Bientôt un vaccin contre l'accoutumance à l'héroïne ?

Un vaccin expérimental testé chez des rats, qui empêche la drogue d'atteindre le cerveau, s'est révélé prometteur contre l'accoutumance à l'héroïne. Un espoir pour plus de 10 millions de personnes dépendantes dans le monde.

Rédigé le

Bientôt un vaccin contre l'accoutumance à l'héroïne ?
Bientôt un vaccin contre l'accoutumance à l'héroïne ?

Une injection pour freiner les envies des toxicomanes de se piquer... C'est le pari fou d'une recherche menée actuellement en Californie par l'institut de recherche Scripps (TSRI). Des chercheurs font actuellement des essais sur un vaccin qui empêcherait le principe actif de l'héroïne d'atteindre le cerveau.

Pour cette étude, des rats ont été drogués et accoutumés à l'héroïne. Après privation pendant un certain temps, le groupe qui a testé ce vaccin expérimental n'a plus consommé de drogue, tandis que l'autre groupe a continué à se servir avidement de l'héroïne.

Une drogue diaboliquement addictogène

L'héroïne est un opiacé puissant dérivé de la morphine. Elle peut être sniffée ou injectée. Elle agit sur le système nerveux central et provoque une sensation d'euphorie et d'extase. C'est aussi la drogue la plus dangereuse ; elle crée en effet une accoutumance rapide, c'est-à-dire qu'il faut augmenter sans cesse les doses et que le manque se fait sentir très vite. La dépendance est forte et les héroïnomanes doivent en consommer toute les 6 ou 12 heures pour éviter de ressentir des symptômes liés au manque.

Fabriquer un vaccin permettrait d'aider les héroïnomanes à arrêter cette drogue qui les poursuit souvent toute leur vie. L'arrêt et le sevrage sont compliqués : ils s'accompagnent de prise de médicaments de substitution à base de méthadone qui réduisent les effets du sevrage et les sensations de manque mais qui provoquent de nombreux effets secondaires.

Un vaccin contre l'accoutumance

Pour fabriquer ce vaccin, les chercheurs ont surmonté la difficulté de cibler l'héroine, une drogue qui se dissout très rapidement dans le sang.

"L'héroïne se métabolise très vite et se transforme en une substance appelée 6-acetylmorphine, qui va dans le cerveau et provoque la plupart des effets de la drogue", explique Kim Janda. Les chercheurs ont rusé avec la taille des molécules des drogues, trop petites pour être ciblées par un vaccin.

Pour cela, ils ont accroché des morceaux de molécule d'héroïne à des protéines plus grandes capables de faire réagir le système immunitaire. "Nous avons pu empêcher ces rats de consommer de plus en plus d'héroïne", un cycle infernal affectant les héroïnomanes et cela "avec seulement le vaccin, ce qui est idéal pour les humains", se félicite Joel Schlosburg, l'un des principaux co-auteurs. "Le vaccin sera administré aux héroïnomanes avec d'autres traitements" pour briser l'accoutumance, précise les chercheurs.

Aujourd'hui, il y aurait plus de 10 millions de personnes héroïnomanes dans le monde.

Source : "Preclinical Study Shows Heroin Vaccine Blocks Relapse", The Scripps research Institute, May 6, 2013

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :