1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / Coma

Une IRM pour prédire la sortie d'un coma

Mesurer l'intensité des échanges entre deux zones du cerveau pourrait permettre de prédire si des patients dans le coma ont une chance de retrouver un état de conscience normal, ou s’ils garderont des séquelles neurologiques lourdes, selon une étude publiée dans la revue Neurology, le 11 novembre 2015.

Rédigé le

Une IRM pour prédire la sortie d'un coma

Quelles anomalies de l'activité cérébrale caractérisent spécifiquement l'état de coma ? Afin de répondre à cette question, une équipe internationale rattachée à un laboratoire toulousain a comparé, par IRM, l'activité cérébrale de 27 patients dans le coma avec celle de sujets de même âge.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

L'attention des chercheurs s'est initialement portée sur la partie du cerveau qui, durant le sommeil (ou au cours d'une anesthésie), présente une activité particulièrement diminuée. Cette région est composée du précuneus et du cortex cingulaire postérieur (voir schéma).

Leur analyse à montré, chez les 27 patients dans le coma, une "perte de communication majeure" entre cette partie du cerveau (particulièrement au niveau du cortex cingulaire postérieur) et la partie médiane du cortex frontal. Fait notable, "cette mauvaise connexion est présente quel que soit le mécanisme qui en est à l’origine (un traumatisme crânien ou un arrêt cardiaque récupéré)."

Dans un second temps de l’étude, les scientifiques ont comparé les IRM au début du coma avec des IRM ultérieurs. Selon les données présentées dans la revue Neurology, "la récupération des patients est étroitement liée au degré d’atteinte de cette connexion". Dans un communiqué diffusé par l’Inserm, deux des auteurs précisent : "Les patients qui vont récupérer un état de conscience présentent des niveaux de connexions comparables à ceux observés chez les sujets sains. A l’opposé, une [dégradation] de la communication entre les deux zones prédit une évolution défavorable vers un état végétatif ou un état de conscience minimale."

Si ces observations étaient confirmées, elles pourraient améliorer les outils pronostics des médecins, et permettre d'adapter les traitements proposés aux patients.


Interview de l'un des auteurs de l'étude (crédits : Inserm)

Source :  Disruption of posteromedial large-scale neural communication predicts recovery from coma. S. Silva et al. Neurology, publication avancée en ligne du 11 nov. 2015. doi:10.​1212/​WNL.​0000000000002196

Voir aussi sur Allodocteurs.fr