Quand un shampoing provoque un AVC -
Quand un shampoing provoque un AVC - Crédit photo :  Romankosolapov - Fotolia.com

Quand un shampoing provoque un AVC

L'événement est rarissime, mais correspond à un fait médical dûment documenté : en se faisant shampouiner trop longtemps les cheveux par un coiffeur, la tension du cou peut comprimer une artère au point de l'endommager, entraînant la formation d'un caillot qui finit par engendrer un accident vasculaire cérébral. Outre-Manche, un salon de coiffure vient de débourser 90.000 livres de dommages et intérêt à un client victime de ce phénomène, rapporte le quotidien The Times.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Depuis le début des années 1990, la littérature médicale recense ce phénomène rarissime sous le nom de "syndrome du salon de coiffure" ou "AVC du salon de beauté" : au cours de la phase de lavage des cheveux, chez le coiffeur, une tension trop importante et prolongée du cou peut endommager une artère et/ou entraîner la formation d’un caillot… qui atteindra ultérieurement le cerveau. Le syndrome est surtout observé chez des adultes de plus de 50 ans, voire chez des personnes beaucoup plus âgées, leurs vaisseaux et artères étant plus souples et donc plus susceptibles d’être compressés.

Le quotidien The Times rapporte ce 12 décembre une affaire remontant à 2011, qui vient de se solder par le versement de 90.000 livres (versés à l’amiable) à la victime d’un AVC récemment passé sous les ciseaux de son coiffeur.

Dave Tyler, 45 ans, résident de Brighton, s'est effondré au beau milieu d'un rendez-vous professionnel deux jours après être allé chez le coiffeur. Transporté en urgence à l'hôpital national de neurologie et de neurochirurgie de Londres, les médecins ont rapidement associé sa coiffure impeccable avec l’accident.

Après trois mois à l'hôpital, Dave Tyler marche désormais à l'aide d'une canne, mais ne pourra plus conduire du fait de troubles de la vue.

Quelques dizaines de cas sont déjà décrits dans la littérature… pour des milliards de coupes de cheveux réalisées depuis plus de vingt ans.

La rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Quelques études de cas :

  • Beauty Parlor Stroke. Report of Five Cases. M. Weintraub, JAMA, 1993 (cet article a fait l’objet d’un compte rendu vulgarisé dans le New York Times)
  • Stroke after visit to the hairdresser. H. Shimura et al. Lancet, 1997
  • Beauty Parlor Stroke Syndrome. J.G. Heckmann et al. Cerebrovasc Dis, 2006
  • Beauty parlor stroke revisited: An 11-year single-center consecutive series. P. N. Correia et al. International Journal of Stroke, 2016

Pour agir le plus rapidement possible, il convient de reconnaître les symptômes de l'AVC :

- un engourdissement, une faiblesse ou une paralysie d'apparition brutale d'une moitié du corps, d'un bras, d'une jambe ou du visage ;

- des difficultés à parler ;

- une diminution brutale de la vision d'un œil ;

- des troubles de l'équilibre, de la marche ;

- un fort mal de tête soudain et sans cause connue.

Ces symptômes doivent absolument alerter, même s'ils sont brefs et diminuent progressivement en quelques minutes. Il ne faut surtout pas mésestimer ces différents signes avant-coureurs.