1. / Bien-être - Psycho
  2. / Relaxation
  3. / Méditation

Les bienfaits de la méditation

La méditation ralentirait le vieillissement du cortex cérébral et améliorerait les performances du cerveau, ainsi que notre gestion des émotions. A condition de pratiquer au moins 30 minutes par jour et pendant de nombreuses années ! Mais une pratique régulière peut déjà apaiser les esprits stressés...

Rédigé le , mis à jour le

Les bienfaits de la méditation
Les bienfaits de la méditation
Sommaire

Quelle action sur le cerveau ?

anim_medidation_cerveau.flv

Selon une recherche publiée, lundi 16 août 2010, aux Etats-Unis, seulement onze heures de pratique d'une technique de méditation fondée sur la médecine traditionnelle chinoise permettent d'améliorer le fonctionnement du cerveau.

La technique appelée "gymnastique intégrée du corps et de l'esprit" (IBMT, pour "integrative body-mind training") améliore la connectivité cérébrale en dopant le fonctionnement d'une zone du cerveau qui aide une personne à ajuster son comportement en fonction de ce qu'elle souhaite réaliser, expliquent les auteurs de l'étude parue dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS).

L'IBMT a été adaptée de la médecine chinoise traditionnelle dans les années 1990 en Chine, où des milliers de personnes la pratiquent. Elle est actuellement enseignée à des étudiants de l'Université d'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis).

Cet enseignement s'inscrit dans le cadre d'une recherche menée par Tang Yi-Yuan, de l'Université de Technologie de Dalian (nord-est de la Chine), en collaboration avec le psychologue Michael Posner de l'Université d'Oregon.

Les travaux ont porté sur 45 étudiants, 28 hommes et 17 femmes. Vingt-deux sujets ont suivi un entraînement à la technique IBMT, tandis que 23 participants ont représenté le groupe de contrôle.

Les chercheurs ont utilisé des techniques d'imagerie par résonance magnétique permettant d'observer les fibres reliant les différentes zones du cerveau avant et après un entraînement à la technique de méditation.

Ces observations ont montré des changements dans la connectivité cérébrale après six heures de pratique d'IBMT, dont les effets deviennent nets après douze heures d'exercice, indiquent les chercheurs. Ils précisent n'avoir observé aucune modification dans le groupe témoin n'ayant pas pratiqué l'IBMT.

Les changements ont été les plus évidents dans une zone cérébrale appelée circonvolution cingulaire antérieure, qui régule les émotions et le comportement.

Les effets de la méditation

AD_meditation_intro_300415.flv
Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent les effets de la méditation.

La méditation est une pratique spirituelle ancestrale d'origine orientale. Au centre de la culture bouddhiste, elle a été laïcisée dans les années 1970 par des psychologues américains.

En 1979, le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn met au point un programme d'apprentissage de la méditation en huit semaines nommé MBSR : "Mindfulness based stress reduction", littéralement la "réduction du stress basée sur la pleine conscience". Depuis, la méditation s'impose peu à peu au sein du milieu médical tout d'abord aux Etats-Unis et aujourd'hui en France. Moral, stress, concentration, douleurs chroniques, la méditation aurait de nombreux bénéfices pour la santé et des effets avérés sur notre cerveau.

L'épaisse couche de neurones a tendance à diminuer lorsque nous vieillissons. La méditation ralentirait cette diminution et par la même occasion le vieillissement cérébral. Des signaux circulent de neurone en neurone, ils se transmettent des informations grâce à leurs connexions. La méditation faciliterait la création de nouvelles connexions. Les informations circulent mieux à l'intérieur du cerveau. Les personnes qui méditent les récupèrent plus facilement et apprennent mieux de nouvelles choses car leur cerveau est plus performant. D'autre part, elles s'adapteraient aussi plus aisément et seraient de meilleure humeur

Autre effet attribué à la méditation : un effet sur la gestion des émotions. Elles sont traitées dans les deux hémisphères du cerveau : les émotions positives dans la partie gauche de notre cerveau et les émotions négatives dans la droite. Chez les personnes pratiquant la méditation, le territoire des émotions positives vient empiéter sur celui des émotions négatives. Pour toutes ces raisons, la méditation fait de plus en plus d'adeptes.

Une technique anti-stress avant tout

CDS_meditation.flv
Méditer demande un peu d'entraînement.

Depuis quelques années la méditation a troqué son image traditionnellement associée à la religion pour celle d'une technique anti-stress à la mode. Résultat : on peut désormais apprendre à méditer dans des centres de relaxation loin de toute référence religieuse.

L'objectif des séances de groupe est de recréer des conditions propices à la perception de son corps. Se détendre et se concentrer sur l'instant présent. Un exercice plus difficile qu'il n'y paraît.

Les séances durent généralement une heure. Les exercices peuvent varier en fonction de chaque groupe et des préférences de chacun. "Beaucoup de personnes viennent méditer pour sortir d'un quotidien agité où il y a beaucoup de brouhaha, de pression, de bruit et donc ils viennent chercher un espace d'apaisement et de silence, de calme… Plus rarement, des personnes viennent faire un travail de connaissance de soi, un travail d'exploration plus approfondi. Les deux sont liés", explique François Fournier, professeur de méditation.

Au delà de son aspect relaxant, la méditation a fait son apparition il y a une vingtaine d'années dans le milieu médical. La méthode MBCT (thérapie basée sur la pleine conscience) par exemple se base sur des séances de méditation pour éviter les rechutes dépressives. Développée en Amérique du Nord, elle commence à se diffuser en France depuis quelques temps.  

La méthode MBCT, thérapie basée sur la pleine conscience est encore peu connue. Elle emprunte de nombreux éléments aux méthodes de relaxation traditionnelles comme le yoga, ou le zen afin de prévenir les épisodes de stress, d'anxiété ou de dépression.

Qu'elle ait vocation médicale ou relaxante, pour être efficace, la pratique de la méditation doit être fréquente. Et dans l'idéal, quotidienne. Ce n'est pas indispensable mais de nombreuses méthodes sont disponibles dans le commerce sous forme de livres audio pour vous permettre de méditer à la maison. Il suffit juste d'un peu de calme. Et si vous manquez de temps, sachez que dix minutes peuvent suffire à méditer tranquillement à votre rythme.

Méditation et cancer

2015-04-30-AD-meditation-cancer-VF-84536_logo.flv

En marge de leurs traitements, pour mieux vivre la maladie, la méditation est aujourd'hui de plus en plus proposée aux patients souffrant de cancer. Depuis 2011, la Ligue contre le cancer de l'Essonne propose des séances de méditation pour les malades.

En rémission ou encore sous traitement, tous les participants ont été touchés par un cancer. "La méditation pleine conscience permet à ces personnes de récupérer physiquement parce qu'il y a beaucoup de fatigue avec les traitements, la chimio… Ensuite la méditation leur permet de se retrouver eux avec leur corps et de retrouver des endroits de leur corps qui ne sont pas en souffrance", explique Nadine Germain, instructrice "Méditation pleine conscience".

Si la méditation est encore peu connue des malades, très vite ils s'y trouvent un intérêt. Les participants peuvent aussi méditer de façon dynamique et les exercices sont adaptés à l'état de santé de chaque participant. Au fil des séances de méditation, les patients ressentent une sensation de bien-être physique mais aussi moral.

Les séances en groupe sont encore peu développées. Mais l'intérêt de la méditation, c'est que chaque participant peut méditer seul quand il en ressent le besoin.

Voir aussi