Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 31 octobre 2014 à 7h56
Mon compte

  >     >  Tchat : entrer et vivre en maison de retraite

Tchat : entrer et vivre en maison de retraite

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 6 décembre 2011

Tchat du 06/12/2011, de 22h15 à 23h15
Le Dr Christine Baudry, gériatre, Laurence Ménagé, infirmière coordinatrice, Sonia Nouicer, directrice par intérim, Birgit Wegner, cadre, de la résidence Jean Rostand, le Dr Nathalie Maubourguet, présidente de la Fédération Française des Associations de Médecins Coordonnateurs en EHPAD, Annie de Vivie, fondatrice d’agevillage.com et Sylvie Lanoë, responsable de l'association CLIC Paris 14ème répondront à vos questions en direct.


Sommaire

 

Les réponses de Sonia Nouicer, directrice par intérim et de Birgit Wegner, cadre de l'EHPAD résidence Jean Rostand


  • Que deviendront les personnes très faibles, sans ressources, ne pouvant se payer aucune structure et n'ayant pas de familles pour les soutenir  ?

 L'aide sociale départementale permettra à ces personnes de financer leur séjour en maison de retraite.

  • Que puis-je attendre de l'avenir quand à l'âge de 65 ans je touche une retraite de 800 euros par mois ?

Si vous avez besoin d'une maison de retraite, vous pouvez solliciter l'aide sociale auprès de votre département.  

  • Comment se fait-il que les gens payent 2000 euros environ la chambre, alors que la nuit il n'y a qu'une infirmière ou aide soignante qui s'occupe de toute une maison de retraite. Le rythme d'une aide soignante est de 15 toilettes le matin. Les maisons de retraites cherchent trop à faire des profits au détriment des personnes âgées en sachant que 2000 euros X 50 lits 100 000 par mois.

Les maisons de retraites publiques ne font aucun profit. Néanmoins, la totalité des dépenses nécessaires pour une bonne prise en charge des personnes âgées (jour et nuit, 365 jours/an) est particulier élevée (1 400 - 2 000€ / mois).

  • En EHPAD était-il utile de conserver la mutuelle du résident ?

Il est utile de conserver la mutuelle du résident en EHPAD. Par exemple en cas d'hospitalisation, la mutuelle couvre une partie des frais restant à la charge du patient.  

  • Si la personne âgée a souscrit une assurance vie au profit des ses enfants et qu'elle n'a pas assez de retraite pour financer son hébergement, l’assurance vie est-elle prise en considération dans l'héritage pour rembourser l'hébergement ?

L'assurance vie fait partie de l'héritage.  

  • Je suis étudiante en 2ème année en BTS Services et Prestations des Secteurs Sanitaire et Social à Paris 18ème, je me sens très concernée par l'avenir des personnes âgées et manifeste un réel intérêt à travailler dans ce domaine, je souhaite savoir quelles études réaliser à la suite du BTS pour devenir directrice ou adjointe de maison de retraite ou EHPAD ?

Pour les maisons de retraite publiques, vous pouvez passer le concours de directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S): infos complémentaires sur le site du centre national de gestion (CNG) - ministère de la santé. Pour les établissements privés différentes formations sont possibles permettant d'acquérir le CAFDES.  

  • Ma belle-mère est en maison de retraite , c'est l'établissement qui touche L'APA, est-ce normal ? J'ai entendu dire qu'au décès les aides que la personne a touchées il faut les redonner, est-ce vrai ?

Il est normal que l'établissement touche l'APA afin de prendre en charge directement le prix de la dépendance. Si vous bénéficiez de l'aide sociale départementale, le département se remboursera des sommes engagées, après le décès de la personne, sur son héritage.  

  • 4 personnes pour surveiller la nuit 200 résidents dans le secteur public est-ce sécuritaire ?

Ce chiffre correspond au ratio de personnel conseillé et financé par les pouvoirs publics.

  • Y a-t-il un quota imposé de personnel soignant en fonction du nombre de résidents ?

Le ministère de la santé et les départements ont établis des recommandations : il fixe un nombre de personnel par résident.  

  • Je suis célibataire sans enfant. Je n'ai pas les mêmes revenus que mes frères et sœurs ni les mêmes placements financiers. Peuvent-il m'obliger à vendre mon T3 dans le cadre de l'obligation alimentaire si nous devions subvenir aux frais d'hébergement de notre mère ? Ils me disent que nous sommes 4 et que les frais doivent être divisés en 4 mais avec la meilleure volonté, je ne peux pas.

L'obligation alimentaire est calculée, par le juge, au prorata des revenus de chacun des enfants.  

  • En cas de rachat d'une EHPAD publique par un groupe privé, que devient le personnel titulaire ?

Lors d'un rachat par un groupe privé, le personnel titulaire doit muter vers un autre établissement public.

L'image négative des maisons de retraite vient de plusieurs facteurs : - la peur de la vie collective, - la peur de la dépendance, - l'image historique des "hospices", - le sentiment d'être déraciné et dépossédé de ses repères.  

  • Dans ces conditions pourquoi ne favorise t-on pas davantage l'aide à domicile ? Plus d'intervenants bien formés et bien traitants. La personne âgée est quand même mieux dans un environnement réconfortant et les frais sont moindres.

Le maintien reste possible jusqu'à un certain niveau de dépendance.  

  • Quel est le rôle de l'Agence Régionale de Santé dans la supervision de ce qui se passe dans les  maisons de retraite  ?

Les Directions Territoriales de l'ARS sont chargées d'un rôle de contrôle et d'inspection des maisons de retraite publiques et privées. Faute de moyens suffisants, elles interviennent le plus souvent à l'occasion d'un incident.  

  • L'image négative des  maisons de retraite  est le manque d'humanité, les négligences, les maltraitances passives et l'incurie de la direction.

Vous avez peut être eu une expérience malheureuse. Beaucoup de maisons de retraite donnent satisfaction.  

  • Est-il possible de discuter des termes du contrat à l'entrée en maison ?

Le contrat de séjour reflète l'organisation collective de la maison de retraite, il n'est pas possible de le modifier (sauf à la marge).

  • CVS ?

Conseil de vie sociale.

  • Mme Nouicer, est-ce que vous travaillez avec Cap Retraite (fournisseur de personnes âgées) ?

Absolument pas. Nous travaillons directement en collaboration avec les CLIC, les mairies, les médecins traitants, les assistantes sociales et les usagers.  

  • Que signifie modifier le contrat de la  maisons de retraite  à la marge ? Comme un acte notarié ?

Selon la politique de l'établissement et si cela n'a pas de conséquences sur l'organisation et la vie de la résidence.  

  • Comment impliquer plus le personnel des établissements dans les animations sachant que l'animation est complémentaire à la prise en charge soin du résident ?

Impliquer le personnel dans les animations est difficile. Mais cela est possible dans le cadre d'une politique d'établissement volontaire pour une prise de conscience de l'importance de l'animation dans la globalité de la prise en charge du résident par l'ensemble du personnel.

  • Beaucoup de personnes critiquent, avec raison certainement, le fonctionnement de certaines EHPAD, le premier conseil à leur donner n'est-il pas de le inciter à s'investir personnellement dans le fonctionnement de l'établissement (conseil de la vie sociale, participation à des activités, etc ) ou collectivement (association des familles de résidents etc) pour faire changer les choses ou les dénoncer ?

La participation des familles à la vie de l'établissement est à encourager sur tous les plans (CVS, animation, sorties, ...).  

 

Réponses de Birgit Wegner, cadre de la résidence Jean Rostand

 

  • Pourquoi me refuse t-on alors ? C'est mon rêve et tout s'arrête, pas des réponses négatives.

Avez-vous fait vérifier votre CV, votre lettre de motivation ? Entrainez-vous aux entretiens avec des proches, pour voir ce que vous pourriez améliorer à votre présentation/réponses/comportement...

