1. / Maladies
  2. / ORL
  3. / Grippe

Tout savoir sur le virus de la grippe

Chaque année, la grippe touche plus de deux millions de Français. Généralement bénigne, elle peut tout de même entraîner des complications pulmonaires graves, notamment chez les personnes âgées et/ou fragiles. L'épidémie de l'hiver 2014-2015 ayant été plus meurtrière que les années précédentes, les autorités sanitaires rappellent l'importance du vaccin.

Rédigé le , mis à jour le

Tout savoir sur le virus de la grippe
Tout savoir sur le virus de la grippe
Sommaire

Grippe : un virus, des virus

AD_grippe_intro_140116.flv
Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent la transmission du virus de la grippe.

Toux, fièvre, maux de tête, courbatures… ces symptômes sont ceux de la grippe saisonnière. Une épidémie qui - chaque année - dure environ neuf semaines, de novembre à avril, et touche entre deux et trois millions de Français. La grippe est due à un virus dont il existe trois types A, B, C. Dans la plupart des cas, ce sont les types A et B que nous rencontrons. A est le plus dangereux et B le plus fréquent.

La grippe se manifeste sous deux formes : les épidémies saisonnières, comme ce qui se passe en France chaque hiver, et les épidémies mondiales, appelées pandémies. Celles-ci sont liées à une transformation radicale du virus par rapport à celui de l'année précédente. Ainsi, personne ne sait se défendre, ce qui a pour conséquence une grande mortalité.

Comment les virus grippaux nous infectent. Quand une personne est contaminée, elle projette des gouttelettes de salive dans l'air, en parlant, en toussant ou en éternuant. Des millions de virus se retrouvent alors dans l'air : ils vont être inhalés par d'autres personnes qui seront contaminées à leur tour et ainsi de suite… (mais la contamination peut aussi, par exemple, se faire par les mains ou des objets souillés par des gouttelettes de salives infectées).

Une fois le virus dans l'organisme, les symptômes apparaissent au bout de un à quatre jours. Le virus s'attaque surtout aux voies respiratoires supérieures (le nez, la gorge, les bronches), plus rarement aux poumons. Résultats : une forte fièvre apparaît brutalement, ainsi qu'une toux (généralement sèche), un écoulement nasal, un mal de gorge, des maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires… Bref, un malaise général.

Si la plupart du temps, la grippe guérit spontanément en une semaine, elle peut aussi avoir des complications graves et entraîner parfois la mort. En 2014, la grippe saisonnière a entraîné une surmortalité hivernale record, estimée à 18.300 décès.

Comment échapper à la grippe ?

2015-01-22-ad-grippevitercomplications-vf-75820_logo.flv
La vaccination est le meilleur moyen de se protéger contre la grippe.

Certains gestes simples peuvent restreindre les risques de contamination. Au-delà de ces gestes, le seul moyen de prévention efficace est le vaccin contre la grippe. La maladie étant provoquée par un virus, l'utilisation d'antibiotiques (qui ciblent les bactéries) est ainsi totalement inefficace. Les préparations homéopathiques n'offrent aucune protection contre la grippe.

Le virus de la grippe, lorsqu'il pénètre dans l'organisme, va provoquer la maladie, sauf si l'on a appris à l'organisme à reconnaître ce virus, à l'identifier comme dangereux, et donc à l'attaquer. C'est le but du vaccin, qui contient le virus auquel on a fait perdre sa dangerosité (on parle de "virus inactivé") et plusieurs molécules complémentaires (des "adjuvants") qui vont stimuler le système immunitaire.

Pourquoi se faire vacciner contre la grippe ?

Environ 70% des personnes vaccinées sont totalement protégées contre le virus, les symptômes et la durée de la maladie étant atténués chez les 30% restant. A noter qu'une couverture vaccinale étendue réduit les risques de contamination pour l'ensemble de la population.

Se faire vacciner contre la grippe saisonnière s'avère relativement simple, le vaccin peut être acheté librement en pharmacie, sans ordonnance, au même titre qu'une boîte d'aspirine. Pour autant, cela ne signifie pas que l'on puisse sans risque se vacciner soi-même.

Le recours à la vaccination est en baisse depuis plusieurs années, même chez les personnes âgées. Le vaccin est pourtant le moyen le plus efficace de se protéger des complications liées à la grippe saisonnière. Les souches de virus de la grippe en circulation ne sont pas les mêmes chaque année, ce qui explique que la composition du vaccin soit légèrement différente d'une année sur l'autre. C'est la raison pour laquelle il faut renouveler le vaccin annuellement. De plus, la protection apportée par le vaccin est limitée dans le temps, elle ne dure que six à huit mois.

Qui doit se faire vacciner ?

