1. / Se soigner
  2. / Chirurgie
  3. / Chirurgie de l'obésité

By-pass : le court-circuit gastrique

Parmi les techniques chirurgicales mises au point pour réduire la taille de l’estomac, celle du by-pass est réservée aux personnes ayant un IMC supérieur à 40 ou à 35, s'il existe des complications liées à l'obésité. Elles est également appelée "circuit gastrique".

Rédigé le , mis à jour le

By-pass : le court-circuit gastrique
By-pass : le court-circuit gastrique
Sommaire

Obésité et chirurgie

AD_chirurgie_obesite_introduction_031011.flv
Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes décrivent les différentes techniques chirurgicales pour réduire la taille de l'estomac.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'obésité sera la maladie épidémique du XXIe siècle, car cette affection touche de plus en plus de monde. En France, l'obésité concerne plus de 11 % de la population, soit plus de 4 millions d'adultes. Un chiffre en constante augmentation. En 2020, un Français sur cinq risque d'être touché par la maladie.

Les personnes obèses doivent tous les jours affronter des jugements sévères sur leur surpoids. Mais le fait d'être gros n'est pas seulement un problème esthétique, cela entraîne aussi de nombreuses conséquences pour la santé : diabète, maladies cardiovasculaires, ou encore apnées du sommeil. Dans les cas les plus graves, une opération chirurgicale peut être proposée.

On détermine qu'une personne est obèse en calculant son indice de masse corporelle : l'IMC. Il se calcule ainsi IMC = Poids (kg) / Taille x Taille (m²). Si le chiffre obtenu est entre 19 et 25, votre IMC est normal. Au-dessus de 25, on parle de surpoids. À partir de 30, il s'agit d'obésité et au-delà de 35, on parle d'obésité sévère. Quand l'excès de graisse se concentre au niveau du ventre, le tour de taille peut aussi donner une indication. Lorsqu'il est supérieur à 90 centimètres chez la femme ou 100 centimètres chez l'homme, on parle d'obésité abdominale.

Quand on parle de chirurgie de l'obésité, cela désigne trois types d'opérations différentes. La plus connue est l'anneau gastrique, qui consiste à réduire la taille de l'estomac grâce à un anneau en silicone ajustable placé autour de la portion supérieure de l'estomac, ce qui permet de séparer l'estomac en deux parties inégales. Après l'opération, lors des repas, l'effet de satiété arrive beaucoup plus vite.

Autre technique, la sleeve, qui consiste à retirer une grande partie de l'estomac pour former un tube. Les aliments vont d'abord être ralentis pendant leur passage dans le tube, puis ils seront évacués très rapidement dans l'intestin grêle. Et pour finir le by-pass, qui consiste également à réduire le volume de l'estomac mais aussi à modifier le circuit alimentaire. Les aliments ne passent plus par l'estomac et la partie supérieure du tube digestif, ils vont directement dans la partie moyenne de l'intestin grêle, ce qui permet de réduire l'ingestion des aliments par l'organisme. Dans tous les cas, il s'agit de chirurgie lourde, la décision n'est donc pas à prendre à la légère.

 

Opération by-pass

AD_chirurgie_obesite_bypass_031011.flv
Attention, images d'intervention chirurgicale : le court circuit gastrique a pour but de réduire le chemin des aliments au plus court entre l'estomac et l'intestin.

Les médecins considèrent que l’opération est un succès seulement lorsque leurs patients guérissent de l'obésité morbide, c'est-à-dire quand ils perdent, dans les dix-huit mois qui suivent l'opération, la moitié de leur excès de poids. C'est ce qui arrive dans 70 % des cas. Les patients se retrouvent alors avec un IMC inférieur 35.

Malgré ces chiffres encourageants, cette opération n'est pas systématiquement proposée car elle présente plus de risques de complications que la pose d'un simple anneau gastrique.

Dans la technique du by-pass, il faut ouvrir l'estomac, sectionner le tube digestif puis le suturer. Si la cicatrisation se fait mal, les sutures de l'intestin ne sont plus étanches et le contenu digestif risque de se retrouver dans la cavité abdominale. Le patient peut mourir d'une péritonite dans les huit jours qui suivent l'opération, ce qui est heureusement très rare. Les aliments ne passent plus par l'estomac et la partie supérieure du tube digestif, ils vont directement dans la partie moyenne de l'intestin grêle. Ils sont donc mal absorbés par l’organisme.

Inconvénients : les aliments sucrés doivent être pris en petite quantité car ils provoquent des sensations de malaises et une accélération du pouls. Vomissements possibles.

Les complications du by-pass

Les complications à long terme comportent des risques pour le patient de faire de graves carences en vitamines. Car même si cette partie court-circuitée continue de fonctionner pour permettre à la bile de s'écouler, étant donné que les aliments ne passent plus par ce chemin, le fer et les vitamines ne sont plus absorbés et sont éliminés dans les selles.

C'est donc une opération pour laquelle il faut bien réfléchir, bien se renseigner et surtout en parler avec son médecin.

Vivre avec le by-pass

bypass_temoignage.flv
Vivre avec le court circuit gastrique nécessite une adaptation des habitudes alimentaires et physiques.

La technique du by-pass n'est pas la solution miracle à l'obésité, car il y a tout de même 30 % d'échecs, avec des complications parfois très graves. Choisir la technique du by-pass n'est pas une décision à prendre à la légère : diarrhées, vomissements ou dumping syndrome (un malaise après les repas) peuvent survenir. L'intervention demande, pour que ce soit une réussite, de modifier ses habitudes alimentaires, faire de l'activité physique et accepter d'être suivi à vie par une équipe médicale spécialement formée à cette technique.

Anneau gastrique : une technique ajustable et réversible

AD_chirurgie_obesite_anneau_gastrique_031011.flv
La pose de l'anneau gastrique s'effectue sous coelioscopie.

L'anneau gastrique est une technique restrictive qui limite la taille de l'estomac. Son avantage est d'être ajustable et réversible.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Articles et reportages :

Questions/réponses :

  • Cette chirurgie est-elle dangereuse ou lourde ?
    Mon beau-père pèse plus de 200 kg et personne ne veut prendre le risque de l'opérer. Que faire ? Les régimes ne le font pas maigrir…
    Voir la réponse en vidéo*
  • Qu'en est-il des carences alimentaires induites par le by-pass sur le long terme, en particulier chez le sujet vieillissant ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. Jean-Marc Chevallier, chirurgien digestif à l'hôpital Georges Pompidou (Paris)
** Les réponses avec le Dr Jean-Marc Catheline, spécialiste de la chirurgie de l'obésité à l'hôpital Avicenne de Bobigny

Dans le forum :