1. / Blogs
  2. / Handignez-vous !

Handignez-vous !

Handignez-vous !

Coup de gueule : Méline, le drame de l'isolement !

Rédigé le 21/09/2015 / 0

Aujourd’hui j’ai envie de pousser un coup de gueule.

Mardi dernier, une maman qui élevait seule sa fille polyhandicapée a été jugée pour l’avoir tuée, un jour d’été. Cette mère raconte cette dernière journée, les gâteaux préférés de sa fille, la promenade avec elle, puis le soir venu cette histoire de grand voyage qu’elle lui a contée… Un grand voyage où son corps ne serait plus un carcan et une prison, où elle pourrait parler, s’exprimer… Cette mère raconte les médicaments meurtriers qu’elle a administrés à sa petite fille de huit ans qu’elle a veillée jusqu’à son profond sommeil avant d’essayer de se suicider. 

La petite mourut mais pas la mère.

La mère a été condamnée par les Assises de Rennes : 5 ans avec sursis. Mais en vérité c’est à la perpétuité qu’elle s’est condamnée elle-même.

La mère était bien seule dans la vie face au handicap de sa fille comme elle était bien seule sur le banc des accusés… Où étaient les responsables des institutions censés l’aider ? Ceux de la MDPH (Maison des personnes handicapées), des services sociaux, les équipes médicales et les armées de psychologues ? Pourquoi personne n’a pu empêcher cette mère désespérée à commettre l’irréparable ? … Un geste « d’amour » dit-elle. Un geste criminel pour une mère qui ne voit plus d’autre issue que la mort de sa fille !

Pourtant Méline ne souffrait pas. Mais elle devait être opérée de la colonne vertébrale à la rentrée… La bête noire de tout parent d’enfant handicapé moteur … A force de ne pas marcher, à force de spasticité, le corps se déforme. Les muscles se rétractent mais les os grandissent et se tordent… Les opérations sont douloureuses et inhumaines… La maman de Méline n’a pas supporté l’idée que sa fille souffre plus encore. Et demain que deviendra-t-elle ? Demain quand je ne serai plus là ? Des questions qui obsèdent  les parents d’enfant différent. Quelle réponse lui a-t-on donné ?

Cette maman était seule, désespérément seule. L’état de sa fille n’allait pas s’améliorer. Bien sûr, quand on est deux, l’un peut craquer quand l’autre tient le gouvernail. Et même à deux, l’épuisement, le découragement nous guettent… Les parents courent après les rendez-vous médicaux, se battent avec la paperasse, se font incendier quand ils ont du retard par des secrétaires qui n’ont pas idée de ce qu’ils vivent… L’épuisement des parents d’enfant handicapé ? Tout le monde s’en fout !  Et même lorsque l’on peut passer devant les autres dans les files d’attente, ce sont des regards incendiaires qu’il faut soutenir… Or nous ne sommes pas tous des héros malgré nous !

Cela a l’air fou mais cette mère n’a trouvé personne pour lui dire regarde, Méline sourit c’est qu’elle est heureuse, elle aime tes câlins, elle aime lorsque tu lui lis des histoires, elle aime les gâteaux et toi, toi aussi tu as besoin de ses sourires et de sa présence…

Personne non plus pour lui dire lorsque Méline était plus jeune : oui la spasticité est là mais il y a des solutions, des solutions de prévention, des thérapies alternatives ailleurs qu’en France mais elles existent et permettent d’éviter ou au moins de reculer toutes ces opérations… Oui, Méline ne parle pas mais il y a des thérapies à essayer, des thérapies hors de prix mais souvent efficaces. Les médecins Français se gardent bien d’en parler ! Comment dit-on ? Responsables mais pas coupables ?

Cette histoire ne peut pas nous laisser indifférent… Et pourtant, la petite fille n’était même pas représentée au procès par une partie civile… Dire à quel point tout le monde s’en fou.

 

 

 

 

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24