Pourquoi jurer permet d'avoir moins mal

Une étude menée par des chercheurs suédois et britanniques rapporte les bienfaits de prononcer des injures sur la santé. Dire des gros mots permet notamment de réduire la douleur.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le
Crier des injures lorsque l'on se fait mal permet de réduire la douleur
Crier des injures lorsque l'on se fait mal permet de réduire la douleur  —  Shutterstock

Si vous avez l'habitude de crier des injures lorsque vous vous faites mal, ne changez rien. Des chercheurs britanniques et suédois viennent de publier une étude dans laquelle ils mettent en évidence un "pouvoir" des injures.

Pour cela, ils ont analysé les données existantes provenant de plusieurs champs d'études comme la communication, la neuropsychologie ou la biophysiologie. Et les résultats démontrent de nombreux bienfaits. Par exemple, les jurons "nécessitent plus d'attention et produisent plus d'interférences dans le cerveau que des mots neutres ou liés à d'autres émotions", rapportent les chercheurs.

À lire aussi : Quand les mathématiques rendent épileptique

Un rôle dans la réduction de la douleur

Les auteurs expliquent aussi que l'utilisation de gros mots est à l'origine de phénomènes physiques, comme la conductance cutanée - l'activité électrique enregistrée à la surface de la peau - ou encore l'augmentation de la fréquence cardiaque."Jurer augmente également la puissance et la force dans les tâches d'activité physique", selon les chercheurs. Mais surtout, "jurer produit un effet hypoalgésique", c'est-à-dire réduit la douleur. 

C'est ce que montre cette expérience étonnante relatée par les chercheurs : des participants volontaires ont dû mettre leurs mains dans de l'eau glacée. Certains étaient invités à proférer des jurons, quand les autres en avaient l'interdiction. Résultat : les participants qui ont pu dire des gros mots ont tenu leurs mains plus longtemps dans l'eau. Leur seuil de douleur (le point auquel ils ont déclaré ressentir de la douleur) était également plus élevé, tandis que la perception de la douleur (le degré auquel ils ont évalué l'expérience comme douloureuse) a été abaissée.  

Jurez, mais avec parcimonie

L'explication "la plus plausible" de l'hypoalgésie est, selon l'étude, l'excitation émotionnelle provoquée par le fait de jurer. Cette excitation activerait le système nerveux de façon à réduire la douleur, mais les mécanismes précis ne sont pas encore connus et doivent encore être étudiés, tempèrent les chercheurs. En revanche, les études montrent aussi que plus on a l'habitude de jurer, moins l'effet hypoalgésique est fort. Alors, pour vous préserver de la douleur, n'hésitez pas à jurer, mais seulement quand la situation l'impose !


Minute docteur : peut-on mesurer la douleur ?
Minute docteur : peut-on mesurer la douleur ?  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !