Législation anti-tabac : les enfants respirent !

L'interdiction du tabac dans les lieux publics est bénéfique pour la santé des enfants. Le résultat d'une étude publiée dans la revue médicale The Lancet a montré une baisse de 10% des hospitalisations d'enfants pour asthme, dans les pays ayant adopté la législation anti-tabac.

Rédigé le

Législation anti-tabac : les enfants respirent !
Législation anti-tabac : les enfants respirent !

C'est pour protéger les petits et les grands des effets du tabagisme passif sur leur santé que la législation anti-tabac a été mise en place dans de nombreux pays. Des chercheurs hollandais se sont donc penchés sur l'impact sanitaire de l'interdiction du tabac dans les lieux publics et professionnels, tout particulièrement sur la santé des enfants. Ils ont ainsi passé au peigne fin les résultats de onze études réalisées en Amérique du Nord et en Europe. Résultat : le taux de naissances prématurées et des hospitalisations d'enfants pour asthme avait diminué de 10% l'année qui a suivi l'entrée en vigueur la législation interdisant le tabac dans les lieux publics et professionnels.

Les effets de la fumée de cigarette sont délétères sur la santé de l'enfant. Le calibre de ses bronches est réduit par rapport à celui de l'adulte. Sa fréquence respiratoire est plus élevée. Il inhale donc plus de substances toxiques qu'un adulte.

Par ailleurs, son système immunitaire n'est pas totalement développé, il est alors plus vulnérable. L'exposition à la fumée de cigarettes peut entraîner des irritations des yeux, du nez et de la gorge. Lorsqu'elle est prolongée, l'enfant peut être sujet à des rhinopharyngites, des otites, des crises d'asthme et des infections respiratoires (pneumonies, bronchites). Dans les cas les plus graves, la mort subite chez le nourrisson peut survenir. L'enfant peut développer un cancer du poumon à l'âge adulte.

La loi anti-tabac protège 16% de la population mondiale

Pour aboutir à cette conclusion publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, les auteurs de l'étude ont passé en revue plus de 2,5 millions de naissances et quelques 250.000 hospitalisations d'enfants pour asthme intervenues entre 2008 et 2013. 

"Notre étude fournit la preuve que les interdictions de fumer ont des bénéfices considérables sur la santé périnatale et sur la santé de l'enfant et apportent un soutien fort aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) visant à créer des espaces publics sans tabac au niveau national", souligne le Dr Japser Been de l'Université de Maastricht (Pays-Bas). Plus d'un milliard de personnes, soit 16% de la population mondiale, sont aujourd'hui protégées par les lois nationales anti-tabac, selon l'OMS.

Des économies de santé grâce à la lutte anti-tabac

L'impact du tabagisme passif sur la santé des enfants est un enjeu sanitaire à l'échelle mondiale. Selon l'OMS, 31% des décès liés au tabagisme passif concernent les enfants. A l'heure où les économies en matière de santé sont de mises, agir en faveur de la prévention peut contribuer à limiter les dépenses. Dans un commentaire joint à l'étude, Sara Klakhoran et Stanton Glantz, de l'Université de Californie évaluent à sept milliards de dollars (cinq milliards d'euros) les économies qui pourraient être réalisées chaque année grâce à une réduction de 10% des hospitalisations pour des problèmes respiratoires, dont l'asthme, liés au tabagisme passif en Europe et aux Etats-Unis. "On a rarement vu une intervention aussi simple améliorer la santé et réduire les coûts aussi rapidement et de manière aussi importante", relèvent-ils.

Source : Effect of smoke-free legislation on perinatal and child health: a systematic review and meta-analysis The Lancet, Early Online Publication, 28 March 2014 doi:10.1016/S0140-6736(14)60082-9

VOIR AUSSI :