1. / Maladies
  2. / Maladies hormonales
  3. / Perturbateur endocrinien

Des perturbateurs endocriniens dans de nombreux cosmétiques

Dans un communiqué publié le 2 avril 2013, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce la présence, dans de nombreux produits de beauté, de substances chimiques identifiés comme perturbateurs endocriniens, parfois en concentrations élevées.

Rédigé le , mis à jour le

Des perturbateurs endocriniens dans de nombreux cosmétiques

Publiant les résultats de tests réalisés, conjointement avec trois autres associations, sur 66 produits de beauté et d'hygiène corporelle courants, l'UFC-Que choisir annonce y avoir identifié de nombreux perturbateurs endocriniens "sous la forme de conservateurs, d'antibactériens, de filtres solaires et d'émollients".  

Les perturbateurs endocriniens se définissent comme des substances chimiques (certaines naturelles) qui interfèrent ou bien sont suspectées d'interférer avec le système hormonal humain, parfois même s'ils sont présents à très faibles doses. Ces perturbateurs endocriniens ou hormonaux sont suspectés d'avoir un impact sur la fertilité et d'être liés à l'augmentation du nombre de cancers dits hormono-dépendants, principalement ceux du sein et de la prostate.

Le triclosan est un antibactérien présent dans certains dentifrices

L'association précise que la réglementation européenne prend bien "en compte les risques" liés aux perturbateurs endocriniens mais s'alarme de l'effet "cocktail" induit par l'addition de plusieurs produits utilisés l'un après l'autre. "L'exposition à ces molécules [est accrue] lorsque l'on utilise différents produits comportant la même molécule et dont les doses s'additionnent pour atteindre un niveau de risque significatif", souligne le communiqué.

C'est le cas en particulier avec le triclosan, un antibactérien dont les teneurs dans les dentifrices et les déodorants pris isolément sont "acceptables" mais qui atteignent un niveau de risque significatif dans le cadre d'une utilisation combinée. Ainsi, un des dentifrices testés renferme 2,09 g/kg de triclosan, une dose jugée par les experts d'UFC comme "trop élevée en particulier combinée à un déodorant contenant également du triclosan car elle engendre un niveau de risque significatif".

L'UFC-Que choisir appelle la Commission européenne à diligenter des recherches indépendantes sur l'impact de ces molécules sur le long terme et à renforcer la réglementation pour prendre en compte "l'effet cocktail" des produits l'un après l'autre.

Les tests ont, en outre, montré que les listes d'ingrédients n'étaient pas toujours fiables avec la présence de substances non indiquées sur les étiquettes… ou la mention de molécules non détectées en laboratoire.

 En savoir plus

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24