La vaccination est recommandée pour les personnes fragiles ou particulièrement exposées à savoir les personnes âgées de plus de 65 ans, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les personnes obèses et certains professionnels de santé. Dans ces cas, l'Assurance maladie prend en charge à 100% le vaccin antigrippal.

Quand se faire vacciner ?

La campagne nationale de vaccination commence début octobre et se poursuit jusqu'à fin janvier en France métropolitaine, Martinique, Guadeloupe et Guyane.

Attention, il faut attendre deux semaines après l'injection pour être protégé par le vaccin. Une seule injection annuelle suffit mais pour les enfants de moins de 9 ans, jamais vaccinés contre la grippe, deux injections à quatre semaines d'intervalle sont nécessaires.

Voir aussi

Soigner la grippe

Lorsque la maladie est contractée, les traitements disponibles ciblent essentiellement les symptômes de la grippe, tels que la fièvre et les douleurs.

Les antiviraux permettent de diminuer "d'environ 24 heures" la durée des symptômes, selon le Dr Daneluzzi, infectiologue au Centre hospitalier de Nanterre, interrogé en novembre 2012 par Allodocteurs.fr. Ces médicaments sont également efficaces pour réduire leur intensité. Ils doivent être pris précocément, dans les 48 heures qui suivent l'apparition des symptômes. Ces antiviraux sont cependant réservés à des personnes hospitalisées (en réanimation par exemple).

On fera appel au paracétamol, à l'aspirine ou aux anti-inflammatoires, avec une préférence nette pour le paracétamol, qui a moins d'effets indésirables. Sa posologie est de 60 mg par kilo pour les nourrissons et les enfants, à répartir en 4 doses séparées au minimun par un intervalle de 4 heures. Les adultes prendront 1 gramme, trois fois par jour. Quant à l'aspirine, elle est à proscrire chez l'enfant et d'usage prudent chez l'adulte avec un antécédent d'ulcère, d'asthme, d'insuffisance rénale, etc. La dose maximale est d'un gramme, trois fois par jour. Pour l'ibuprofène, on ne dépassera pas les 1 200 mg par jour, là encore répartis en trois prises.

La toux sera éventuellement soulagée par un anti-tussif. Le repos est bien évidemment recommandé (rester chez soi permet de surcroît de ne pas contaminer d'autres personnes). Pas d'inquiétude si la fièvre met cinq jours à s'amender, les symptômes une bonne semaine, et la fatigue plusieurs semaines : ce sont les délais habituellement observés dans la grippe.

Voir aussi

A chaque épidémie son vaccin

273-grippe_vaccin.flv
Comment sont élaborés chaque année les vaccins ?

C'est à l'Institut Pasteur que les chercheurs français mettent au point le vaccin contre la grippe saisonnière. Celui-ci est fabriqué en fonction du virus et comme celui de la grippe évolue chaque année, le vaccin est donc "actualisé" à chaque fois. Un exemple : en 2005, le virus est de type A. Il existe différents sous-types, en fonction des mutations.

Le vaccin commercialisé en France en octobre est en fait élaboré bien avant, au printemps. En effet, les chercheurs travaillent sur les souches grippales observées dans l'hémisphère Sud, qui est alors en plein hiver. Ce sont ces mêmes souches qui arrivent quelques mois plus tard chez nous.

Voir aussi

Grippe : le casse-tête de la vaccination

2015-01-15-AD-grippe-centre-vaccination-VF-122256_logo.flv
Rencontre avec des personnes qui ont fait le choix de se protéger du virus de la grippe.

La grippe est une infection virale qui peut être grave. Alors pour se protéger du virus, certaines personnes font le choix de se faire vacciner contre la grippe.

Les Français sont très partagés concernant la gravité de l'épidémie de grippe. Et beaucoup sont méfiants à l'égard du vaccin. Dans les centres de santé, cette méfiance se ressent. En 2015 comme en 2014, la vaccination n'atteint pas les objectifs fixés par les autorités sanitaires.

"Les personnes à risque qui auraient dû être vaccinées au cours de l'hiver 2014-2015 n'ont été vaccinées que pour une personne sur deux. Il est trop tôt pour dire ce que sera cette épidémie de l'hiver 2015-2016 mais tout porte à croire qu'en fonction du taux de couverture vaccinale, elle sera plus ou moins conséquente", prévient le Dr Latifa Ramdani, médecin généraliste.

Le vaccin contre la grippe n'est pas efficace à 100% mais il réduit les risques de complications graves chez les personnes les plus fragiles comme les nourrissons, les femmes enceintes ou les malades chroniques. Et chez les plus de 65 ans, il diminue de 35% le risque de décès. C'est pourquoi ce vaccin est proposé gratuitement par l'Assurance-maladie aux personnes à qui on recommande de se faire vacciner contre la grippe.

"Chaque année, l'Assurance-maladie adresse dix millions de bons de prise en charge de gratuité du vaccin contre la grippe. Donc toutes les personnes qui font partie des recommandations reçoivent à leur domicile ce bon qu'elles présentent ensuite à la pharmacie de manière à récupérer le vaccin. Elles sont ensuite libres de consulter leur médecin ou une infirmière pour faire réaliser la vaccination", explique le Dr Ramdani. Il est aussi possible de se rendre dans un centre de vaccination.

Les personnes qui souhaitent se faire vacciner mais qui ne sont pas à risque, doivent acheter le vaccin 6,10 euros. Une somme parfois remboursée par les mutuelles. Il faut compter un délai de quinze jours entre l'injection et l'immunité contre le virus.

Grippe et grossesse : une vaccination recommandée

2015-01-15-AD-grippe-femme-enceinte-VF-122257_logo.flv
Grippe : faut-il vacciner les femmes enceintes ?

Les femmes enceintes doivent se faire vacciner contre la grippe mais elles oublient souvent de le faire. Pour cette raison, la maternité de Port-Royal à Paris a imaginé un dispositif innovant pour mieux protéger les femmes au cours de leur grossesse.

Manque d'informations des soignants, réticence des patientes… une femme enceinte sur deux n'est pas vaccinée contre la grippe alors que cette vaccination lui est recommandée. Pour améliorer la couverture vaccinale, la maternite Port Royal a imaginé un dispositif innovant en proposant le vaccin au sein même du service.

De nombreuses femmes enceintes négligent la vaccination contre la grippe, elles ignorent que leur grossesse entraîne une grande vulnérabilité face au virus comme l'explique le Dr Olivia Anselem, gynécologue-obstétricien : "Le système immunitaire est modifié. Cette modification du système immunitaire est physiologique pendant la grossesse pour accepter le développement du bébé qui pour moitié, a des antigènes étrangers à la femme. Et on sait également qu'il y a des modifications de la circulation hémodynamique, des modifications respiratoires  qui sont dues à la grossesse notamment lorsqu'on avance au troisième trimestre de la grossesse".

Conséquence de cette vulnérabilité, des risques pour la mère et pour le foetus : "On sait que le fait de faire une grippe pendant la grossesse peut donner des contractions, éventuellement une fausse couche ou un accouchement prématuré. On sait également qu'il y a un peu plus de risque de mort foetale in utero en cas de grippe pendant la grossesse parce qu'il pourrait y avoir une toxicité du virus sur le myocarde foetal", note le Dr Anselem.

Une femme enceinte a un risque accru de contracter une forme sévère de la grippe. Ce risque est multiplié par huit pour les femmes enceintes atteintes de maladies chroniques. La vaccination présente un autre avantage : protéger le nouveau-né surtout s'il naît en période d'épidémie : "Les nouveau-nés sont plus à risque de faire des formes graves de la grippe notamment avant six mois. Et la vaccination anti-grippale permet le développement par la mère d'anticorps qui vont passer le placenta et donner une protection au nouveau-né vis-à-vis de la grippe. Le nouveau-né ne pouvant pas être vacciné avant l'âge de six mois".

Si vous êtes enceintes et que toutefois vous ne souhaitez pas vous faire vacciner, évitez de fréquenter des personnes atteintes de la grippe et consultez très rapidement un médecin ou une sage-femme en cas de fièvre.

Surveiller l'épidémie

2015-01-22-ad-grippeepidemiologie-vf-75819_logo.flv
Qu'est-ce que l'IRSAN ?

On parle d'épidémie de grippe lorsque le seuil défini par les organismes de surveillance est dépassé. Dans les machines de l'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (IRSAN), des centaines de milliers de données médicales sont stockées. Des données issues de l'activité d'environ 1.000 médecins (des médecins de SOS médecins) qui à chaque intervention envoient en temps réel leurs données. Au total, ce sont 10.000 actes envoyés chaque jour par ces médecins répartis sur 70% du territoire.

Une fois envoyées, ces données sont analysées. Grâce à des calculs, l'IRSAN informe le grand public et les professionnels de santé de l'évolution de l'épidémie de grippe saisonnière. "On parle d'épidémie lorsqu'un nombre de cas observés dépasse un nombre de cas attendus. Le nombre de cas attendus correspond au nombre de cas observés pour la même époque les années précédentes", explique Laurent Toubiana, directeur de l'IRSAN et chercheur épidémiologiste.

Le seuil épidémique est calculé au jour le jour par l'IRSAN. Ainsi les cartes sont mises à jour quotidiennement. Elles permettent de décrire l'épidémie de grippe mais surtout d'alerter le plus rapidement possible afin de mettre en place des mesures de prévention comme la vaccination.

Voir aussi