  • Je suis diplômée assistante de vie personne âgées et dépendantes à domicile faisant le même métier que l'aide soignante en maison de retraite, puis-je travailler en  maison de retraite  avec seulement le diplôme d'assistante de vie ?

Oui mais plus souvent en tant que Agent de service ou FFAS Faisant Fonction d'AS...après trois ans d'activité en tant que FFAS vous pourriez faire un dossier pour une VAE AS (site gouvernement / éducation nationale cherchez VAE). 

  • Pendant l'émission, vous avez soumis l'idée que l'état devait prendre en charge les coûts liés au vieillissement de la population. Les caisses étant déjà bien vides, sous quelle forme cette mesure serait financée selon vous ? (Doit-on craindre une forte hausse des impôts suite à la réforme de la dépendance ?)

2ème journée de solidarité ?  

  • En tout cas merci beaucoup pour vos réponses peut-être d'ici 40 ans je trouverai un travail !

Il faut rester positif !!! De toute façon le contraire ne vous apporterait rien !  

  • Mes parents vont devoir aller en  maison de retraite , nous avons un revenu mais celui ci est assez bas, ou peut-on être dispensé de payer pour eux ? Ou peut-on voir des barèmes s'il en existe ?

Adressez vous au CLIC, point Eméraude ou à la mairie de votre ville. Il y a la possibilité d'Aide Sociale, mais il faut remplir un dossier qui sera suivi par une enquête sur les revenus et patrimoine du futur résidant, de ses enfants et dans certains départements aussi les petits enfants. Une obligation alimentaire peut-être exigée. Mais en général elle est toutefois proportionnelle aux revenus des enfants. Si le résidant a un patrimoine, au moment du décès, l'état récupère sur la vente du patrimoine, sur l'héritage. Renseignez vous auprès des Assistantes Sociales, elles vous expliqueront.  

  • Pensez-vous qu'une deuxième journée de solidarité pourrait solutionner l'accès aux  maisons de retraite  à un client âgé à revenus faibles ?

Il faudra bien trouver le financement d'une manière ou d'une autre. A un moment il y avait la vignette (pour les retraites), aujourd'hui il faudra certainement que l'état réorganise ses budgets, mais je ne pense pas être la bonne personne pour en discuter !  

  • Suite à un avc massif, j'ai dû trouver une  maison de retraite  en urgence qui soit capable de gérer mon père (patient très lourd). Je n'ai trouvé qu'une place en maison de retraite privée (Orpea). Pour faire baisser le prix, j'ai donc appris ce soir que je pouvais peut-être avoir des aides. Mais je ne trouve pas l'adresse du CLIC du département de mon père (19). Où puis-je le trouver ?

Demandez à la mairie de sa ville, si il n'y a pas de CLIC, il devrait avoir au moins une assistante sociale qui pourrait vous guider.

  • Maman est actuellement hospitalisée pour soins de suite. Une entrée en maison de retraite  est envisagée en raison de la dégradation de son état de santé. Devenons-nous obligatoirement opter pour un établissement sélectionné par l’AS du centre hospitalier ?

Bien sur que non, l'assistante sociale vous donne des adresses pour vous guider au départ, à vous de faire la démarche pour en trouver d'autre... comme avec un logement, il faut en visiter plusieurs avant de trouver celui qui plait ! Vérifiez aussi l'ambiance et les expressions du visage du personnel qui est souvent indicateur de la qualité de prise en charge et du bien être des personnes !  

  • Quand la direction est complaisante avec une comptabilité faussée, risquer la fermeture de l'EHPAD, cela revient à une prise d'otages. D'autant que les sources sont confidentielles et difficilement vérifiables. Il n'y a plus aucun contrôle de la part de la DASS.

Si, il y a contrôle quand il y a plainte !!! Sinon adressez-vous directement au ministère de la santé, qui sera certainement aussi à votre écoute ! 2012 c'est dans un mois !  

  • Voulez-vous dire que les CLICS n'ont pas de parti pris ? Moi j'ai l'impression que leur réponse est souvent orienté dans les mêmes structures....

Les CLICS sont indépendants des établissements mais travaillent souvent avec eux en bonne collaboration pour le suivie des personnes qui entrent en maison de retraite. Evidemment ils vont vous conseiller les établissements qu'ils connaissent et qu'ils approuvent !  

  • Y a t-il des guides pour choisir une maison de retraite   (comme évoqué dans l'émission) ?

Il y en a, mais les noms m'échappent. Si vous ou un proche avez accès à internet vous pouvez en trouver, des guides, mais aussi des chats sur certaines maisons de retraite...  

  • Quelles différences entre APL et APA. Peut-on bénéficier des deux ?

Oui, APL : allocation logement, APA : allocation autonomie. La 1ère est à demander aux allocations familiales pour les frais hébergement, la deuxième est à demander au consil général de la ville du résidant et concerne la prise en charge/les soins. Elle est attribuée selon les revenus, patrimoine...  

  • Il y a trois sortes d'EHPAD : lucratif, public, et privé non lucratif, où étaient les associations ce soir ? Cet oubli est honteux ! 

Jean Rostand le médecin était là !  

  • Ou peut-on trouver les noms des grosses boites privées citées dans le reportage ? ( Korian, etc..)

 Cherchez sur internet : groupe maison de retraite et vous tomberez dessus.

  • Comme indiqué dans le reportage nous avons sauvé nos lits - et donc notre EHPAD - qu’un grand groupe "lucratif" convoitait pour construire ailleurs appliquer une tarification supérieure. Le secteur a ainsi racheté une maison privée ! Comme dans les Landes c’est la volonté politique qui a permis cela. Ne désespérons pas, votons !

Félicitations pour cette initiative. Je trouve cela vraiment admirable quand toute une commune se lie pour sauver un endroit aussi important ! Bravo. 

  • Lorsque nous sortons ma mère le dimanche, les repas qu'elle ne prend pas ne sont pas décomptés. Est-ce normal ?

Certains établissements donnent un ticket de repas pour la famille en échange, vous pourriez le proposer à la direction au moment d'un CVS ?  

  • Comment faire participer davantage les familles dans la vie des établissements ?

C'est aussi aux familles de se poser la question et de proposer des activités...déjà il y a les différentes commissions, CVS/menus/animations, plus il y a du monde plus on avance avec les changements. 

Certaines propose l'intervention d'un prêtre catholique pour des messes mensuelles ou tous les 15 jours, pour les autres cultes, on peut selon les communes contacter les offices des cultes pour demander un passage à la maison de retraite.  

  • Peut-on faire appel à un kiné extérieur à la maison de retraite    si celui en place n'est pas suffisamment à la hauteur des besoins ?

Oui, vous avez le droit de faire venir n'importe qui auprès de votre proche à partir du moment où il ne perturbe pas l'organisation de la maison. Aussi il pourra très bien faire une séance dans la chambre privative du résident. Comme le médecin traitant, le kiné et les autres intervenants médicaux non employés par la maison restent à votre choix puisque de toute façon vous les payez vous !

  • Est-ce que la formation "humanitude" peut s'appliquer vraiment sur le terrain ?

Je pense que oui, mais il faut du temps pour apprendre et l'appliquer, comme avec tout. Il y a aussi un livre, le quel vous pourriez déjà commencer à lire. Mais je ne veux pas faire la pub pour eux !

  • Quelle est la différence entre aide sociale et APA ? Ces aides dépendent-elles des ressources des enfants ?

L'aide sociale oui pour les enfants, l'APA non. L'aide sociale finance les frais d'hébergement (donc le plus gros), l'APA la prise en charge. Attention pour l'aide sociale, l'état se rembourse sur l'héritage.

  • Est-ce qu'une salle de kiné est obligatoire dans une EHPAD ?

Malheureusement non.  

  • Depuis la période de la canicule, est-ce que les contrôles en établissements ont été renforcés ? Ce sont des contrôles inopinés ou prévenus par avance ?

Oui, mais en EHPAD, les équipes soignantes étaient déjà formées au repérage de la déshydratation et ce bien avant 2006 ! Une avancée quand même, la climatisation des certains lieux collectifs.

  • Comment laisser le libre choix de l'intervenant libéral quand la maison de retraite    est en dotation globale pour le soin ?

Non. 


Les réponses du Dr Christine Baudry, gériatre de l'EHPAD résidence Jean Rostand


  • Orientation en maison de retraite : vous conseillez aux familles de contacter les CLICS et les Points Paris Emeraude alors que ces services public délèguent leur mission de service public aux sociétés de placement comme Cap Retraite ! C'est le cas des PPE 8ème, PPE 14ème (de Mme Lebée), PPE 10ème.

A mon avis cela est faux les clics sont là pour vous donner toutes sortes d'infos concernant les aides financières que vous pouvez obtenir, vous aident dans vos démarches, suivent votre dossier, vous aident dans la recherche d'une structure d'hébergement, vous proposent des ateliers, des services des soins a domicile, et cela gratuitement.

  • J’ai une liste de tous les CLICS et les PPE qui délèguent leur mission de service public à cap retraite et à d autre sociétés commerciales ! Que répondez-vous ?

Je suis le médecin gériatre réfèrent d'un clic et je ne travaille pas du tout avec cap retraite, cet organisme est intervenu uniquement pour des sessions d'information pour les aidants par exemple, de façon ponctuelle et sans contre-partie.

  • Si les enfants doivent payer pour leur parents, le prix à payer est-il le même pour chaque enfant, sinon comment cela est-il calculé ?

C'est l'enquête sociale qui détermine en fonction des ressources des enfants et de leurs obligations : nombre d'enfants à charge en particulier, ce que chaque enfant doit donner pour le paiement d'une EHPAD pour le parent âgé, cela est calculé au plus juste cela s'appelle l'obligation alimentaire.   

  • Est-ce qu’il y a une formation spécifique pour être animatrice auprès des personnes âgées ? Car moi-même titulaire bac +3 licence pro coordination, handicap et vieillissement.

Oui il y a un diplôme mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, il faut de la patience et de l'imagination et aimer le contact avec les personnes âgées, et avoir des qualités d'organisation lancez-vous !!

  • Comment sont accompagnées en établissement les personnes seules (ni famille, ni ami) lors de l'inscription et lors du séjour ? Est-ce qu’il y a un suivi ? Si oui, par qui ?

Lors de la visite de pre-admission le médecin interroge la personne sur son histoire de vie, ses antécédents médicaux, obtient des renseignements auprès des personnes proches même si elles ne sont pas de la famille et ensuite l'établissement organise l'accueil, puis établit un projet de soins et un projet de vie qui permettent d'offrir au résident une qualité de vie en accord avec ses souhaits et ses habitudes de vie.   

  • Le personnel aide-soignant et infirmier n'est pas assez écouté n'y respecté, la formation est dévalorisée, les conditions de travail sont difficiles et se dégradent, il faudrait plus de personnel qualifié. Que fait l'état pour que nos anciens aient une meilleure fin de vie ?

Les mentalités changent bien heureusement, les regards sur la gériatrie ont évolué, le travail d'équipe indispensable dans ce secteur valorise chaque acteur du soin : l'ash, l'infirmière, le directeur, le médecin, les aides-soignants qui sont les forces vives de la gériatrie... chacun a un rôle à jouer pour offrir la meilleure prise en charge possible dans le respect de la personne âgée qui doit rester au centre des préoccupations de chacun. 

  • Quand il y a une mère en chaise roulante et un père qui commence à perdre la tête mais qui continue à croire qu’il peut tout faire et bien, il y a plutôt risque de catastrophes car tout est possible. D'où présence permanente de quelqu’un.

Avec les personnes âgées il est important d'anticiper les situations de crise c'est-a-dire prévoir une institution, une organisation à domicile, contacter le CLIC ou au moins se poser la question en famille pour éviter d'avoir à prendre des décisions dans l'urgence.

  • Dr Christine Baudry dans quel monde vivez-vous ?

Je suis désolée mais je parle de ce que je vis chaque jour dans mon établissement, cela fait 6 ans que j'y suis ....

  • Est-ce obligatoire d’avoir un médecin coordonateur dans les établissements ? Est-ce que cela dépend du nombre de résidents ? Car j’ai travaillé dans un établissement où il n'y avait pas de médecin coordonateur ? Ce sont les infirmières qui s'en occupaient ? Quelles sont les fonctions du médecin coordonnateur ?

Un établissement qui a signé une convention tripartite doit avoir un médecin coordonnateur qui a plusieurs missions : assurer la continuité des soins, gérer l'équipe pluri-disciplinaire avec le directeur et l'IDEc, il fait de la formation pour le personnel, rédige les protocole de soins... il n'est pas prescripteur sauf en cas d'urgence. En principe on calcule le temps de médecin co en fonction du nombre de résidents : pour 80 résidents il y a un demi-poste de médecin.

  • Pouvez-vous me dire que faire en cas de chutes répétitives de ma mère sans que la famille ne soit au courant ni même le médecin jusqu’au jour où nous avons été au courant quand elle a été admise à l’hôpital pour fracture du col du fémur. Ma mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer donc incapable de nous prévenir.

Il y a une réglementation par rapport aux chutes à respecter : déclaration de chute puis examen médical par le médecin co ou le médecin traitant précisant les circonstances de la chute, puis demande si nécessaire d'examens complémentaires, bilan de chute dans l'idéal. La famille est systématiquement prévenue en cas de dommages corporels ou quand à la suite de chutes à répétition une contention est conseillée.   

  • Est-ce que la résidence Jean Rostand a des liens commerciaux avec Cap Retraite ou d’autres sociétés de placement ?

Absolument pas.  

  • Ne faudrait-il pas que les familles de résidents soient mieux informées du mode de fonctionnement en collectivité ? Pour ainsi éviter des jugements trop hâtifs sur le personnel ?

Les réunions organisées une fois par an pour les familles et les comités de la vie sociale ou siègent des représentants des résidents et des familles sont là pour cela.  

  • Est-ce que "l’humanitude" est un business ? Ce que semble écrire Frank Hagenbucher dans son livre !

C'est une formation comme une autre basée sur le bon sens et les bonnes pratiques de soin.

  • La responsabilité d'un établissement peut-elle être mise en cause en cas de défaut de surveillance grave d'une personne ayant des troubles du comportement ?

Oui le médecin et le directeur sont responsables des résidents, c'est pour cette raison qu'un résident avec des troubles cognitifs et qui est susceptible de fuguer doit-être placé dans une structure adaptée (d'ou l'importance de l'évaluation médicale ), sécurisée mais le risque 0 n'existe pas.     

  • Est-ce que le personnel accède vraiment à la formation lorsqu’il travaille dans un établissement ?

Cela dépend des établissements bien sur, et de la dynamique du directeur, du médecin et de son équipe, la formation est nécessaire surtout quand le personnel est peu formé.    

  • Pourquoi une infirmière ne peut elle pas remplacer une sonde urinaire dans une EHPAD ?

Elle peut le faire !

  • Cette image négative existe, pas dans toutes les maisons de retraite je suppose. Il faudrait plus de contrôles.

Nous avons des contrôles, nous devons tenir un budget, pour éviter le dépôt de bilan si la gestion est mauvaise.

  • A qui réclamer les résultats d'analyse et la teneur des traitements lorsque le personnel soignant refuse de me les communiquer ?

L'accès au dossier et a son contenu doit s'inscrire dans une procédure : demande écrite au directeur, mais le médecin doit renseigner la famille et le résident comme en ville.


Les réponses de Laurence Ménagé, infirmière coordinatrice de l'EHPAD résidence Jean Rostand


  • Quand vous dites qu'il y a du travail dans le domaine de la santé c'est faux. Ça fait 3 ans que je postule pour rentrer dans une maison de retraite et tous refusent de prendre du personnel !!

Il y a des postes, beaucoup de postes faisant fonction d'aide soignante ou aide soignante ou infirmière dans la plupart des maisons de retraite.

  • Ca fait 3 fois que je passe le concours d'aide soignante, car c'est un métier ou j'ai ma place, mais le concours est trop dur.

Il faut continuer à le passer, travailler les concours car il y a beaucoup de monde dans cette voie, ne pas s'arrêter de passer les concours....

  • Est-il possible de maintenir réuni un couple de 90 ans chacun dont l'un est dépendant et l'autre autonome ?

Oui s'ils payent chacun leur hébergement dans la structure.

  • Vous encensez les personnels mais dans la réalité ils ne sont vraiment pas traités comme des humains comment dans ces conditions est-il possible de traiter les résidents comme tel ? Dans certaines structures les gants sont comptés, les protections également. En conséquence les meilleurs s'en vont (pas pour de meilleurs salaires pour ne pas être maltraitants tout simplement). C'est la direction qui donne le ton !

Il faut effectivement partir en courant de telles structures car à un moment donné on met son diplôme en jeu ou sa santé à suivre de telles pratiques.  

  • Je ne suis pas la seule licenciée, nous sommes plusieurs, il y a harcèlement, demande de délation de la part de la direction, des arrêts pour dépression, où peut-on s'adresser, j'ai été licenciée pour des fautes où je n'étais pas dans les locaux puisqu'en arrêt de travail.

Il y a les prud'hommes pour ça.

  • Est-il normal que l'établissement garde la carte vitale de ma mère ?

Oui, mais elle reste à votre disposition quand vous en avez besoin c'est mieux car les professionnels : généralistes, kinés, pharmaciens, ambulanciers, peuvent en avoir besoin et ils ont des lecteurs de cartes, c'est plus facile comme ça.

  • Dans une maison de retraite privée où nous avons notre père, il n'y a quasi que du personnel vacataire qui ne connait pas les résidents ni le fonctionnement de la maison. Y a t-il un ratio obligatoire de personnel fixe /personnel vacataire ?

Ce n'est pas très bon une structure où le personnel tourne ainsi, ce n'est surtout pas bon pour le résident et ce n'est pas du tout normal au-delà de 10% du ratio de personnel.

  • Je suis aide-soignante en EHPAD public depuis 10 ans les résidents sont très âgés et très dépendants c'est un travail très difficile psychologiquement et physiquement nous le personnel, sommes confrontés tous les jours à la violence de certains résidents et à la méprise des familles pour notre travail les conditions de travail se dégradent de jours en jours, que faire ?

C'est une réalité quotidienne. Normalement dans le public les avantages tels RTT, jours spéciaux, possibilités de formation, matériel en nombre permettent quand même de fidéliser le personnel et l'équipe peut se serrer les coudes.

  • Si la personne âgée est inscrite sur liste d'attente et refuse la place proposée car ne se sentant pas encore prête, va-t-elle sortir ou se retrouver en bout de liste ?

Elle n'a pas à se retrouver en queue de liste, elle n'est pas punie ! Par contre tous les trois mois il faut téléphoner pour dire que la demande est toujours valide.  

  • J'ai travaillé en EHPAD pour 8,50 euros brut par mois avec des horaires incertains, pas le temps de parler avec les personnes âgées tout juste le temps de leurs changer les couches souvent sans même les laver. Psychologiquement un métier très dur. Aucune humanité. Des repas à un euro par personne lamentable limite maltraitance, des médecins, des kinés qui sont juste la pour faire de l'argent pas top.

Il vaut mieux trouver du travail dans une autre structure.  

  • Avec le BEP Carrières Sanitaires et Sociales peut-on rentrer dans une maison de retraite ?  

Oui et d'ailleurs pas à l'hôpital mais en maison de retraite c'est oui comme faisant fonction d'AS.  

  • Les traitements à donner et faire prendre à plus de 50 personnes le soir en 40 minutes, au diner et les somnifères à distribuer à chaque résident (90) entre 19h et 20h, heure de départ... Est-ce normal ? Et lorsqu'il y a un problème, chute ou autre, le bonheur ! Quel est le respect de la personne là-dedans  ?

Il faut se partager le travail entre équipe de jour et équipe de nuit pour la distribution des médicaments. Pour les personnes autonomes, il est possible qu'ils gèrent leur traitement . 

  • 10 soignants pour 11 résidents ? Je doute que même 10% des EHPAD aient ces ratios.

Non 1 soignant AS pour 10 ou 11 résidents.  

  • Ma grand-mère est dans une maison de retraite est-ce normal que 2 aides soignantes gèrent 47 patients la nuit ?

Ce n'est pas anormal.  

  • Je me permets d'intervenir, je suis agent dans une maison de retraite, on a de plus en plus de travail avec des responsabilités qui ne sont pas de notre ressort, pas d'infirmière le week-end, est-ce normal ? Je suis fière de faire ce métier que j'aime mais il faudrait nous laisser plus de temps pour nous occuper de nos résidents.

Normalement s'il y a une infirmière en semaine il doit y en avoir une le week-end sinon il y a des glissements de tâches. Qu'il n'y ait pas d'infirmière la nuit en EHPAD, c'est normal.

  • Vous trouvez normal qu'une personne n'ayant qu'un BEP sanitaire et social soit apte à travailler comme faisant fonction d'AS, ce n'est pas demain la veille que nos ainés seront bien accompagnés - une infirmière retraitée, mais il est vrai que je suis d'un autre siècle... Les seules maisons de retraite sympas que j'ai vues étaient des maisons rurales, sans luxe mais ô combien conviviales.

Eh bien détrompez vous il y a beaucoup de BEP sanitaires et sociales qui font d'excellentes faisant fonction d'AS puis passent ensuite une VAE d'AS.  

  • Ceci n'est pas une question, mais une suggestion nous petit village du Tarn (Tauriac) nous avons construit une maison partagée pour personnes vieillissantes, une maison de 4 chambres et une grande salle commune pour prendre les repas logés nourris blanchis pour 1030€/mois.

Ca c'est super et ça peut très bien marcher jusqu'à....plus de matériel lourd, plus de dépendance.  

Probablement.

  • Je suis quand même étonnée de voir que beaucoup pensent à eux et à leurs finances plutôt qu'au bien-être de la personne et sa reconnaissance en tant qu'humain. Il n'est pas étonnant alors de voir les privés prendre le marché de la dépendance. Les personnes âgées coûtent trop cher à l’État. "L'humanitude" vous connaissez ?

"L'humanitude" est une philosophie qui enseigne des preceptes pour une prise en charge optimisée du résident, c'est bien. 

  • Le pharmacien qui approvisionne l'établissement en médicaments est-il rétribué ? 

Pas du tout il a en charge des résidents comme s'ils "étaient à la maison" donc carte vitale, ni plus ni moins. 

  • Pourquoi autant de calmants dans les maisons de retraite ? Le petit cachet du soir est-il indispensable ?

Absolument pas, il tranquillise le personnel de nuit ! C'est pour ça qu'à chaque fois que cela est possible il faut le couper en 2 puis éventuellement l'ôter car il est parfois pas nécessaire du tout.

  • Posons-nous une question en sortant d'un établissement pour personnes âgées : avons-nous envie d'y aller, de vieillir, de devenir dépendants ? Après enquête, aucune réponse affirmative... où est l'erreur ?

Quand le moment viendra pour nous on ne se posera peut-être pas la question aussi sereinement, on ira ...

  • Pourquoi la maison de retraite demande-t-elle à l'entrée du pensionnaire s'il s'agira d'un séjour temporaire ou définitif ?

Parce que les places en séjour temporaire sont rares.  

  • Que pensez-vous de l'hébergement inter générationnel ? Peut-être une manière de réduire certains coûts ?

Tout cela marche très bien quand la GRANDE dépendance n'est pas encore là après il faut du matériel, des compétences.

  • Quel recours peut avoir la famille d'un résident qui présente une fracture du pied depuis 4 jours sans que le personnel soignant ne s'en aperçoive ?

Une fracture du pied se valide par une radio et ensuite, le diagnostic fait la prise en charge est médicale.  

  • Pourquoi ne pas faire comme dans le temps... Etre proche de ses parents et grand-parents et les aider au quotidien, voire les prendre chez soi ?

Tout cela est impeccable et la situation la meilleure pour autant que la personne âgée soit stable et n'ait pas de gros besoin en matériel et aides diverses.

  • Je fait partie du cvs de l'établissement où réside ma mère, mais le dialogue est très difficile. J'ai été obligée de m'adresser à l'ARS et au conseil général pour poser mes questions et obtenir enfin des réponses sur la sécurité. J'attends les réponses mais pendant ce temps je me fais du souci car la sécurité la nuit est de 4 personnes pour 200 résidents et par ronde. 

Ce sont des effectifs trop justes. 

Un USLD s'adresse à des patients âgés avec des pathologies lourdes et des GIR de 2 ou 1 ce secteur est du sanitaire. Il est plus doté en personnel mais plus cher. En EHPAD, c'est un peu moins cher et le résident à une dépendance moindre, c'est du médico-social.  

  • Le maintien à domicile est-il important ?

Absolument et le plus longtemps possible.

Oui mais souvent c'est le mari ou la femme ou l'enfant et ils rentrent chez eux le soir.  

  • Pourtant dans le reportage, il semble que les maisons de retraite semblent plus accueillantes. Pourquoi y a t-il toujours cette image négative ?

Parce qu'une maison de retraite aussi sympathique soit-elle n'est pas le domicile, et qu'on va y vieillir avec des étrangers et même y mourir.

  • La peur des maisons de retraitevient aussi du fait de mettre des protections à niveau à des personnes parfois non incontinentes, de mettre des barrières aux lits, de couper les ongles très très courts et de mettre des fauteuils dans lesquels on ne puisse pas se lever seul, d'attacher les personnes aux fauteuils pour éviter les glissements, fermer les yeux et se boucher les oreilles. Oui ça existe.

Bien sûr il y a toujours des excès mais toutes ces procédures si elles existent doivent être revues régulièrement afin d'être adaptées au cas par cas.  

  • Comment prévenir le burn out des équipes ?

Avoir une bonne dynamique d'équipe, des plannings souples, des affectations d'étages, de résidents.....  

  • Pourquoi assomme-t-on les personnes âgées de médicaments, ils dorment avant et près les repas sur leur fauteuil. Le personnel a la paix, leur espace de vie est déserté… Est-ce normal ?

Bien sûr que non ce n'est pas normal, il vaut mieux des tisanes le soir, un peu de TV mais des hypnotiques à minima.  

  • Non, nous ne sommes pas systématiquement prévenus en cas de chute et bien souvent on cache la véritable raison.

Il y a des chutes anodines, on prévient pour des chutes qui portent à conséquence.  

  • Existe-t-il encore des structures non absorbées par des grands groupes privés en région parisienne ?

Bien sur.  

  • Je suis à la recherche d'une maison de retraite médicalisée pour ma maman comment différencier le public du privé ?

C'est clairement dit dans les entretiens et l'autre indicateur est le prix.


Les réponses du Dr Nathalie Maubourguet, présidente de la Fédération Française des Associations de Médecins Coordonnateurs en EHPAD


  • Je vis seule sans enfant, sans famille, sans fortune avec une petite retraite, comment espérer avoir une place en maison de retraite ?

Vous n'aurez besoin d'avoir recours à un EHPAD (anciennement appelé maison de retraite) uniquement si vous devenez dépendante, indépendamment de votre âge au-delà de 60 ans. Or statistiquement vous avez toutes les chances de vivre tranquillement chez vous. Si toutefois votre état de santé et votre dépendance le nécessitent, vous pourrez bénéficier de l'aide sociale dans les établissements habilités.    

  • Y a t-il une infirmière la nuit dans les maisons médicalisées ou juste une veilleuse de nuit ?

Le plus souvent ce sont des aides-soignantes aidées d'agents de service.

Tout dépend du stade de la maladie et des troubles du comportement. Le plus important est que le personnel soit formé à la prise en charge de cette maladie, même sans unité Alzheimer.      

  • Je suis soignante, comment choisir une structure où on peut faire notre métier dans de bonnes conditions (pas 15mn par toilette) ?

La période d'essai est faite pour vous faire votre point de vue.

  • Je suis tutrice d'une personne âgée de 89 ans. Je lui rends visite 3 fois par semaine. Elle est très négligée. Le directeur de cet établissement n'accepte aucune remarque. A qui me plaindre contre lui ?

A l'ARS ou le Conseil Général de votre département.

  • Le budget soins prend-il en compte le salaire d’un médecin co ? Si oui son nombre de jours de présence se fait-il au détriment des autres acteurs de la profession (AS, AMP, Educ spe, ide...) ?

Le salaire du médecin coordonnateur est en effet sur le budget soin, et son temps de présence est fixé par décret.

  • Mon père a la maladie de Horton, marche difficile et petite paralysie faciale, peut-il rester chez lui à 82 ans avec des aides à domicile (il préfère) ou doit -il aller en maison de retraite ?

Si vous disposez dans votre région de personnels compétents, aides à domicile, infirmières, portage de repas etc....il peut après avis de son médecin traitant rester à domicile.

  • Un médecin coordinateur qui ne transmet aucune information médicale au médecin traitant, qui ne perçoit aucun symptôme pouvant dégénérer, qui reçoit sèchement les enfants de parents placés : que faire pour avoir un autre coordinateur/trice compétente ? Qui alerter ?

Le médecin coordonnateur n'étant pas tous les jours présent dans l'établissement, c'est l'équipe soignante qui généralement informe le médecin traitant des problèmes de santé rencontrés par le résident. L'infirmière coordonnatrice joue également un rôle très important dans la prise en soin des résidents.  

  • Suite à une douleur thoracique irradiant dans le bras et le cou d’une résidente Alzheimer, le médecin coordonnateur répond qu’il s’agit d'arthrose...est-ce bien sérieux ? Heureusement la doctoresse adjointe est à l’écoute de la famille et est bien seule à bord...Y a t-il contrôle de ces coordonnateurs ?

Sauf urgence, c'est le médecin traitant qui doit être appelé en priorité devant tout problème de santé d'un résident.

  • Il se trouve que la cadre de santé, pas plus le médecin coordonnateur, n'assure les remontées d'ordre médical au médecin traitant. Donc, aucune communication dans la hiérarchie en remontant, les aides soignantes font ce qu’elles peuvent. Seules les familles qui peuvent rendre visite quotidiennement repèrent les symptômes : même en EHPAD public, on est impuissant !

Si vous estimez que cette situation le nécessite et entraine une perte de chance pour les résidents vous pouvez le signaler à l'ARS.  

  • Quel est le rythme de passage du médecin dans la maison de retraite ? 1 fois /semaine ou par mois ?

C'est l'état de santé du résident qui doit conditionner le rythme du passage du médecin traitant. Le minimum étant une fois par mois.  

  • Nous parlons beaucoup du travail des professionnels en EHPAD. Mentionnons celui des psychologues qui ont une mission non seulement auprès des résidents mais aussi auprès des soignants et des familles qui demandent aussi à être accompagnées pendant ce temps difficile de l’entrée en établissement et par la suite.

Tout à fait d'accord, les gérontos-psychologues sont indispensables en EHPAD, leur présence devrait être obligatoire dans chaque établissement ! 


Les réponses de Sylvie Lanoë, responsable de l'association CLIC Paris 14ème et de Annie de Vivie, fondatrice d’agevillage.com


  • N'accorde t-on pas que des financements finalement aux patients pathologiquement lourds et plus on va être autonome moins on pourra avoir de participation, n'est-ce pas là contradictoire de considérer qu'une personne non reconnue dépendante n'est pas une personne qui a besoin. Comment peut-on aider les projets préventifs pour mieux vieillir et rester le plus longtemps chez soi ?

Les clic sont là pour cela pour évaluer les besoins des personnes qui sont à domicile, pour les accompagner, les aider à prendre leur décision.  

  • Je suis en Vendée.

Je vous invite à aller rencontrer le clic de votre département ou le centre communal d'action sociale.

  • Orientation en maison de retraite : vous conseillez aux familles de contacter les  CLICS et et les Points Paris Emeraude alors que ces services publics délèguent leur mission de service public aux sociétés de placement comme Cap Retraite ! C'est le cas des PPE 8ème, PPE 14ème (de Mme Lebée), PPE 10ème.

En ce qui me concerne, je suis actuellement harcelée par cap retraite et ça fait 2 ans au moins que je n'oriente aucune famille sur cap retraite. Je suis le clic du 14ème.

  • Ne pensez-vous pas que l'avenir est à des petites structures style maisons conçues pour recevoir quelques adultes handicapés encadrés par des professionnels ?

Effectivement il existe d'ailleurs beaucoup d'expérimentations dans ce sens à Nantes, Vannes, pour des petites unités ou des co-locations choisies.

  • Mon papa a été renvoyé plusieurs fois de maison de retraite, maisons médicalisées EHPAD, privées ou autre. Il est actuellement à l'hôpital (car renvoyé à nouveau) et je lui recherche à nouveau une maison de retraite. Je suis las. Il est atteint d'une maladie d’Alzheimer avancé. Personne ne veut de lui ! Que faire dans cette situation ?

Si probablement une structure qui possède des lits d'unité protégée.  

  • Il n'existe pas de CLICS  à Toulouse : où s'adresse-t-on ?

Vous pouvez vous adresser au Centre Communal d'Action Social de la Mairie.  

  • Mes beaux parents sont en maison de retraite  tous les 2, il va manquer chaque mois 800 €. Nous sommes 3 frères et sœurs. Qui va Payer ?

Vous pouvez demander une aide sociale auprès du centre communal d'action sociale (province) ou centre d'action sociale de la ville de paris. Vos frères et sœurs recevront un questionnaire sur leurs ressources. L'aide sociale complètera.

  • L'APA est-elle soumise à la succession ? Est-elle donnée en fonction des revenus ?

L'APA n'est pas soumise à la succession pour le moment par contre une étude est faite avant sur les revenus ainsi que le patrimoine.

  • Mon père dépense toute sa retraite pour payer la maison de retraite . Il ne reste rien pour ma mère à domicile. Y a t-il des aides pour elle ? Nous enfants devons payer ?

En fait du dépend de ses besoins, soit l'action sociale de la caisse vieillesse, si sa perte autonomie est plus importante, je vous invite à constituer un dossier d'APA.

  • Si le demandeur de l'APA a de belles économies et retraite, a-t-il une chance d'obtenir l'APA ?

Pour l'APA seuls le montant des revenus compte, si ceux ci sont importants le département participera très peu. Le mieux c'est de vous faire conseiller par un CLIC.  

  • Faut-il alerter l'ARS en cas de doute sur la gestion et l'intégrité financière d'un EHPAD même public ?

Moi je le ferais à votre place ! Par-contre renseignez-vous quand même avant. Une dénonciation donne aussi le risque d une fermeture provisoire, et où iront les résidents pendant ce temps ? Demandez peut-être déjà un rdv avec la direction de la maison, puis avec la direction du groupe...

  • Est-ce que vous pensez que l'animation serait plus présente dans certaines maisons de retraite ? Si oui, pensez-vous qu'il y aurait besoin de plus d'animateurs ?

Il faut surtout une animation de qualité, stimulante...

  • Pouvez-vous expliquer le ticket modérateur dans le cadre de l'APA ?

Quand vous faites une demande d'APA l'assistante sociale prend en compte vos ressources et vos besoins par rapport à votre dépendance et l'allocation est fonction de vos moyens financiers, il est important de réévaluer votre GIR régulièrement.  

  • Où peut-on être conseillé lorsque nous n'avons pas de CLIC dans notre région ?

En principe tout le territoire français est maillé par des clics ou des organismes qui font le même travail il faut vous renseigner. A défaut du clic rapprochez vous du centre communal d'action social de votre département ou du service personnes âgées du conseil général.  

  • Je suis passée cet après-midi dans deux EHPAD, les personnes à l'accueil ont refusé de me faire visiter, m'ont dit que cela n'était pas possible, et m'ont donné des dossiers à remplir. Est-ce normal de remplir un dossier d'admission avant même d'avoir pu visiter ?

Il me semble que ce refus de transparence est inquiétante pour ma part j'irais voir ailleurs.  

  • Un frère peut-il mettre un des parents en maison de retraite  sans l'accord des autres frères et sœurs ?

L'important je pense c'est la volonté de vos parents si c'est leur souhait, vos frères et sœurs ne peuvent pas l'empêcher.

  • Le plus dur c'est de trouver dans l'urgence un établissement correct. N'y aurait-il pas des personnes, ou des associations honnêtes et susceptibles de nous aider sans langue de bois à sélectionner des établissements correspondants à nos recherches. C'est tellement difficile émotionnellement déjà. Et aussi épuisant. Je suis sur Paris.

 Tournez-vous vers les CLICS entourage de votre arrondissement.  

  • Mon père est brutalement hémiplégique suite accident cérébral. Après 1 mois d'hospitalisation il a été transféré en établissement de suite qui me pousse à le placer rapidement en maison de retraite  . Il est en région parisienne, je suis en province (Gironde). Où m'adresser pour trouver une solution ?  Problème de trouver une place, problème de financement car il a 1000 euros de retraite et je n'ai pas les moyens.

Je vous conseille de vous rapprocher d'un CLIC  ou du centre communal d'action sociale.  

  • Existe-t-il des aides mobiles ? Mes parents sont vivent seuls, sont autonomes, mais ma mère a une dégénérescence débutante, quand mon père est hospitalisé pour des problèmes de santé, elle est de plus en plus perdue... Un accompagnement ponctuel et réactif existe-t-il afin qu'elle ne soit pas seule jusqu'au retour de son mari ?

Rapprochez-vous d'un CLIC  qui vous donnera une liste de professionnels prestataires d'aides à domicile.  

  • La plupart des personnes en maison de retraite   sont atteints de troubles neurodégénératifs ce qui veut dire que la plupart sont anosognosiques. Comment mettre en place des prises en charge si la personne est dans le déni de sa maladie ?

Vous pouvez vous rapprocher des clic qui vous soutiendront et pourront vous orienter vers des accueils de jours, pour les associations Alzheimer .

  • Pourquoi le point Paris Emeraude du 14ème délègue sa mission de service public à des sociétés comme CAP Retraite ?

Je suis au point paris Emeraude depuis 2005 et je certifie ne pas utiliser cap retraite, mon équipe non plus. Je vous invite à nous contacter au 01.40.52.44.03 Nous recevons le public du lundi au vendredi.

  • Est-ce qu'il y a des mesures des structures pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer  et apparenté ? Si oui, lesquelles ?

Oui il y a le plan Alzheimer qui a financé des accueils, plateformes de répit. Contacter le clic qui vous mettra en relation avec les professionnels locaux.

  • Lorsqu'on n'est pas infirmière, est-on habilité à distribuer les médicaments aux personnes âgées ?

Les médicaments doivent être préparés par une infirmière sur prescription du médecin traitant, via un pilulier.

  • Pour le maintien à domicile c'est évident mais où trouver une personne de jour plus une de nuit ?

Vous pouvez faire intervenir un service d'aide à domicile et compléter par un service de soins infirmiers financé par la sécurité sociale.

  • Est-ce que le clic 14ème oriente les familles vers des sociétés de placement ?

Il me semble vous avoir déjà répondu !!!  

  • Quelle formation pour travailler dans un CLIC , à quels postes ?

Pour un poste de coordonnateur plutôt travailleur social (assistant social ou conseiller familial et social).

Oui il pourra vous mettre en relation avec le CLIC le plus proche de l'établissement que vous cherchez. Nous avons référencé tous les CLIC dans notre annuaire d'Agevillage.com et toutes les maisons de retraite possibles. Depuis peu les résidents donnent leur avis en ligne sur la qualité ressentie dans leur établissement.

 

Les réponses d'Annie de Vivie, fondatrice d’Agevillage.com

 

  • C’est bien de vouloir mettre en valeur nos métiers (infirmière, ergo, aide-soignant...), mais pour attirer les jeunes, peut -être faudrait-il commencer par revaloriser nos salaires, non ?! Je rencontre souvent des collégiens ou lycéens pour présenter mon métier, et quand je leur dis mon salaire, ils vont voir ailleurs...

Vous posez un constat à retentissement politique concernant les arbitrages des salaires des métiers du soin (comme des enseignants, des pompiers...). A notre société (et ses représentants élus) de se mobiliser sur ses choix, ses orientations, la reconnaissance des acteurs qui aident à vivre ensemble, debout, jusqu'au bout. Le salaire est important, il valorise, mais le coeur du métier reste la relation, le prendre soin, les échanges : voir le magnifique livre "Je vous trouve si belle" http://www.agevillagepro.com/actualite-5504-1-maison-de-retraite-je-vous-trouve-si-belles-temoignage-soigant-resident-texte-photographie.html Personnellement j'ai été élevée aussi par les vieux monsieurs et vieilles dames de la maison de retraite où ma mère travaillait. Brasser les générations, partager les expériences du soin, du prendre soin, ouvrir les maisons, développer la créativité... fera du bien à tout le monde, y compris à ces métiers.  

  • Je travaille en M.A.S. où les frais d’hébergement sont bien moins chers qu’en maison de retraite , ils correspondent au forfait journalier en hôpital. Pourtant les conditions d’hébergement et d’animation sont plus corrects que dans beaucoup de maisons de retraite...comment celles-ci justifient leur tarif exorbitant ?

Le secteur de l'aide aux personnes handicapées de moins de 60 ans ne bénéficie pas des mêmes financements que celui des personnes âgées handicapées de plus de 60 ans. Les associations de défense des personnes handicapées ont obtenus des soutiens, des aides dont le secteur personne âgée ne bénéficie pas à ce jour. La crainte d'une convergence des systèmes vers le bas fait aussi peur ! Il s'agit d'un enjeu de solidarité nationale, à mettre au coeur des futures élections. Je me mobilise personnellement dans le collectif "Une société pour tous les âges". http://une-societe-pour-tous-les-ages.over-blog.com/

  • Y a-t-il des sites où on peut avoir des avis des familles sur les maisons de retraite et où on peut les nommer ?

Nous venons d'ouvrir ce service après un an de travail avec les associations de personnes âgées et les fédérations de professionnels (privés, public, associatif). Les résidents donnent leur avis. Celui du Président du conseil de la vie sociale est mis en avant. Les premiers avis arrivent ! Présentation du service : http://www.agevillage.com/actualite-6914-1-maison-de-retraite-avis-client-annuaire-grand-age-qualite-de-vie-service-agevillage-resident-famille.html Voir notre annuaire Agevillage.com.

  • Je suis président d’un CVS (conseil de vie sociale) dans une maison de retraite et nous constatons un manque d’attention, la relation personnel/résidents n’est pas toujours au rendez-vous quel sont les normes concernant le nombre de personnel pour 75 présidents dont 12 pour troubles majeurs les familles ne répondent pas présent pour nous aider ?

Je vous salue en tant que président du CVS : à votre disposition nous avons ouvert une "boite à outils" des CVS (comment les faire vivre...). http://www.agevillage.com/sousTheme-287-La-boite-a-outils-du-CVS.html Il n'existe malheureusement pas de normes de taux d'encadrement opposable. Les dotations soins sont calculées selon le niveau de perte d'autonomie des personnes accueillies. Suites aux tensions budgétaires, cette médicalisation est freinée. Certains établissements, historiquement, sont bien dotés, mais très peu au regard des besoins actuels et futurs. Parfois les budgets sont octroyés par les tutelles mais les directions n'arrivent pas à recruter (manque de professionnels, absentéismes, arrêts maladie...). Par ailleurs, il faut engager un personnel formé, aux compétences adaptées aux attentes et désirs des résidents. L'accompagnement de ce personnel est aussi fondamental (temps d'échanges, de réflexions, de formations...) sont indispensables face aux difficultés quotidiennes, aux décès, aux tensions. Si vous connaissez des ratios officiels d'encadrement des maisons de retraite, notre rédaction est preneuse pour faire passer le message !          

  • Est-ce que le PDG d’Orpéa est actionnaire de Eternis Agevillage ?

Comme vous avez pu le lire sur notre site, Eternis : la société qui édite Agevillage.com et que j'ai fondé et que je préside, a en effet parmi ses actionnaires le PDG d'Orpéa, le Dr Marian. Notre actionnaire de référence est la Caisse des Dépôts et Consignations, depuis 10 ans maintenant. Notre modèle économique est scindé en deux - les webmagazines Agevillage/Agevillagepro.com dont la rédaction, le webmastering vivent grâces aux abonnements aux espaces professionnels réservés, à la publicité, à la syndication de nos dossiers, contenus... -la formation professionnelle continue autour de l'approche "Humanitude" principalement, l'organisation d'un colloque annuel international sur les approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer. Nos actionnaires sont des individus et des institutions que je salue aussi pour leur accompagnement dans la durée, leur patience.    

  • A trop suivre mes parents dans leur vie et constater quelques dysfonctionnements dans la maison de retraite et les signaler au directeur, est-ce que je ne risque pas de les mettre en danger ? Ou me faire cataloguer ?

Tout va être une question de ressenti : j'ose espérer que le directeur saura vous dire quand il peut ou ne peut pas répondre à vos remarques. Vous pouvez aussi vous investir dans le conseil de la vie sociale de la structure, participer aux activités proposées, à une association de famille. http://www.agevillage.com/sousTheme-287-La-boite-a-outils-du-CVS.html L'enjeu est de construire un prendre soin quotidien de qualité, positif, serein. Voir aussi notre article : les recours en cas de conflit. http://www.agevillage.com/actualite-4814-1-maisons-de-retraite-recours-en-cas-de-conflits.html Nos newsletters publient chaque lundi des belles initiatives qui motivent et peuvent donner envie d'aller vivre en maison de retraite.  

  • Pourquoi Agevillage oriente les familles (en recherche de maison de retraite) vers Retraite assistance (association lucrative - assujetti aux impôts commerciaux) ?

Notre webmagazine propose un annuaire en ligne avec 25 000 références et depuis peu la possibilité pour les résidents de maison de retraite de donner leur avis. Mais parfois la nécessité d'avoir un interlocuteur s'impose. Nous avons cherché une agence d'intermédiation et avons découvert ces agences de placement décrites dans le reportage. Nous n'avons trouvé qu'une structure associative, dont le personnel tente de visiter les établissements qu'elle conseille. Mais comme les structures privées commerciales, cette association est rémunérée par les établissements qui voient entrer un nouveau résident. L'idéal serait que ce service soit rémunéré par qui : les personnes qui cherchent, les établissements, les pouvoirs publics ? Chez Agevillage, en plus de la mise à jour régulière de nos bases de données, ce service d'avis des résidents, nous espérons un jour qu'un label qualité pourra être publié.      

Plusieurs plateformes d'emploi (Offres/CV) existent ne serait-ce que via Pôle-Emploi. Les sites internet des maisons de retraite. Nous venons d'ouvrir un espace emploi www.agevillagepro.com : vous pouvez déposer votre CV     

  • Est-il encore possible d ouvrir une maisons de retraite, dans le soucis du bien-être des résidents, où tous ces grands groupes privés ont-ils le monopole ? Je suis actuellement un cursus universitaire en psychologie, et je souhaiterais beaucoup me lancer dans ce projet. Est-ce possible avec ce cursus ?

