1. / Maladies
  2. / Gynécologie
  3. / Sécheresse vaginale

Sécheresse vaginale : un large choix de traitements

Brûlures, démangeaisons, irritations, ce phénomène plus courant durant la ménopause, mais qui peut aussi concerner les femmes plus jeunes, augmente la vulnérabilité aux infections gynécologiques et peut perturber l'harmonie sexuelle du couple. Quelles sont les solutions ?

Rédigé le , mis à jour le

Sécheresse vaginale : un large choix de traitements
Sécheresse vaginale : un large choix de traitements
Sommaire

Qu'est-ce que la sécheresse vaginale ?

ad_secheresse_intime_intro_111212.flv
Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent la sécheresse vaginale.

Plus d'une femme sur six déclare souffrir parfois de sécheresse vaginale. Brûlures, démangeaisons, irritations, ce phénomène est courant lors de la ménopause mais la sécheresse intime touche aussi les femmes plus jeunes. La sécheresse vaginale augmente la vulnérabilité aux infections gynécologiques et peut perturber l'harmonie sexuelle du couple. Elle est la conséquence d'un trouble de l'hydratation au niveau du vagin.

La surface interne est tapissée d'une muqueuse et plusieurs glandes assurent la sécrétion de substances lubrifiantes. Au niveau de la vulve, des glandes sont présentes dans le muscle qui aide la vulve à se contracter : les glandes de Bartholin. Elles sécrètent en permanence un liquide filant et incolore pour hydrater la vulve et les petites lèvres.

Au niveau du col utérin, se trouvent des glandes qui sécrètent un liquide légèrement visqueux. Ce dernier s'écoule le long de la paroi du vagin entraînant avec lui les éventuels germes présents ainsi que les cellules mortes. Car comme pour les cellules de la peau, celles du vagin se renouvellent constamment, elles meurent et se desquament. Les sécrétions sont une sorte de système d'auto-nettoyage.

Toutes ces sécrétions varient en fonction de l'activité sexuelle et du cycle menstruel. Ce qui sous entend aussi que tout ce qui peut perturber la sécrétion hormonale peut avoir une conséquence sur l'activité des glandes et provoquer une sécheresse vaginale.

La sécheresse vaginale à la ménopause

ad_secheresse_intime_temoin_111212.flv
Rendez-vous chez le gynécologue pour un problème de sécheresse vaginale à la ménopause

La sécheresse intime a tendance à augmenter avec l'avancée en âge et l'entrée dans la ménopause. Après 50 ans, on observe chez les femmes une diminution des sécrétions hormonales. L'arrêt de l'activité des ovaires se traduit par une baisse rapide des taux d'œstrogènes et de progestérone. Cela influe sur la qualité de la peau et des muqueuses. Pour y remédier, il existe des traitements hormonaux substitutifs.

À la ménopause, un traitement est souvent nécessaire pour compenser la baisse d'hormones oestrogéniques qui a tendance à assécher les muqueuses. Une sécheresse vaginale peut être repérée grâce à un examen gynécologique. On observe alors une petite diminution de l'élasticité du vagin ou une modification de la couleur de la paroi vaginale.

Après la ménopause la lubrification vaginale est souvent plus lente à venir, un peu moins abondante, l'accès au plaisir est plus difficile et plus inconstant. Lors des rapports sexuels, il est donc important de prendre son temps, de ne pas court-circuiter les préliminaires. Il faut éviter les rapports trop rapides… Pour atténuer la sécheresse intime, le gynécologue peut prescrire un traitement hormonal substitutif sous forme de patchs, de gels, de comprimés ou d'ovules. Pour acquérir un équilibre, il faut parfois essayer plusieurs traitements avant de trouver le bon.

Traitements : des ovules aux pipettes

ad_secheresse_intime_solutions_111212.flv
Inventaire des solutions contre la sécheresse vaginale dans une pharmacie

Lorsque la sécheresse intime est passagère, on trouve de nombreux lubrifiants en pharmacie qui permettent généralement d'améliorer les choses. Crèmes, gels, lubrifiants, ovules... Pour s'y retrouver parmi la gamme de produits, il faut demander conseil au pharmacien afin de choisir le plus approprié.

Si vous êtes sujette à la sécheresse intime, vous avez en pharmacie l'embarras du choix. L'offre de lubrifiants en accès libre est foisonnante. À utiliser juste avant un rapport, certains gels reproduisent les sécrétions féminines naturelles.

Pour améliorer la lubrification vaginale et faciliter la pénétration, il est aussi possible d'agir plus en profondeur. Les canules vont par exemple permettre une hydratation au niveau vaginal, au niveau interne contrairement aux gels, qui agissent plus au niveau externe. Il existe même une gamme destinée aux femmes sous chimiothérapie, dont la lubrification est affectée.

Pour conserver une vie sexuelle épanouie, on peut aussi recourir aux ovules d'acide hyaluronique. L'acide hyaluronique est une molécule très cicatrisante qui va favoriser la cicatrisation d'une muqueuse sèche et irritée. Les femmes peuvent utiliser les ovules deux fois par semaine pour lubrifier l'intérieur du vagin et éviter les douleurs pendant les rapports…

On peut également agir contre la sécheresse intime à plus long terme avec des gélules à prendre en cure. L'huile de bourrache favorise notamment l'hydratation cutanée puisqu'une femme ménopausée a une peau plus sèche, mais elle est aussi riche en oméga-6 ce qui permet l'hydratation au niveau des muqueuses. En dehors des rapports sexuels, quelques crèmes apaisantes améliorent le confort de la femme du matin au soir. Enfin pour traiter une sécheresse intime plus installée, il existe des crèmes à base d'hormones sur prescription médicale.

Le conseil du pharmacien et l'étendue des produits permettent de lutter efficacement contre la sécheresse vaginale. Mais si les symptômes persistent, et à la ménopause, mieux vaut consulter son gynécologue.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Dossiers :

Ailleurs sur le web