1. / J'ai mal…
  2. / Aux reins
  3. / Pyélonéphrite

La pyélonéphrite : une infection grave du rein

Fièvre élevée, frissons, difficultés à uriner et douleurs très fortes au niveau des reins sont les principaux signes de la pyélonéphrite. Cette infection des reins est parfois si grave qu'elle nécessite une hospitalisation.

Rédigé le , mis à jour le

La pyélonéphrite : une infection grave du rein
La pyélonéphrite : une infection grave du rein
Sommaire

Qu'est-ce que la pyélonéphrite ?

pyelonephrite_principe.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent les causes de la pyélonéphrite.

Contrairement à une déformation de langage, les reins ne sont pas en bas du dos mais ils sont situés plus haut, immédiatement sous le diaphragme, plaqués contre la paroi postérieure de la cavité abdominale et de chaque côté de la colonne vertébrale. Les deux reins servent à filtrer le sang : soit 180 litres par jour. Nos urines sont le résultat de cette filtration permanente et vitale.

Ces urines passent ensuite dans le bassinet, ou pyélon... d'où le terme de pyélonéphrite. Puis, elles passent par les uretères, conduits qui les amènent à la vessie. C'est ensuite l'urètre qui les évacue à l'extérieur.

La pyélonéphrite est une infection du rein provoquée par un germe. Le plus souvent, celui-ci vient de la vessie, il remonte l'uretère et le bassinet pour arriver dans le rein.

Il y a souvent une cystite associée (une infection de la vessie qui provoque des brûlures lorsque l'on urine). Cela est très fréquent chez les jeunes femmes ou les enfants et la plupart du temps, les médecins viennent à bout de cette infection grâce aux antibiotiques.

La pyéloplastie

pyelonephrite_operation.flv
Attention, images d'intervention chirurgicale : la pyéloplastie permet d'élargir les voies de passage du rein à la vessie.

Mais d'autres causes que la cystite peuvent expliquer une pyélonéphrite, comme une constipation prolongée, qui favorise le passage des germes dans les voies urinaires, ou encore une malformation, par exemple, au niveau de la jonction entre le pyélon et l'uretère, qui peut s'avérer étroite et empêcher les urines de circuler normalement. La seule solution dans ce cas-là est une opération pour élargir le pyélon : une pyéloplastie.

Une pyélonéphrite est parfois si grave qu'une hospitalisation est nécessaire, elle est d'ailleurs systématique si l'enfant a moins de 3 mois. On donne parfois, en prévention d'une récidive, des antibiotiques ou des antiseptiques, médicaments plus légers contre les infections.

Quelques conseils simples sont recommandés pour éviter les cystites : boire au moins un litre et demi d'eau par jour pour les adultes, et s'assurer que les enfants boivent régulièrement au cours de la journée. Deuxième recommandation : aller aux toilettes régulièrement, car se retenir augmente les risques d'infection.

Pyélonéphrite : quand l'infection urinaire affecte les reins

ad_infections_urinaires_pyelonephrite_021014.flv
La pyélonéphrite est une infection bactérienne des voies urinaires hautes qui atteint le rein.

Les infections urinaires basses (cystite, urétrite) représentent la majorité des cas. Mais il arrive que les bactéries remontent de la vessie vers les reins et prolifèrent à ce niveau-là. Il s'agit alors d'une pyélonéphrite, une infection urinaire haute, qui peut être très grave.

La pyélonéphrite peut être grave lorsqu'elle est obstructive, c'est-à-dire quand un obstacle comme un calcul est présent sur les voies urinaires du côté de l'infection du rein. "C'est la cause la plus fréquente des interventions en urgence pour drainage des urines. Nous sommes obligés de drainer les urines infectées en mettant une petite sonde qui va du rein à la vessie et qui permet aux urines de s'écouler tout en shuntant l'obstacle", explique le Dr Marie Audouin, urologue.

Les conséquences de cette pyélonéphrite peuvent être dramatiques : "si on ne draine pas les urines en urgence, les patients peuvent faire un choc septique et mourir de leur infection du rein".

Les mesures préventives sont les mêmes que pour une cystite : boire un litre et demi d'eau par jour, s'essuyer d'avant en arrière après la miction, porter des sous-vêtements en coton et uriner après chaque rapport sexuel.

En savoir plus sur les infections urinaires

Sur Allodocteurs.fr :