1. / Maladies
  2. / Diabète

Diabète, les dégâts du sucre

Quatrième cause de décès dans les pays développés, le diabète devrait, selon une estimation de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), concerner plus de 360 millions de personnes dans le monde en 2030. Beaucoup ignorent pourtant les signes et les complications de la maladie.

Rédigé le , mis à jour le

Diabète, les dégâts du sucre
Diabète, les dégâts du sucre
Sommaire

Qu'est-ce que le diabète ?

ad_diabete_intro_300914.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le diabète.

Le diabète est une maladie qui est devenue une épidémie. 8% de la population mondiale est concernée. Et en France, environ 3,5 millions de personnes souffrent de diabète. À l'origine de la maladie, il y a la génétique mais aussi nos modes de vie.

Le diagnostic du diabète

Il se fait grâce à la mesure de la glycémie. Si elle dépasse à 2 reprises 1,26 gr/l à jeun, on parle de diabète. Pour le diabète de type 1, la diagnostic peut aussi être posé à n'importe quel moment de la journée s'il est supérieur à 2 gr/l, en présence de symptômes (soif intense, urines abondantes, fatigue, amaigrissement en dépit d'un appétit conservé,...)

 

Quand on est diabétique, on vit avec un petit appareil (stylo piqueur et lecteur). Il permet de mesurer le taux de sucre dans le sang, ce que l'on appelle la glycémie. Quand cette glycémie dépasse la norme, cela signifie que l'organisme ne parvient pas à gérer son principal carburant : le sucre. Normalement, quand le taux de sucre augmente, le pancréas libère de l'insuline, une hormone qui permet de réguler cette glycémie. Le diabète apparaît quand cette régulation est défaillante.

Deux scénarios sont possibles. Si l'insuline est absente, on parle de diabète de type 1. Les îlots de Langerhans du pancréas censés produire l'insuline sont détruits par le système de défense. Résultat, les sucres ne sont plus absorbés par les cellules et s'accumulent dans le sang. La glycémie augmente. Ce diabète atteint le plus souvent les jeunes.

Dans le second scénario, ce n'est pas l'insuline qui pose problème puisqu'elle est produite. Les cellules de l'organisme font en quelque sorte de la résistance. L'organisme ne parvient pas à utiliser le glucose correctement, on parle de diabète de type 2. Il apparaît chez l'adulte, souvent en raison d'une surcharge pondérale, d'une alimentation trop grasse, trop sucrée, associée à une sédentarité. Dans ce type de diabète, le pancréas est constamment sollicité, jusqu'au jour où fatigué de cette stimulation permanente, il s'arrête de produire l'insuline. C'est le diabète insulino-déficient.

Un excès de sucre dans le sang peut être dangereux pour de nombreux organes. À l'inverse, les diabétiques peuvent souffrir d'épisodes d'hypoglycémie, également dangereux.

Quels sont les traitements du diabète ?

diabete_specialiste.flv
Où en sont les traitements du diabète ?

Il s'agit essentiellement d'un suivi de règles alimentaires strictes et de prise de médicaments, dont l'injection d'insuline qui permet au malade de réguler son taux.

Il faut rappeler que ce sont les "à-coups hyperglycémiques" qui sont dangereux pour les artères : celles du cœur (le risque de maladie cardiaque est multiplié par quinze chez les diabétiques), des reins (10 % des dialysés sont des diabétiques non traités), des jambes (5 000 amputations chaque année sont également liées à un diabète non traité) et des yeux (le diabète est la première cause de cécité chez l'adulte).

Ces complications apparaissent insidieusement en cas de diabète gras, alors que le diabète maigre se manifeste très vite.

Tant qu'il n'y a pas de complications, les diabétiques ne se sentent pas malades et ont donc souvent du mal à accepter le suivi et les traitements nécessaires. Même quand la maladie est évoluée, le suivi reste difficile.

Les pompes à insuline

ad_diabete_pompe_insuline_111012.flv
La pompe à insuline offre un véritable confort aux patients diabétiques.

Pour les diabétiques de type 1, c'est-à-dire ceux dont le pancréas ne fait plus d'insuline, l'amélioration du traitement passe par les pompes à insuline plus faciles à utiliser. Elles permettent d'injecter durant toute la journée et la nuit, la quantité nécessaire d'insuline.

La pompe à insuline offre une amélioration de la qualité de vie à près de 25.000 patients. Mais 70.000 pourraient potentiellement en bénéficier.

Incrétines : un nouveau traitement prometteur

AD_diabete_nouveau_traitement.flv
Point négatif : les incrétines sont des produits très chers, environ 110 euros par mois.

Une nouvelle famille de médicaments est arrivée vers 2007, les incrétines. Ce sont des hormones gastro-digestives qui stimulent indirectement la production d'insuline. Il en existe plusieurs classes. Certaines ont même l'avantage de faire perdre du poids aux diabétiques de type 2, ceux dont les problèmes de nutrition sont importants. Il s'agit d'un outil très intéressant pour les diabétologues.

Vivre avec le diabète

ad_diabete_mesure_glycemie_capteur_300914.flv
Comment apprendre à vivre avec le diabète ?

Le dépistage est indispensable. Il est simple et fiable : une prise de sang suffit, qui mesure la glycémie (le taux de sucre dans le sang) à jeûn. Par la suite, le prélèvement doit être refait régulièrement.

Doivent notamment se faire dépister dès 40 ans : les personnes qui ont des parents diabétiques, une hypertension, trop de cholestérol ou trop de triglycérides, et donc un surpoids. Les femmes qui ont donné naissance à des bébés qui pesaient plus de 4 kg doivent également se faire dépister.

De plus, du fait de "l'épidémie" d'obésité, le diabète touche des personnes de plus en plus jeunes. Les diabétologues souhaiteraient donc voir se développer des tests pour les jeunes.

Il faut rappeler que le taux d'enfants en surpoids est passé de 3% il y a quarante ans à plus de 16% en 2004.

Concernant les facteurs génétiques, on sait que quand un parent est diabétique, le risque pour les descendants est de 30%, alors qu'il n'est que de 6% dans la population générale. Si les deux parents sont diabétiques, ce taux passe à 50% et la maladie apparaît plus tôt, dès 30-40 ans. Quand aux vrais jumeaux, si l'un est diabétique, le risque pour l'autre est de 90%.

Pour beaucoup de diabétiques, les journées sont rythmées par des piqûres sur le bout du doigt pour vérifier leur glycémie dans le sang. Une contrainte souvent lourde pour ces malades. Aujourd'hui, il existe des alternatives pour mesurer sa glycémie sans se piquer comme les nouveaux capteurs de glucose.

En savoir plus sur le diabète

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Dossiers :

Animations 3D :

Ailleurs sur le web

  • Association Francaise des Diabétiques (AFD)
    Véritable acteur de santé, l'AFD est pleinement engagée dans la gouvernance de la santé. L'AFD édite Equilibre, le magazine du diabète solidaire et organise chaque année en novembre, "Les 72 heures d'Equilibre", la plus importante manifestation de France autour du diabète.