1. / Blogs
  2. / Le blog de garde de Gérald Kierzek

Le blog de garde de Gérald Kierzek

Le blog de garde de Gérald Kierzek

Aux urgences, c'était bien la fin du monde !

Rédigé le 24/12/2012 / 0

La fin du monde n'a pas eu lieu "pour de vrai" cette fois-ci (sinon je ne pourrais pas rédiger ce billet et vous ne pourriez pas le lire !). Pourtant aux urgences jeudi dernier, soit la dernière nuit avant la fin du monde prédite par les Mayas, c'était la catastrophe. Plus de 40 patients ont afflué après minuit, essentiellement pour des cuites, épilepsie ou autres malaises liés à l'alcool.

L'explication ? de nombreux rassemblements ont eu lieu à Paris et pas seulement à Budarach et l'alcool coulait à flot. De quoi répondre à la question "Qu'est-ce qu'on ferait de plus" de la chanson d'Obispo "Mourir demain". Beaucoup boivent !

Allez, en ce jour de réveillon, et en cette période de fêtes, buvez avec modération. Il serait dommage d'atterrir aux urgences pour une alcoolisation aiguë (terme technique pour "ivresse"), pire un coma éthylique (on peut mourir de coma éthylique) ou encore un BNA (bulletin de non admission) si vous vous promenez dans la rue et que la police vous interpelle. Les circulaires du 16 juillet 1973 et du 9 octobre 1975 du ministère de la Santé Publique et de la Sécurité Sociale stipulent en effet que "tout individu en état d’ivresse manifeste sur la voie publique ou dans un lieu public doit être conduit dans les locaux de police ou des brigades de gendarmerie (code des débits de boisson et des mesures contre l’alcoolisme - Article L. 76), mais après avoir bénéficié d’un examen médical à l’hôpital. Le médecin doit remettre aux autorités un bulletin ou certificat de non-admission." 

Joyeux Noël.

 


 

Faut-il soigner tout le monde ?

Rédigé le 01/12/2012 / 0

La question est un peu provocatrice en ce soir de garde aux urgences. Evidemment que oui, il faut soigner tout le monde vous répondront tous les soignants (enfin je l'espère).

Ce n'est pas le cas d'un philosophe et ancien ministre, Luc Ferry, qui pose la question dans sa chronique du Figaro du 28 novembre dernier.

Morceaux choisis:

Il commence: "Bercés depuis des lustres par la notion de "sécurité sociale", nous avons tendance à penser qu'il faut à l'évidence soigner tout le monde"

Et bien oui, il faut soigner tout le monde et la Sécu n'est pas une simple notion mais un droit  issu du Conseil National de la Résistance.

L'ancien ministre de poursuivre: "Les trois dernières semaines de vie coûtent les yeux de la tête"

Et s'il s'agissait des vôtres ou celles de vos proches ? Vous reconnaissez vous-même que la médecine n'est pas une science exacte et que l'on ne peut jamais être certain de déterminer s'il s'agit des trois dernières semaines ou pas ? Ne faut il rien tenter ? Faut il fermer tous les services de réanimation et renvoyer les équipes du SAMU dans leurs garages ?

Luc Ferry ose encore une comparaison : "Recourir davantage à l'assurance. On le fait bien pour les voitures..." (qui me fait penser à la campagne "Mon corps n'est pas une bagnole" lancée par les Mutuelles de France dans années 80)

La métaphore automobile se passe de commentaires, de même que la référence à mon confrère, cancérologue d'un grand hôpital parisien plus connu pour ses dépassements d'honoraires exorbitants et antidéontologiques que son éthique...

Il est bon de rappeler le principe de la Sécurité Sociale: « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». On ne peut demander à des soignants de discriminer selon les besoins des patients. La question "Faut-il soigner tout le monde ?" n'a pas de sens !

 

 


 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24