1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Sex story, l'histoire de la sexualité en BD

Rédigé le 09/09/2016 / 0

L'histoire résumée et en images de la sexualité depuis la nuit des temps, c'est le pari osé et réussi de Phillipe Brenot, sexologue anthropologue, et de la dessinatrice Laetitia Coryn. Sex story * est une bande dessinée sérieuse mais amusante, érudite mais légère, documentée mais accessible. A consommer sans modération…

Saviez-vous que l'homme avait un os dans le pénis et l'a perdu entre 1 million d'années et 100 000 ans. ? Que le premier préservatif (en boyau), le stérilet et l'érotisme sont nés en Égypte ancienne ? Ou encore que l'amour est une invention de l'homme, dès la préhistoire, entre - 100 000 et 10 000 ans ?

En navigant à travers les époques,  BD, il est facile de comprendre à quel point la sexualité est dépendante de l'époque : "en effet, elle est totalement apprise sur le plan comportemental et socialement construite, explicite Philippe Brenot. La sexualité est fonction à la fois des images proposées par la société, qui servent de modèle, et de l'expérience personnelle, qui est un apprentissage progressif. Aujourd'hui, avec le modèle du porno, on fonctionne différemment d'il y a 20 ans et cela concerne aussi bien les ados que les plus âgés ! Il n'y a aucun préliminaire, les ados voient une sexualité vaginale uniquement et l'intérêt est nul..."

Comprendre la sexualité actuelle grâce au passé

La sexualité d'aujourd'hui se comprend à la lumière de son histoire et c'est pour cette raison que le Dr Brenot s'est lancé dans cette aventure dessinée : "J'ai écrit cette histoire parce qu'on ne comprend bien la sexualité d'aujourd'hui qu'en se reportant dans le temps, explique-t-il. Ce que nous vivons aujourd'hui a moins de 50 ans et le mariage d'amour a moins de 100 ans !" Avant cela, l'histoire de l'humanité est essentiellement marquée par la domination masculine, depuis l'invention du couple. Au début de l'humanité, il n'y a pas de couple... Puis la notion de filiation fait prendre conscience aux hommes de l'importance de leur paternité et des risques de l'infidélité : ils "cadenassent" leurs femmes, en les enfermant dans un gynécée, ou à l'extrême en fermant l'orifice du vagin avec l'infibulation... "Quant à l'Eglise, elle estime que la femme est dangereuse pour la société parce qu'elle est séduisante et si elle trompe son mari, elle défait les mariages arrangés de la société, analyse le sexologue. La contraception est donc interdite pour maintenir la femme dans son rôle de mère et dans le rôle choisi par la société..."

La contraception, une liberté pour la femme

Aux yeux de l'anthropologue, seules deux grandes périodes donnent une véritable place à la femme : la période actuelle, en Occident (qui concerne 20% de la planète seulement)  et en partie en Egypte ancienne. La raison est simple : "l'Egypte est la seule époque où a été inventée la contraception, à l'aide de l'équivalent du stérilet (avec une épine d'acacia) ou d'un tampon contraceptif. Or la contraception libère la femme de la contrainte de l'enfant et de la domination masculine."

Philippe Brenot est un conteur hors pair, il replace de nombreuses histoires amusantes dans l'Histoire avec un grand H. Comme celles de Cléopâtre qui aurait fait des fellations à 100 de ses gardes et a inventé le premier vibromasseur... "Ca devait être une femme très libre, la première femme chef d'Etat, admire-t-il. En Egypte ancienne, il y avait une certaine égalité entre les hommes et les femmes, qui pouvaient être médecins, avoir des responsabilités. 

Aujourd'hui, le terrorisme de l''orgasme

La fin du 20ème siècle et les débuts du 21ème  siècle ont été très riches sur le plan du couple. Avec la révolution sexuelle, dans les années 60, la famille est remplacée par le couple, aboutissement du mariage d'amour. L'essor des rencontres sur internet et des sites pornographiques,… a également un impact sur le couple et la sexualité. "Le plus grand changement à mes yeux est l'augmentation du nombre de partenaires pour les femmes. Il y a également eu des progrès, par exemple la pudeur qui était une cause fréquente de consultation a été dépassée, analyse l'anthropologue. Mais les femmes, en partie à cause du porno, sont soumises à un terrorisme de l'orgasme, qui donne des complexes à tout le monde et provoque des troubles sexuels !" En effet, la femme est censée jouir à chaque rapport, ou presque, et de préférence grâce à la pénétration…  La jouissance des femmes est calquée sur celle des hommes, or l'orgasme féminin n'a rien de systématique ni d'obligatoire. "Ce n'est pas acceptable, dénonce Philippe Brenot. C'est selon moi une nouvelle domination masculine, qui génère beaucoup de détresse. Alors c'est très bien d'avoir réhabilité le plaisir féminin mais on doit aussi dire aux femmes que l'orgasme n'est pas obligatoire et qu'il y a beaucoup de formes de jouissance, qui se valent toutes..."

 * Sex story. Philippe Brenot, Laetitia Coryn. Les arènes BD.24,90€

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24