1. / Se soigner
  2. / Chirurgie

La main, un outil utile mais fragile

La main est un organe très complexe, mais également très fragile. Chaque année, en France, on enregistre 1.500.000 blessures de la main. Certaines victimes restent handicapées à vie. Une simple bague, par exemple, peut devenir plus dangereuse qu'elle n'y paraît...

Rédigé le , mis à jour le

La main, un outil utile mais fragile
La main, un outil utile mais fragile
Sommaire

Anatomie de la main

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes décrivent la structure des doigts

Coupures profondes, déchirure d'un tendon, compression d'un nerf ou encore arthrose… Les douleurs de la main peuvent avoir des origines multiples. La main est un organe très complexe mais aussi très fragile.

Les os de la main sont très nombreux. Ils représentent 28% de l'ensemble du squelette. Les os du carpe forment, avec les os du bras, une partie du poignet. Les os du métacarpe correspondent à la paume de la main. Enfin, chacun des doigts renferme trois phalanges, sauf au niveau du pouce où il n'y en a que deux.

Le contact entre ces os forme des articulations qui sont maintenues d'abord par des ligaments. Il n'y a quasiment pas de muscles au niveau des doigts. Ce sont les tendons des muscles de la paume de la main et du bras qui s'insèrent sur les différentes phalanges pour que les doigts puissent bouger.

Ces différentes structures ont besoin d'être irriguées par de nombreux vaisseaux sanguins. Chaque partie de la main est innervée pour transmettre la sensibilité ou déclencher les mouvements de la main. Par exemple, le nerf médian assure la sensibilité du pouce, de l'index, du majeur et d'une partie de l'annulaire. Il innerve aussi les muscles de la base du pouce. Le nerf ulnaire (cubital) quant à lui, assure la sensibilité et la motricité de l'annulaire et de l'auriculaire.

Blessures de la main : ouvrir pour mieux soigner

Attention, images de chirurgie : il faut vérifier à l'intérieur de la plaie que le doigt n'a pas subi trop de dommages.

La coupure est une des urgences les plus fréquentes. Souvent le bricolage ou les activités domestiques sont responsables de ces plaies de main dont il faut se méfier. Ces accidents sont facilement évitables si l'on pense à se protéger avec des gants surtout quand on utilise des outils tranchants.

Il suffit que l'une des parties de notre main soit blessée et c'est tout le système qui peut en pâtir. Les plaies par instruments tranchants sont les blessures les plus fréquentes et les plus graves. Une fois sur cinq, un tendon ou un nerf est touché. Il n'y a pas de risque vital, mais un simple tendon abîmé peut vous obliger à renoncer pour un temps à votre loisir préféré ou à votre métier.

En cas de blessure, il faut nettoyer la plaie à l'eau claire. Ce n'est qu'en cas de blessure très superficielle que vous pouvez utiliser un désinfectant non coloré et faire un pansement compressif.

Quand c'est beaucoup plus grave, un doigt sectionné, par exemple, il faut le récupérer et le protéger dans un sac en plastique fermé, qui sera posé sur un lit de glaçons. Ne le placez jamais directement sur les glaçons, cela peut brûler les tissus. Le deuxième reflexe est d'appeler le 15 pour un transport dans un centre de SOS Mains. De la simple plaie à la blessure profonde, les traumatismes de la main sont pris en charge par des services spécialisés au sein des hôpitaux.

Accidents du travail : les mains, principales victimes

Attention images de chirurgie ! Bien prendre en charge les blessures de la main pour réduire les séquelles.

Les blessures de la main sont des blessures très fréquentes causées par des accidents de travail, mais aussi et surtout de jardinage ou bricolage. Il peut s'agir de coupures, de brûlures ou de fractures et parfois même de corps étrangers qu'il faut enlever.

L'important est de bien prendre en charge ces blessures de la main pour réduire les séquelles.

Arthrose du pouce : une solution chirurgicale

Attention, images de chirurgie !

En cas d'arthrose très avancée, lorsque les traitements médicamenteux ne suffisent plus, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Le but de l'intervention est de poser une prothèse sous anesthésie locale pour remplacer l'articulation détruite et douloureuse.

Chirurgie de la main : une longue rééducation

Indissociable de la chirurgie, la rééducation est un processus particulièrement long lorsqu'elle concerne la main

Après une intervention chirurgicale, une rééducation de la main est nécessaire pour retrouver la mobilité et la souplesse perdues. Une prise en charge souvent longue et intense.

Bague, alliance, anneau : les pièges des doigts arrachés

La bague de Narivelo s'est accrochée et a arraché son doigt

Dans plus de 40% des cas, les blessures de la main sont la conséquence d'un accident domestique. Une fois sur quatre, il s'agit d'enfants, la blessure la plus courante étant l'écrasement du doigt par une porte.

Chez les adultes, les travaux de bricolage et de jardinage provoquent aussi beaucoup d'accidents. Mais il y en a un auquel on ne pense pas mais qui entraîne des blessures très graves. C'est l'arrachement du doigt par une bague ou une alliance.

En France, on enregistre annuellement 300 arrachements de doigt par une alliance. C'est la cause la plus fréquente d'amputation complète d'un doigt. Si ça se produit au niveau du quatrième doigt, là où on met les alliances en général, la main reste fonctionnelle. La chirurgie réparatrice permet alors d'obtenir de bons résultats. Mais si l'accident se produit au niveau du pouce, c'est beaucoup plus grave. Il devient alors impossible d'écrire ou d'attraper quoi que ce soit. Il ne faut donc jamais mettre la bague à ce doigt.

Sachez aussi que vous pouvez demander à un bijoutier de créer un point de faiblesse au niveau de votre bague, un poinçon, qui lui permettra de céder plus facilement et d'éviter ce genre de drame.

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24