1. / Blogs
  2. / Le blog de garde de Gérald Kierzek

Le blog de garde de Gérald Kierzek

Le blog de garde de Gérald Kierzek

Vous avez dit "bras arraché" ?

Rédigé le 05/05/2014 / 0

Time is running out comme disent les Anglo-saxons. Que le temps passe vite; heureusement que mes comparses blogueurs sont un peu plus assidus. Il est vrai que les dernières semaines ont été chargées: les gardes, l'hôpital, un peu de télé, et un bouquin. Mais aucune excuse sérieuse....et revenons à nos urgences !

L'actualité "urgences" du dernier long week-end a été marquée par un accident qui pourrait prêter à rire: "Il rentre chez lui avec un avant bras en moins, au petit matin, comme si de rien n'était."

Un homme de 24 ans a en effet réussi à regagner son domicile après un accident de voiture, le bras arraché. On ne connaît pas précisément les circonstances de l'accident mais beaucoup d'accidents similaires -certes moins spectaculaires- ont lieu et pourraient être évités.

Les beaux jours arrivent et grande est la tentation de rouler fenêtre de voiture baissée et bras sorti par la fenêtre planant dans le vent.... En cas d'accident (tonneau, accrochage mais aussi motard remontant les files un peu trop prêt des voitures,...), c'est la catastrophe: le bras est heurté, fracturé voire arraché...

Leçon d’urgence bien comprise: jamais je ne sors mon bras de la portière.

Et si cela arrive ? arrêtez l'hémorragie* (mais parfois l'amputation nette du membre entraîne une vasoconstriction réflexe et empêche toute perte sanguine) et préservez le membre sectionné dans un sac posé sur de la glace. Cela permettra une tentative de greffe si les lésions le permettent. Allo le 15  et évacuation du blessé et du membre. Ensemble.

Une chance certaine dans le malheur de notre accidenté du Pont du 1er mai: l'hémorragie a été stoppée "naturellement" et la douleur était calmée...par l'alcool !

 


* le meilleur moyen pour arrêter une hémorragie est de comprimer directement avec sa main, protégée d'un gant ou d'un linge propre. Pour plus d'infos: C'est par ici où j'avais même réussi à allonger Michel !