1. / Se soigner

Traitements du cancer de la prostate : des ultrasons à la photothérapie

Avec plus de 70.000 nouveaux cas par an en France, le cancer de la prostate arrive en tête des cancers masculins devant celui du poumon. C'est un cancer qui apparaît la plupart du temps entre 60 et 90 ans et dont les traitements sont d'autant plus efficaces que la maladie est diagnostiquée précocement, d'où l'importance d'un dépistage dès 50 ans... Comment détecte-t-on un cancer de la prostate ? Quels sont les traitements proposés ? Quelles sont les conséquences sur la vie quotidienne des malades ?

Rédigé le , mis à jour le

Traitements du cancer de la prostate : des ultrasons à la photothérapie
Traitements du cancer de la prostate : des ultrasons à la photothérapie
Sommaire

Qu'est-ce que le cancer de la prostate ?

ad_cancer_prostate_intro_260313.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme. Ce cancer ne donne de signes que tardivement, c'est la raison pour laquelle la question du dépistage reste polémique.

La prostate est une glande de la taille d'une châtaigne qui se trouve à la sortie de la vessie. Elle entoure l'urètre, le canal qui permet d'évacuer l'urine. Le rôle de la prostate est de fabriquer un liquide indispensable à la formation du sperme. Une fois produites, les sécrétions de la prostate sont stockées dans les vésicules séminales, puis elles vont être mélangées aux spermatozoïdes pour les nourrir mais aussi pour leur permettre ensuite de passer dans l'urètre et d'être éjaculé vers l'extérieur au niveau du gland. C'est la contraction de la prostate qui aide le mécanisme d'éjaculation.

On parle d'adénome de la prostate, quand la partie centrale de la glande gonfle. L'adénome est une tumeur bénigne (donc pas grave), mais qui est gênante. La prostate étant traversée par le canal urinaire, quand elle gonfle, elle écrase ce conduit, d'où les problèmes urinaires.

En cas de cancer de la prostate, des cellules de la prostate se multiplient de façon anarchique, formant ainsi une masse. La tumeur se développe généralement en périphérie, au contact du rectum.

Les ultrasons : un traitement plus doux

184-prostate_cancer_ultrasons.flv
Le traitement par ultrasons

Il est possible de traiter la prostate par une méthode plus douce que la chirurgie : les ultrasons. Cette méthode appelée "ablatherme" reste toutefois moins fréquente. En effet, seule une trentaine de cliniques ou d'hôpitaux la proposent en France.

Les médecins ont également d'autres armes à leur disposition, tels que l'hormonothérapie qui bloque le développement du cancer en réduisant le taux d'hormones masculines, ou la radiothérapie.

La curiethérapie : des grains radioactifs

ad_cancer_prostate_curietherapie.flv
La curiethérapie se déroule en une seule intervention.

En matière de traitement de la prostate, l'ablation n'est pas la seule solution. Dans certains cas, une radiothérapie particulière, la curiethérapie est proposée, en une seule intervention.

La curiethérapie est utilisée pour les petites tumeurs. On place des implants radioactifs dans la prostate, sous forme de grains d'iode radioactif, qui agissent ainsi directement sur la tumeur. Ils sont laissés à demeure où leur activité dure un an environ. Ils ne posent ensuite aucun problème pour la santé du patient ou pour les contrôles ultérieures d'IRM.

Les résultats de la curiethérapie de la prostate sont très encourageants puisque 95% des hommes sont guéris à long terme, avec une bonne conservation des performances sexuelles et quasiment aucune incontinence.

Prostatectomie : l'ablation de la prostate

ad_cancer_prostate_ablation_operation_260313.flv
Comment opère-t-on le cancer de la prostate ?

L'ablation totale de la prostate est recommandée quand les biopsies confirment la présence d'une tumeur cancéreuse. On parle alors de prostatectomie. L'accès à la prostate est difficile et il ne faut pas blesser les tissus avoisinants. Certains urologues utilisent un robot chirurgical pour un meilleur contrôle des gestes opératoires.

L'opération laisse souvent des séquelles. Au cours de la prostatectomie, les nerfs de l'érection peuvent être endommagés. Il en résulte une impuissance chez 60 à 90% des patients. Mais l'érection peut parfois être récupérée. Cela dépend de l'âge et de l'atteinte des nerfs érecteurs. Lorsque ce n'est pas le cas, il existe des traitements pour remédier à l'impuissance.

Autre conséquence négative de l'opération : son retentissement sur l'appareil urinaire. Les sphincters qui permettent l'évacuation de l'urine sont très proches de la prostate. Et quand on enlève la prostate, ils sont souvent abîmés. Des fuites urinaires apparaissent surtout à l'effort.

La photothérapie en phase d'essai

CDS_prostate_phototherapie.flv
La photothérapie diminuerait les effets secondaires.

Un essai clinique de phase II est en cours actuellement à travers le monde pour le traitement du cancer de la prostate. Deux hôpitaux français y participent, à Lille et au CHR d'Angers.

Jusqu'à présent il existait trois types de traitements curatifs pour les cancers localisés. La chirurgie avec ablation complète de la prostate, la radiothérapie et la curiethérapie, des traitements relativement invasifs aux effets secondaires parfois difficiles sur la sexualité ou la miction.

En dehors de ces trois traitements, de nouvelles méthodes thérapeutiques qualifiées de "mini-invasives" sont en cours d'évaluation. Elles ont pour objectif de diminuer les effets secondaires et la durée d'hospitalisation. La photothérapie dynamique est la plus prometteuse.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Articles chats et reportages :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web

  • HIFU Planet
    Traitement du cancer localisé de la prostate par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU)