaires, en termes de normes d'émissions", explique Radha Muthiah, un responsable du programme. Si aucun pays n'a encore été ciblé en priorité, la Tanzanie, le Kenya, le Bangladesh ou encore le Vietnam sont cités pour recevoir les prochaines plaques de cuisson.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :