Plasmathérapie : le plasma, un traitement d'avenir ?

Le plasma des écrans plasma est obtenu en laboratoire en appliquant un courant électrique à un gaz, cela ressemble à un arc électrique. Ces dix dernières années, la médecine s'est penchée sur l'utilisation de ces plasmas, et des applications biomédicales ont été développées notamment dans le domaine de la cicatrisation de plaies et d'ulcères. Explications.

Rédigé le

Plasmathérapie : le plasma, un traitement d'avenir ?

Quel est le point commun entre un coup de foudre, un coucher de soleil, un écran de télévision ou encore une enseigne lumineuse ? Tous sont composés de plasma. Mais qu'est-ce que le plasma ? Le plasma correspond à l'interaction entre un gaz et un courant électrique. Le faisceau électrique généré est chargé en énergie, une énergie capable d'interagir avec les organismes vivants sans risque de brûlure. On parle de plasma froid.

L'idée est de pouvoir utiliser le plasma à des fins médicales. Et de la physique à la biologie, il n'y a qu'un pas. Un dispositif similaire à celui développé par les physiciens permet aux chercheurs de tester l'effet du plasma sur des souris atteintes de tumeurs cancéreuses.

Avant l'opération, la souris est endormie. L'opération est indolore, elle prend de quelques minutes à une grosse demi-heure selon la taille de la tumeur. Le rayon traverse la peau pour l'atteindre. L'objectif est d'observer la réaction des cellules cancéreuses lorsqu'elles sont exposées à un plasma.

In vitro, les chercheurs avaient constaté que l'augmentation de la dose de plasma entraînait la mort des cellules ciblées. Dans l'étude menée aujourd'hui il s'agit de constater à l'aide d'échographies le même phénomène sur un être vivant. Les échographies de la tumeur montrent qu'elle est de moins en moins vascularisée. Elle ne grossit plus et aurait même tendance à se nécroser. Des résultats plus qu'encourageants pour de futures applications médicales : "L'objectif est l'utilisation sur l'homme. On cherche à observer des effets positifs que ce soit en oncologie mais aussi en dermatologie qui est une voie intéressante, et pourquoi pas la cosmétologie", explique Antoine Rousseau, directeur de recherche CNRS.

Pour traiter les différentes formes de tumeurs, reste encore aux chercheurs à trouver les bons dosages tant en terme de puissance que de temps d'exposition. Et si les plasmas ont un impact réel sur le vivant, leurs mécanismes d'action sur les cellules exposées restent largement incompris des biologistes comme des physiciens.

Sponsorisé par Ligatus