1. / Se soigner
  2. / Droits et démarches

Mails frauduleux, arnaques en ligne : que faire et comment se protéger ?

On tente de récupérer vos données personnelles, en vous adressant des courriels ou un SMS annonçant que vous allez recevoir un remboursement de l'assurance maladie, de la Caf, de votre banque… Attention, ces mails sont frauduleux. C'est une technique d'hameçonnage pour pirater votre compte bancaire. On vous explique que faire et comment démêler le vrai du faux.

Rédigé le , mis à jour le

Mails frauduleux, arnaques en ligne : que faire et comment se protéger ?
Mails frauduleux, arnaques en ligne : que faire et comment se protéger ?

Depuis le début de la crise du coronavirus, les escrocs en ligne profitent du stress ambiant et de cette période de doutes pour multiplier les arnaques sur internet. 

Ce fléau a été dénoncé très tôt par les autorités, avec un tweet de la gendarmerie nationale dès mars 2020, malheureusement c'est encore complètement d’actualité.

Parmi les arnaques les plus courantes : le mail et sms frauduleux, les faux appels téléphoniques qui vont d’une façon ou d’une autre vous demander des informations personnelles, voire directement un paiement. 

Le grand classique est le mail utilisant le logo d’une banque, des impôts ou de l'Assurance maladie... La CPAM constate, elle aussi, une recrudescence de ces arnaques avec des demandes suspectes : mise à jour de la carte vitale, faux remboursements, demandes d'informations médicales.

Reconnaître les mails et sms d'arnaque 

Face à ce phénomène, l’assurance maladie a consacré toute une page sur son site pour expliquer comment ne pas se faire piéger.  

La CPAM, ou tout autre administration, ne vous demande jamais de lui communiquer des informations médicales, des coordonnées bancaires ou votre numéro de sécurité sociale. 

Pour détecter un mail frauduleux, il est facile de passer la pointe de la souris de votre ordinateur sur l'adresse de votre expéditeur et de voir que c'est une adresse personnelle ou alambiquée, il faut donc se méfier. 

Autres points auxquels il faut faire attention : 

  • Un mail qui mentionne une référence de dossier, est aussi un signe d’alerte car l'Assurance maladie n'en utilise jamais dans l'objet de ses mails.
  • Aucune donnée personnelle n'est demandée par mail.
  • L'Assurance Maladie ne demande jamais non plus de validation de remboursement.
  • L'Assurance Maladie ne se présente pas comme un service client.
  • Elle n'écrit jamais en rouge dans ses courriels aux assurés.  

Des SMS frauduleux proposent des remboursements, c’est tentant mais si vous cliquez sur le lien, c'est pour vous demander vos coordonnées bancaires, il ne faut surtout jamais donner ces informations en ligne ou au téléphone. 


Pour contacter AMELI et faire toutes vos démarches passez uniquement par le site AMELI.fr ou le 3646. 

Peut-on signaler ces arnaques ?  

Il y a de nombreuses plateformes pour pouvoir dénoncer ces arnaques. Le gouvernement invite vraiment à le faire, cela prend quelques minutes de votre temps mais ça peut être utile pour de nombreuses personnes. 

Pour signaler tout contenu illicite, vous pouvez vous connecter sur un portail officiel à cette adresse www.Internet-signalement.gouv.fr et en quelques clics vous pourrez décrire la tentative d’escroquerie. 

Les signalements sur cette plateforme sont, après vérification, orientés vers un service d'enquête. Pour les cas les plus graves, une enquête pénale peut être ouverte, cela peut même aller assez loin. 

Ensuite, la CNIL, la commission nationale de l’informatique et des libertés a aussi mis en place un site pour signaler toutes les tentatives de SPAM. Vous pouvez vous rendre sur www.signal-spam.fr.

La CNIL rappelle que si vous recevez un spam sur votre messagerie électronique, vous ne devez pas répondre et vous ne devez pas non plus ouvrir les pièces jointes, les images ou les liens contenus dans le message.  

Www.signal.conso.gouv.fr peut également vous être utile, c’est une autre plateforme pour dénoncer toutes les tentatives d’escroqueries venant d’une entreprise. Cette plateforme est gérée par la DGCCRF, la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes.  

À quoi être vigilants  

Il y a beaucoup d’escroqueries depuis le début de la crise du coronavirus. Les escroqueries les plus courantes sont sur le site de la répression des fraudes.

  • Il y a les sites proposant du matériel médical, du gel hydroalcoolique, des masques ainsi que des gants, voire des tests de dépistage, souvent de mauvaises qualités et pas du tout conforme à la règlementation.
  • Il y a tous les produits miracles censés "guérir" du coronavirus comme les huiles essentielles ou même les faux médicaments.
  • Certaines personnes auraient même été contactées pour se faire proposer une décontamination de leur logement. À ce jour rien n’est prévu par les services de l’État, les personnes prétextant une décontamination obligatoire n’y sont pas habilitées et cherchent juste à s’introduire à votre domicile frauduleusement. 

Enfin méfiez-vous des faux élans de solidarité : les fausses cagnottes, pour les soignants, la recherche, les plus précaires qui fleurissent depuis la pandémie. Pour démêler le vrai du faux vérifiez toujours l'origine de la cagnotte.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr