1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le clitoris prend sa revanche

Rédigé le 04/05/2016 / 0

Le clitoris, longtemps mal aimé, est célébré par plusieurs ouvrages. Je vous avais déjà parlé du passionnant Labo sexo, d'Elisa Brune. Voici maintenant La revanche du clitoris, écrit par le Dr Damien Mascret et Maïa Mazaurette. Ils décomplexent les femmes avec cet ouvrage qui offre enfin au clitoris la place qu'il mérite : celle du 7ème ciel !

Le livre est parti d'un constat simple : "la sexualité est centrée sur l'homme et le "vrai" acte sexuel se résume à la pénétration, ce qui est une vision très masculine", déplore le sexologue. Aujourd'hui, la sexualité des femmes a évolué : "ce n'est pas une sexualité de princesse ! Les femmes aussi aiment le sexe, y compris déconnecté des sentiments, et même si la pression de la société est importante".  Le Dr Mascret regrette  que l'on n'ait pas toujours pas la même exigence envers les hommes et les femmes : "On a aussi le droit de baiser quand on est une femme et de faire l'amour quand on est un homme"

Pourquoi parler de revanche du clitoris? Parce qu'il était tombé aux oubliettes et que Freud lui avait fait beaucoup de mal en qualifiant l'orgasme clitoridien d'immature. Aujourd'hui, le clitoris est le seul organe exclusivement dédié au plaisir et pour le sexologue, les femmes pourraient (presque) se passer des hommes grâce à la masturbation

Au passage, les auteurs tordent le cou à quelques idées reçues tenaces : une femme ne se masturbe pas quand elle est en couple (alors que pour un homme, c'est autorisé) ; les hommes ont plus de besoins sexuels que les femmes à cause des hormones masculines ("ils ont aussi un cerveau, commente le médecin. Ils devraient être capables de gérer ces pulsions ! Or l'infidélité de l'homme est pardonnée parce qu'elle est mise sur le compte de la pulsion alors qu'elle n'est pas autorisée chez une femme").

La libération du plaisir féminin

Un constat réjouit nos auteurs : les femmes prennent de plus en plus l'initiative de casser les codes qui leur sont assignés. Le chemin est encore long pour ancrer dans la normalité ces changements de comportements mais il y a des progrès. " Par exemple, il y a des films X dans lequel les femmes sont actives, sont masturbées par leur partenaire, qui leur font un cunnilingus, détaille le spécialiste. Dans la vie, on parle davantage du plaisir féminin ; les sextoys n'ont plus forcément la forme phallique,  ils sont conçus pour les femmes, avec des variateurs de rythme et d'intensité et il y a un réel souci de se préoccuper de la jouissance féminine. Et même au cinéma, on observe des scènes de cunnilingus, où l'on se préoccupe du plaisir de la femme et non de l'homme. Les choses bougent !"

Le clitoris, encore négligé durant le rapport

Les femmes sont les premières à négliger leur clitoris durant le rapport  (le livre rappelle des chiffres étonnants : 6% des femmes se sont masturbées durant le rapport et 40% l'ont été par leur partenaire). "Beaucoup de femmes sont gênées de se masturber durant le rapport, parce qu'elles considèrent qu'il y a un côté honteux à l'acte, alors que l'on est dans le terrain de jeux de couple et a priori avec un partenaire dans lequel on a confiance !" commente le sexologue.  Selon lui, cultiver son imaginaire érotique et ses fantasmes est essentiel : pourtant, les hommes se l'autorisent beaucoup plus que les femmes. Elles évoquent un imaginaire assez pauvre, lorsqu'il évalue en consultation les sources féminines d'excitation : "On a l'impression que les femmes ne se sont pas posées la question de ce qui les excitait, ce qui est étonnant !". Explorer ce qui excite ou pas est sans doute le premier pas à franchir sur le chemin de l'orgasme.

Quand clitoris et pénétration se réconcilient…

Alors que beaucoup de femmes jouissent par le clitoris, la pénétration reste la norme dans le rapport sexuel. Faut-il privilégier le premier au détriment du second ? Pas forcément… Le clivage "femmes vaginales versus clitoridiennes" a largement conditionné la mise à l'écart du clitoris, jugé immature. Or ce clivage est totalement dépassé : la façon d'arriver à l'orgasme n'a aucune importance…

"L'excitation et le plaisir se passent dans le cerveau, rappelle Damien Mascret. Peu importe le moyen utilisé pour stimuler la zone de plaisir, qu'il s'agisse du clitoris ou de la pénétration". Il rappelle un élément très juste : "Cela ne veut pas dire que l'on doit choisir entre les différentes pratiques, c'est selon son humeur et son envie : les femmes qui jouissent par le clitoris aiment aussi la pénétration." La sexualité est un jeu, un cocktail explosif dont certains ingrédients varient d'une fois à l'autre, au gré de l'humeur… Les leviers pour accéder aux endorphines sont multiples, alors autant les activer de façon variée !

La revanche du clitoris. Maïa Mazaurette et Damien Mascret. La Musardine. 13€