1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Education sexuelle : sur les bancs de l'école

Rédigé le 03/09/2015 / 0

Cette semaine, c'est la rentrée et le moment de parler d'éducation sexuelle. Elle a sa place sur les bancs de l'école depuis 1973, à l'époque sous la forme d'un enseignement facultatif axé sur la contraception et les maladies vénérienne.

Aujourd'hui, cet enseignement a pour but de donner des connaissances fiables aux enfants et adolescents, aussi bien sur le plan du fonctionnement sexuel que d'une sexualité sans risque d'infections et de grossesse. Il est aussi censé leur apprendre les notions de respect, de liberté, de consentement indispensables pour faire des choix responsables dans leurs rapports sexuels et tout simplement humains.

La découverte de l'inconnu, une foire aux questions

Comment fait-on les bébés… ? La célèbre question côtoie tant d'autres interrogations chez les plus jeunes. Quelle est la taille du pénis ? Comment savoir si l'on est prêt à faire l'amour ? Quelle est la place des sentiments dans la sexualité ? Et la masturbation, la pornographie, la taille des petites lèvres, la fellation,… ? 

La découverte du monde inconnu de la sexualité est palpitante mais tellement riche en questions. Certes, Internet et les amis apportent bien des réponses, plus ou moins crédibles, plus ou moins satisfaisantes mais il revient aux adultes d'éduquer aussi les enfants dans ce domaine intime. L'éducation sexuelle semble donc avoir une place évidente à l'école. Mais comment se passe-t-elle ?

Depuis 2001, la loi prévoit 3 séances par an dans les écoles, collèges et lycées. Au programme, des connaissances anatomiques bien sûr mais aussi affectives, psychologiques, sociales, culturelles et éthiques. En d'autres mots, seront abordés les organes sexuels, les rapports sexuels, la contraception mais aussi de parler des notions de respect de l'autre sexe, de choix, de consentement… Tout cela en 3 malheureuses petites heures !

Une forme floue, un contenu aussi…

Ce sont les volontaires, qu'ils soient enseignants, les documentalistes, les conseillers principaux d'éducation ou les infirmières scolaires, qui deviennent professeurs d'éducation sexuelle, sans véritable formation, et le temps de trois cours… Trois cours qui seraient rarement effectués faute de temps !

Heureusement, les cours de sciences en fin de primaire et de SVT (sciences de la vie et de la terre) ensuite, rattrapent un peu ce manque puisqu'ils comportent des chapitres sur l'anatomie, la reproduction, la contraception… Désormais, la biologie du plaisir y est même abordée.

La sexualité est avant tout un état de bien-être physique, émotionnel, mental et social d'après l'OMS… Il faut espérer que les enseignants commencent par cette définition épanouissante tout en regrettant que les textes officiels ne la mettent pas en tête du programme !

La place des parents essentielle

L'éducation sexuelle ne relève pas seulement de l'Education Nationale, les parents idéalement sont les mieux placés pour répondre aux questions de leur progéniture, aussi difficile cela soit-il d'aborder ce sujet intime… Dans l'idéal, l'éducation sexuelle serait assurée à la fois par les enseignants et par les parents. Il y a tant de sujets que l'école n'a pas le temps d'aborder…

Reste qu'il n'est pas simple de parler de "ça" avec la chair de sa chair et que les enfants sont parfois trop pudiques pour en discuter. Il existe des moyens de simplifier la discussion : retrouvez ici les conseils pour parler sexo avec votre ado.

Alors à quand un cours destiné aux parents pour leur apprendre à parler de sexualité avec leurs enfants ?

En savoir plus :