Coma : un PET Scan pour mieux évaluer l'état de conscience et son évolution

Le recours à la "tomographie par émission de positons" (TEP, souvent désigné par l'acronyme anglais "PET Scan"), procédé d'imagerie médicale par scintigraphie particulièrement précis, permettrait de mieux évaluer l'état de conscience des personnes dans le coma et de prédire son évolution, selon une étude publiée le 16 avril 2014 dans The Lancet.

Rédigé le

Examen TEP de cerveaux en état de conscience minimale (A) et en état végétatif (B). En bleu, les zones où la métabolisation du glucose est réduite. En rouge, celle où cette métabolisation est conservée. (source : The Lancet)

L'examen des personnes en état de conscience limitée (tests cliniques, électroencéphalogramme...) est un vrai défi pour la médecine moderne. "La détection de signes clairs de conscience chez les patients au cerveau sévèrement endommagé est un problème", rappelle les auteurs de l'étude publiée dans The Lancet, soulignant que 40% des patients en état végétatif sont mal diagnostiqués.

Le corps médical classe habituellement les personnes présentant des états de conscience diminués : état végétatif (qui diffère du coma par le fait que le patient peut ouvrir les yeux spontanément), état de conscience minimale (ou état pauci-relationnel, dans lequel le patient présente des réactions comportementales minimales mais précises) et le syndrome "locked-in" (où le patient est conscient mais prisonnier d'un corps immobile).

Un dispositif de tomographie par émission de positons (cc-by-sa Brudersohn)

Dans un commentaire à l'étude, également publié par The Lancet, deux spécialistes de la réanimation observent d'ailleurs que "chez les personnes victimes d'un important œdème cérébral, prédire l'évolution à partir de tests cliniques standards ou d'imagerie cérébrale structurelle équivaut pratiquement à jouer à pile ou face"…

Le PET Scan pour détecter les cellules gourmandes

Les travaux publiés dans ce numéro de la revue, conduits par le Coma Science Group de l'Université de Liège, avaient pour objectif de comparer les résultats des tests cliniques standards avec ceux de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et des test par PET Scan.

Un examen PET débute par l'injection d'un produit légèrement radioactif associé à du glucose. Or, plus les cellules de notre organisme sont actives, plus elles consomment de glucose. Durant le court laps de temps (quelques heures) durant lesquelles le composé est radioactif – et donc relâche des particules hors du corps, ici des positons – il est possible de détecter les zones actives de notre corps. Dans un examen "PET Scan", le détecteur PET est couplé à un scanner à rayons X, qui permet de mieux visualiser les organes observés.

Réaliser un PET Scan du cerveau permet ainsi de visualiser les régions dans lesquelles de nombreux neurones sont activés.

126 patients en état de conscience diminué ont été inclus dans cette étude. 41 étaient décrits en état végétatif, 81 en état pauci-relationnel et 4 diagnostiqués avec un locked-in syndrome.

Le PET Scan pour révéler un état de conscience minimal

Le PET Scan s'est révélé être d'une "haute sensibilité pour l'identification des patients en état de conscience minimale" tandis que l'IRM se montrait "moins sensible". Mieux : dans cette petite étude, le PET Scan a permis de détecter chez un tiers des patients classés en état végétatif (13 sur 41 patients) "une activité cérébrale pouvant suggérer un état de conscience minimale".

Dans les 12 mois qui ont suivi ces tests, neuf de ces treize patients ont en outre montré, un retour à un état de conscience minimale, voire à "un degré plus élevé de conscience".

Ces travaux suggèrent que "l'imagerie par PET Scan peut révéler des processus cognitifs qui ne sont pas repérables par les tests traditionnels", explique le responsable de l'étude, le Pr Steven Laureys, de l'Université de Liège en Belgique.

Cette exploration du cerveau pourrait s'ajouter aux méthodes d'évaluation "standard" utilisées actuellement pour repérer les patients en état végétatif mais "qui ont un potentiel de récupération à long terme", selon ce spécialiste.


Source : Diagnostic precision of PET imaging and functional MRI in disorders of consciousness: a clinical validation study. Johan Stender et coll. The Lancet, publication avancée en ligne du 16 avril 2014 doi:10.1016/S0140-6736(14)60042-8


En savoir plus sur l'évaluation de l'état de conscience des personnes dans le coma :

Sponsorisé par Ligatus