INFOGRAPHIE - Covid : « La progression de l’épidémie est exponentielle »

Le Covid-19 a atteint un taux d’incidence national de 56,2 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Chez les jeunes, ce taux a plus que doublé.

Lucile Boutillier
Rédigé le , mis à jour le

36 785 nouveaux cas de Covid la semaine du 24 au 30 août, contre 27 826 la semaine précédente selon Santé Publique France. Leur taux d’incidence est passé de 41,5 nouveaux cas pour 100 000 habitants à 56,2 nouveaux cas. Comme le montre notre carte, la situation est la plus grave en Ile-de-France et des régions du sud-est.

 

Le nombre d’hospitalisations a également augmenté : 1 337 cette semaine, contre 1 084 la semaine précédente. Santé Publique France a classé 37 départements en vigilance modérée et 23 départements en vigilance élevée, principalement en Ile-de-France et sur la côte méditérranéenne. 

A lire aussi : Les visières et les masques à valves pas assez efficaces contre le covid

Le taux d’incidence, qui mesure le nombre de nouveaux cas de covid par rapport à la population, ne cesse de grimper depuis juillet. Santé Publique France parle de « progression exponentielle » de l’épidémie dans son point épidémiologique du 3 septembre.

 

Comme le montre notre graphique, le taux d’incidence continue à grimper chez les moins de cinquante ans. La situation est particulièrement préoccupante chez les 20-29 ans.

Santé Publique France explique ces différences par le manque de précautions prises chez les adultes jeunes. « Chez les personnes âgées de plus de 65 ans, particulièrement à risque pour la Covid-19, l’adhésion aux mesures de prévention est bien meilleure », précise l’agence.

A lire aussi : Covid : selon l’OMS, l’Europe n’aura pas besoin de se reconfiner

Quelques améliorations

Santé Publique France a également relevé de bonnes nouvelles. D’abord, l’épidémie « continue de régresser lentement » en Guyane mais le niveau de vulnérabilité reste élevé. La situation sanitaire avait atteint des proportions cauchemardesques dans la collectivité d’Outre-Mer.

De plus, l’agence sanitaire note que la santé mentale des Français s’est « significativement améliorée ». L’état émotionnel de la population avait connu une dégradation au début du confinement, avec des états anxieux et dépressifs.