Les dangers de l'accouchement aquatique (cc-by-sa Alberto Perra and Angela Giusti)
Les dangers de l'accouchement aquatique (cc-by-sa Alberto Perra and Angela Giusti)

Les dangers de l'accouchement aquatique

Accoucher dans l'eau ne serait pas sans risques. Outre les complications majeures de cette pratique, pouvant parfois mettre en péril la vie de la mère et du nouveau-né, un rapport publié dans la revue américaine Pediatrics souligne qu'aucune étude n'a pour le moment démontré les bénéfices de cette technique d'accouchement souvent prétendus par ses défenseurs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Un retour aux méthodes d'accouchement naturel

L'accouchement en milieu aquatique connaît un succès grandissant dans certains pays du monde, où la mode est à l'écolo. Recourir aux méthodes "naturelles et ancestrales" attire ainsi de plus en plus de femmes.

"Eviter la péridurale", "ressentir au maximum toutes les sensation de l'accouchement", "diminuer les souffrances", "accoucher naturellement", sont autant d'arguments des femmes adeptes de cette méthode.

Même si certains pays la pratiquent fréquemment, la France, quant à elle, émet certaines réserves. Seuls quelques centres existent en métropole, où il est possible d'accoucher en milieu aquatique, selon des protocoles très strictes.

Les défenseurs de cette pratique "au naturel" promeuvent l'accouchement dans l'eau pour ses bénéfices, tant au niveau du travail que de la délivrance (évacuation du placenta).

D'après certaines études, cette technique permettrait de diminuer les douleurs périnéales de la femme, le recours à l'anesthésie péridurale, la réalisation d'une épisiotomie et réduirait également le temps de travail. Ces mêmes études n'évoquent pas de complication majeure pour la mère ou le nouveau-né.

Accouchement dans l'eau : aucun bénéfice démontré et des complications graves

Or, aucun bénéfice n'a pu véritablement être démontré d'après un rapport publié dans la revue Pediatrics. En comparant une multitude d'essais scientifiques sur le sujet, les experts du rapport déclarent que les bénéfices sus-cités devraient être remis en question devant les nombreux biais de ces différentes études.

Une puissance trop faible, un échantillon réduit de participantes, le caractère rétrospectif et non randomisé des différentes études passées au peigne fin dans la revue Pediatrics, ne font que confirmer la multitude de biais.

Par leur analyse méticuleuse, les auteurs prêtent une attention toute particulière aux risques majeurs de l'accouchement en milieu aquatique : risques d'infections chez la mère et le nouveau-né, de détresse respiratoire, de noyade ou encore de choc hémorragique.

Pour exemple, ils citent les résultats d'une étude randomisée comparant les suites d'un accouchement standard avec un accouchement dans l'eau : 12% des enfants nés par accouchement aquatique avaient du être admis en unités de soins intensifs alors qu'aucun enfant né par accouchement standard n'a été hospitalisé en soins intensifs.

Même si certaines femmes ont pu accoucher sereinement dans l'eau, d'autres n'ont pas été épargnées par ces complications. Les experts ajoutent l'importance de réaliser des études expérimentales prospectives sur un grand nombre de femmes enceintes, pour étayer les éventuels avantages d'un accouchement dans l'eau.

En évaluant le rapport bénéfices/risques, les auteurs du rapport concluent que cette pratique ne doit pour le moment être réalisée qu'à des fins expérimentales, sous monitorage de la mère et du fœtus, dans des centres spécialisés, et en respectant des protocoles très stricts.

Sources :
Immersion in Water During Labor and Delivery. Pediatrics. Mars 2014. doi: 10.1542/peds.2013-3794
Randomised controlled trial of labouring in water compared with standard of augmentation for management of dystocia in first stage of labour. BMJ 2004;328:314
 

VOIR AUSSI :