Narcolepsie et H1N1 : des indemnisations conséquentes

Six patients ayant contracté une narcolepsie, à l'issue de la vaccination contre la grippe H1N1 en 2009, auraient déjà été indemnisés par l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam). Les montants pouvant atteindre 300.000 euros, selon une information du journal Le Parisien, daté du 20 décembre 2013. Quinze autres dossiers seraient en cours d'examen.

Rédigé le

Narcolepsie et H1N1 : des indemnisations conséquentes
Narcolepsie et H1N1 : des indemnisations conséquentes

Lors de la campagne de vaccination contre la grippe A(H1N1), 4,1 millions de personnes ont été vaccinées en France par Pandemrix® (produit par GSK), contre 1,6 million qui ont reçu le vaccin Panenza® (Sanofi), réservé aux nourrissons, aux femmes enceintes et aux personnes immunodéprimées.

La narcolepsie est un trouble du sommeil caractérisé par une somnolence excessive au cours de la journée, avec des accès de sommeil incontrôlables. Elle peut s'accompagner de pertes soudaines du tonus musculaire (cataplexie).

Elle est observée en moyenne chez 25 à 50 personnes pour 100.000 personnes dans le monde et chez 20 personnes pour 100.000 en France.

En savoir plus : 

Des cas de narcolepsie se sont développées chez un petit nombre de personnes dans les mois suivant la vaccination. La proportion de cas de cette pathologie chez des personnes vaccinées au Pandemrix®, comparée aux nombres de cas habituellement observés au sein de la population générale, a permis d'établir un lien clair de cause à effet entre le vaccin de GSK et ce trouble du sommeil.

VOIR AUSSI

Le vaccin Pandemrix®, qui n'est plus commercialisé en France depuis la fin de la pandémie, contenait un adjuvant baptisé AS03, destiné à renforcer la réponse immunitaire contre le virus H1N1.

Les résultats de plusieurs études réalisées au cours de l'année 2013 ont remis en cause l'utilisation de cet adjuvant dans les vaccins. Cité par Le Parisien, un porte-parole du laboratoire GSK a affirmé "s'être engagé dans la poursuite de recherches additionelles sur le rôle potentiel de Pandemrix dans le développement de la narcolepsie et soutient ldes travaux en cours menés par d'autres équipes et organisations. La narcolepsie est une pathologie complexe liée à des facteurs environnementaux et génétiques". Le laboratoire rappelle que la séquence des évènements qui engendre ce trouble "n'est pas complètement connue à ce jour".

Les préjudices les plus souvents rencontrés par les patients atteints de narcolepsie à l'issue de cette vaccination sont, selon Erik Rance, le directeur l'Oniam cité par Le Parisien, "un déficit fonctionnel permanent de l'ordre de 25%, [et] un besoin d'aide en tierce personne de l'ordre d'une heure à deux heures par jour."

Un cinquième de la population mondiale avait été touchée par le virus H1N1 lors de la pandémie de 2009, selon des estimations publiées le mois dernier. Mais la pandémie s'était révélée beaucoup moins grave que prévu, avec 18.500 décès notifiés au total à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus