Internet : un permis pour protéger les enfants

Internet : un permis pour protéger les enfants

Un permis Internet pour les enfants a été lancé le 11 décembre 2013 dans plusieurs écoles primaires de France afin de sensibiliser parents et enfants aux risques et usages du web. Ce programme pédagogique, mis en place par la gendarmerie en collaboration avec les assurances AXA prévention, paraît indispensable quand on sait que plus de 60% des 9-16 ans surfent sur Internet quasi quotidiennement.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Un permis pour sensibiliser aux risques d'Internet

Un permis Internet, destiné à tous les enfants de CM2 de France, a été conçu pour lutter contre la cybercriminalité et les mésusages du Net. Un peu comme le permis piéton délivré depuis plusieurs années aux écoliers de CE2, ce permis a pour but de sensibiliser les enfants aux risques d'Internet et ainsi, de leur éviter les "pièges" et les mauvaises rencontres.

Le programme pédagogique est dispensé par les enseignants pour les enfants de 9 à 11 ans, avant l'entrée au collège. La formation débute par une petite introduction sur les risques d'Internet (mauvaises rencontres, usurpation d'identité, harcèlement, vidéos pornographiques,...) présentée aux élèves par un gendarme-expert de la prévention en milieu scolaire. L'enseignant prend ensuite le relais pour former les écoliers en trois à quatre séances avec l'aide d'un support DVD.

Un code – comportant un volet parental – est remis ultérieurement à chaque élève. Les enfants sont soumis ensuite à un examen pour évaluer leurs connaissances sur ce qu'ils ont appris de la formation. Ils reçoivent à posteriori un permis Internet pour marquer leur "engagement solennel à deveni un internaute responsable".

Le permis a été officiellement présenté le 11 décembre dernier aux élèves dans 37 départements de la métropole. Il sera dans un second temps étendu à toute la France début 2014.

VOIR AUSSI :


14% des 9-16 ans ont vu des images à caractère sexuel

Une enquête originale sur l'usage et les risques d'Internet a été conçue en 2010 par le réseau scientifique européen Eu Kids Online sur un échantillon de 24.142 enfants de 9 à 16 ans, interrogés dans 25 pays d'Europe. Dans cette enquête, les parents citent l'école de leur enfant comme source préférée d'information sur les questions de sécurité Internet. On comprend donc parfaitement l'intérêt de ce nouveau permis français quand on se penche sur les principaux résultats de cette étude :

  • 93% des 9-16 ans surfent sur le Net au moins une fois par semaine et 60% d'entre eux tous les jours ou presque tous les jours ;
  • les enfants vont en ligne de plus en plus jeunes : l'âge moyen au premier accès est de 8 ans dans plusieurs pays d'Europe du Nord ;
  • 59% des 9-16 ans ont un profil sur un réseau social et parmi eux, 26% ont un profil public accessible à tout le monde ;
  • 14% des 9-16 ans ont vu, au cours des 12 derniers mois, des images à caractère ouvertement sexuel, "montrant par exemple des personnes nues ou des personnes faisant l'amour" ;
  • 30% des internautes de 9-16 ans disent avoir déjà communiqué avec des inconnus sur Internet, une expérience vécue comme risquée mais aussi amusante ;
  • les parents des enfants qui ont rencontré un risque en ligne ne le savent souvent pas : 40% des parents des enfants qui ont vu des images sexuelles pensent que cela ne leur est pas arrivé ;
  • 13% de parents n'ont aucune activité de médiation ;
  • l'usage de dispositifs techniques de contrôle est relativement faible : un peu plus d'un quart (28%) des parents bloquent ou filtrent certains sites ou regardent l'historique des sites consultés par leurs enfants (24%).

Quand on sait que, d'après cette même étude, les accès internet se diversifient avec un usage principal à la maison (87%), mais aussi 49% dans leur chambre à coucher et 33% via un téléphone mobile - on peut s'interroger sur la nécessité d'étendre cette "cyber-modération" par les parents sur les Smartphones de leurs enfants.

Source : Enquête EU Kids Online. Dominique Pasquier et coll. London School of Economics.

VOIR AUSSI :