1. / Se soigner
  2. / Vaccins

Le vaccin contre la varicelle protège aussi contre le zona

Les enfants vaccinés contre la varicelle à partir de l’âge de un an auraient moins de risque de contracter un zona, selon une étude américaine. Le zona et la varicelle sont en effet provoqués par un même virus : le VZV.

Rédigé le

Le vaccin contre la varicelle protège aussi contre le zona
Le vaccin contre la varicelle protège aussi contre le zona

D’une pierre deux coups pour le vaccin contre la varicelle ? Des chercheurs des Centres américains de recherche en santé Kaiser Permanente se sont intéressés à l’effet de ce vaccin contre le virus du zona. Dans l’étude qu’ils publient le 10 juin 2019 dans la revue Pediatrics, ils affirment que les enfants qui reçoivent le vaccin contre la varicelle ont moins de risque de contracter le zona.

Une réactivation de la varicelle

L’idée de cette recherche leur est venue de deux constats. Tout d’abord, la varicelle et le zona sont provoqués par un seul et même virus : le virus varicelle-zona ou VZV pour varicella-zoster virus en anglais. Ensuite, comme pour une infection classique de varicelle, le virus de souche vaccinale peut causer une infection latente pouvant se réactiver, provoquant alors l’apparition du virus du zona. Il est donc paru important à ces scientifiques d’évaluer si les risques de réactivation du virus diminuaient ou augmentaient avec le vaccin.

A lire aussi : Zona : le vaccin recommandé pour les plus de 65 ans

Le taux de zona en chute de 72%

Pour étudier cette question, les chercheurs ont amassé les données de santé de 6,3 millions d’enfants âgés de 0 à 17 ans entre 2003 et 2014, notamment grâce aux registres médicaux électroniques. Au cours de cette période de 12 ans, environ 50% des enfants ont été vaccinés et le taux de zona pédiatrique chez les enfants de moins de 18 ans a diminué de 72%. Mieux, "l’incidence du zona parmi les enfants vaccinés était significativement plus faible que parmi les enfants non vaccinés" écrivent les chercheurs dans leur publication, appuyant donc la thèse d’un double effet bénéfique du vaccin.

Pas de vaccin avant l’âge de un an

Un seul bémol à leurs yeux : l’âge de la vaccination."Parmi le petit nombre d’enfants vaccinés à 11 mois (pour qui le vaccin n’est pas recommandé), l’incidence du zona était significativement plus élevé que chez les enfants vaccinés à plus d’un an. De même, les enfants qui ont contracté une varicelle avant un an présentaient aussi un risque plus élevé de zona " remarquent les scientifiques. Et pour cause : avant l’âge de un an, la réponse immunitaire de l'organisme face à un VZV – naturel ou de souche vaccinal – est encore immature.

Deux doses de vaccin aux États-Unis comme en France

Enfin, le meilleur schéma vaccinal semble comporter deux doses puisque "l’incidence du zona est plus faible chez les enfants qui ont reçu deux doses de vaccins plutôt qu’une" notent les chercheurs. Depuis 2007 aux États-Unis, la recommandation vaccinale compte bien deux doses : la première entre 12 et 15 mois et la seconde entre quatre et six ans.

En France aussi, le schéma vaccinal comporte deux doses espacées de quatre à huit semaines ou de six à dix semaines, selon le vaccin utilisé. Dans tous les cas, la vaccination contre la varicelle n’est actuellement pas recommandée de manière systématique en France pour le nourrisson et ne concerne que les personnes qui n’ont jamais eu la varicelle dans l’enfance.

Elle s’adresse donc aux personnes non immunisées de plus de 12 ans, à savoir les adolescents de 12 à 18 ans, les femmes en âge de procréer et d’autant plus celles qui ont un projet de grossesse, les femmes dans les suites d’une première grossesse ou encore toute personne non immunisée en contact étroit avec des personnes immunodéprimées qui ne peuvent elles-mêmes pas recevoir de vaccin.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr