1. / Livre

La sélection du 22/05/2015

La traversée de la nuit ; Geneviève de Gaulle Anthonioz ; Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion : dialogues ; On l'appelait docteur la mort : De Mauthausen au Caire, le récit haletant de la plus longue traque de l'histoire... sont les livres présentés par Gérard Collard dans "Le magazine de la santé" du 22 mai 2015.

Rédigé le

La sélection du 22/05/2015
  • La traversée de la nuit
    Geneviève De Gaulle-Anthonioz
    Ed. Seuil, novembre 2001

Geneviève de Gaulle Anthonioz, née en 1920, elle est la nièce du général de Gaulle. Résistante dès 1940, elle est arrêtée en 1943, internée à Fresnes puis au camp de concentration de Ravensbrück. Depuis 1956, elle est présidente de l'Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance. En 1958, elle fait partie de la première association qui donnera naissance au Mouvement ATD Quart Monde.

 

  • Geneviève de Gaulle Anthonioz
    Caroline Glorion
    Ed. Plon, avril 2015

"L'héroïsme, je n'aime pas ce mot. Les peuples ont besoin d'avoir des modèles, alors on leur invente des héros... Mais la vie, ce n'est pas cela. Je ne crois pas qu'il faille chercher à avoir une grande vie ou un grand destin... il faut essayer d'être juste". Geneviève de Gaulle élevait rarement la voix, mais elle n'hésitait pas, avec une ferme détermination, à se faire entendre dans le débat politique. Dans ce livre, elle accepta de lever le voile sur ce qu'étaient ses convictions, ses engagements. Toute sa vie, elle mena le même combat : lutter pour la dignité de l'homme, refuser la misère qu'elle considérait comme une insulte à la démocratie. Nièce du général de Gaulle, elle entra dans la résistance à dix-huit ans. Déportée au camp de Ravensbrück, elle lutta sans relâche contre l'anéantissement. C'est ce même "refus de l'inacceptable" qui la conduisit au sein d'ATD Quart Monde, dès 1958, à lutter contre la grande pauvreté. "Résistante" est le seul adjectif que Geneviève de Gaulle Anthonioz accepta que l'on accole à son nom.

 

  • Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion : dialogues
    Isabelle Anthonioz-Gaggini et Anise Postel-Vinay
    Ed. Plon, avril 2015

"Ma mère, Geneviève de Gaulle, faisait partie du "convoi des 27.000" avec la mère de Germaine Tillion ; elles devinrent amies pendant le transport vers le camp de Ravensbrück en février 1944. Elles y retrouvèrent Germaine, internée depuis plusieurs mois. Les deux jeunes femmes survécurent, Madame Tillion fut gazée. Geneviève et Germaine ne se quittèrent plus, devenues plus que des amies, plus que des soeurs. Depuis l'enfance, nous avons été témoins, mes frères et moi, de leurs longs échanges complices dans le travail inlassable de la conscience et de la mémoire, pour garder ce qui est vrai et juste, dans l'engagement commun du combat contre l'inacceptable. " Isabelle Anthonioz-Gaggini À l'occasion de l'entrée au Panthéon de Geneviève de Gaulle Anthonioz, sa mère, et de Germaine Tillion, Isabelle Anthonioz-Gaggini nous livre des échanges inédits de ces deux femmes d'exception, résistantes, déportées, qui toute leur vie luttèrent pour le devoir de mémoire. Des dialogues où les rires côtoient les silences douloureux, où les récits, précis, détaillés, terribles, ouvrent une vision lucide, mais aussi fraternelle de l'humanité.

 

  • On l'appelait Docteur la Mort
    De Mauthausen au Caire, le récit haletant de la plus longue traque de l'histoire

    Nicholas Kulish et Souad Mekhennet
    Ed. Flammarion, janvier 2015

Le Caire, 2008. Toutes les preuves sont là, dans cette vieille serviette couverte de poussière. Jamais la trace d Aribert Heim n aurait été retrouvée si deux journalistes n avaient repris l enquête de zéro. Le mystère du boucher de Mauthausen, celui qu on appelait aussi « Docteur La Mort », aura duré plus de soixante ans. En 1942, Heim était l un des médecins du camp. Plusieurs témoins l y ont vu commettre des actes d une barbarie insoutenable.

Reconnaissable entre tous, par sa beauté, sa taille et sa force herculéennes, cet ancien champion de hockey, brièvement inquiété, continue impunément, après la guerre, à exercer la médecine. Jusqu'au jour où, sentant venir le châtiment, il quitte femme et enfants, puis disparaît. Il est alors recherché jusqu en Amérique latine, mais demeure introuvable. Ses poursuivants Alfred Aedtner et Simon Wiesenthal ne penseront jamais à l'Égypte. C'est pourtant là qu'il vivra pendant près de trente ans aimé des enfants du quartier, de ses amis musulmans, de son fils ignorant et complice et qu'il mourra, en éternel nazi.

Cette enquête au long cours, qui se lit comme un roman noir, est la reconstitution de ce trajet hors normes celui d un homme jamais repenti, symbole d une mémoire allemande toujours à vif.

 

Vous pouvez commander les livres présentés par Gérard Collard en vous rendant sur le site de la librairie en ligne La Griffe noire.

Sponsorisé par Ligatus