Je ne peux que vous inviter à lire régulièrement nos actualités hebdomadaires (newsletters). Notre rédaction cherchent des initiatives motivantes, innovantes, mobilisatrices, citoyennes... et elles existent, elles se construisent, se détricotent parfois puis repartent avec l'arrivée de nouvelles énergies. Voir nos prix : Lieu de Vie, Lieux d'envie ! 2011 : http://www.agevillagepro.com/actualite-7386-1-laureats-2011-du-prix-agevillage-igm-asshumevie-lieu-de-vie-lieux-d-envie.html 2010 : http://www.agevillagepro.com/actualite-5603-1-l-alzheimer-internet-technologie-laureat-prix-lieu-de-vie-lien-d-envie-ehpad-maison-du-telhuet-notra-dame-gravenchon-atelier-internet.html Votre cursus est attendu en EHPAD pour accompagner les résidents, les familles, les proches et les équipes.  

  • Est-ce que les nouvelles technologies se développent dans les nouveaux établissement ou établissements actuels ?

De nombreuses expériences avancent : ordinateur avec internet accessible, voire Internet dans toutes les chambres, la Wii, l'assistance à distance... Internet et maladie d'Alzheimer : voir notre prix 2010 "Lieu de vie - Lieu d'envie" http://www.agevillagepro.com/actualite-5603-1-l-alzheimer-internet-technologie-laureat-prix-lieu-de-vie-lien-d-envie-ehpad-maison-du-telhuet-notra-dame-gravenchon-atelier-internet.html Quant on parle géolocalisation, surveillance à distance, capteurs... on voit que l'éthique vient interpeler les technologies. Voir notre article cette semaine suite à un colloque tout récent sur le sujet. http://www.agevillagepro.com/actualite-7449-1-alzheimer-technologie-ethique-erema-technologie-besoin-desir-personne-agee.html


En savoir plus


 On a coutume de dire que les seniors en maison de retraite n’intéressent plus personne, pourtant, aujourd’hui, ils sont au centre d’un marché florissant où de grands groupes font fortune. La France compte plus de dix mille établissements d'accueil pour personnes âgées. De la résidence non médicalisée aux maisons de retraites médicalisées EHPAD (établissement pour personnes âgées dépendantes), en passant par les petites unités de vie, il faut réussir à se faire une idée de la structure adaptée à chaque situation.

Le nombre de places disponibles en maison de retraite ne couvre pas toujours les besoins locaux, notamment pour les personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer ou apparentée, très désorientées, ou lourdement handicapées.

Il faut connaître l'offre locale de maisons de retraite et de service d'aide aux personnes âgées le plus tôt possible, visiter, se renseigner auprès des CLIC, centres locaux d'information et de coordination qui sauront vous apporter l'aide aux personnes âgées requise.

Quelles sont les différences majeures entre le privé et le public pour les pensionnaires, le personnel et les familles ? Prix et prestations ? La qualité des soins est-elle proportionnelle aux tarifs pratiqués par les établissements ? Quel est le parcours des familles pour obtenir une place, quels sont les choix politiques des élus locaux ? Quel sens ont encore la mission de service public et la solidarité nationale face à la loi du marché ? Autant de paramètres à analyser avant de se décider pour une maison de retraite pour soi ou pour aider un proche âgé.

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Ailleurs sur le web :


Mots clés


Vos commentaires
Page : 1  2  3  4  5 
patachou14
les familles d'accueil agrées de personnes âgées dépendantes accueillent dans leur foyer chaleureusement les séniors dépendants 7/7 24/24 sur toute la France stimulations de leurs facultés psychiques et physiques maintien du lien familial accueil personnalisé pour 1150euros à 1500 + 200 d'Urssaf liste d'accueillants disponible sur le site Famidac et autonomie des conseils généraux en insistant
Citer
ken
Bonsoir, ça fait une grosse barre sur le côté quand on fait dossier complet . Merci
Citer
patachou14
Il est grand temps de réaliser les économies à faire avec l'extension des familles d'accueil de personnes âgées dépendantes l'argent ne remplace pas la chaleur humaine tellement présent le discours des collectivités
Citer
poullain
pourquoi , les aides soignantes sont elles embauchées pour 3 mois réembauchées ,pour une même période dans un hôpital ou autre maison de retraite , c'est déstabilisant , pour les anciens ou les malades , de même que pour les soignants à 25 ans c'est démoralisant
Citer
Famidac
Bravo pour ce documentaire, qui lève un coin du voile sur ces pompes à fric... et nous motive d'autant plus pour développer les accueils familiaux agréés, une alternative humaine, chaleureuse, économique et de proximité !
Voir http://www.famidac.fr/
Courtoisement, Étienne
Citer
Alys et Hélène
Que pensez vous de certains cas de spoliation des droits civiques de résidents qui ne sont pas sous tutelle ou curatelle et encore lucides? Cela arrive en institutions par mégarde ou volonté délibérée de certains 'responsables' non habilités qui font de l'abus de pouvoir
Pourtant la Charte du respect de la Dignité des Personnes agées est scrupuleusement affichée dans ces lieux et la clim présente comme on nous a dit ce soir. 19°C dans la pièce réfrigérée, 32°C dans les chambres. Normal c'est le progrès vu par les libéraux dévaliseurs de petits vieux. Autres méthodes que les chauffeurs du moyen âge pour détrousser. Mais l'avidité des rapaces reste la même. J'ai honte de faire partie de cette société
Citer
Alys et Hélène
Merci d'avoir dénoncé ces scandales mercantiles accompagnés du simulacre Bachelot. Le secteur public n'est pas le paradis non plus Seulement 1800€, dîtes vous?! Qui peut se permettre de tels mouroirs? Plutôt le suicide! Bravo pour le reportage, débat pipeau Patrick
Citer
cat72
ma mère était ds une maison de retraite (41) du groupe ORPEA, elle y est restée 19 mois. j'ai eu l'occasion de voir des choses qui m'ont effaré, quant aux personnels soignants : je repassais derrière les toilettes pour les mains, les pieds, les oreilles (sans voir le reste ..!) ce groupe est très lucratif pour son dirigeant qui ne se soucie pas de ses personnels ,en manque, et sous-payé !!! que du 'tape à l'oeil', je surveillais tout, et me suis fait mal voir : maman est décédée avant le vote pour le conseil des familles ! dommage ! je soupçonne mme le médecin de se faire payer des visites en urgence pour la vraie visite urgente !! son 'loyer' était de 3000 €, sans l'apa !!!
bon courage à tous ! merci pour vos émissions !
Citer
ANANON
C'est indigne de livrer la dépendance aux marchés. Le but du privé c'est le profit,pas étonnant qu'il fasse des économies sur tout: personnel, confort, prestations. Contrairement à ce qui a été dit, beaucoup de malades 'jeunes' se retrouvent hospitalisées pour des années (avc,alzheimer, maladies dénégératives...)la dépendance et la veillesse comme la maladie doivent être prises en charge par la collectivité ou par des assos sans but lucratif.Oui il y a de l'emploi dans ce secteur, les métiers se doivent d'être revalorisés et les effectifs renforcés, ce qui n'est pas le cas puisque les conditions de travail se dégradent en même temps que les conditions d'accueil et de soins. C'est le même combat pour les personnels,les résidents et les familles. Les français sont favorables à la prise en charge par la solidarité nationale, les gouvernements mènent la politique inverse.
Citer
pommy
bonsoir
je viens d'apprendre que les héritiers doivent rembourser les apa et apl au décés de la personne:est ce seulement sur l'héritage existant ou doit on rembourser jusqu'au dernier centimes?
est ce qu'on laisse au moins de quoi assurer des obséques dignes au défunt?
je souhaite une réponse individuelle sur mon email par une personne de votre équipe ou l'assistante sociale participante de l'émission de ce soir que j'ai suivi avec beaucoup d'intérét
un petit commentaire supplémentaire : on incite les gens à venir travailler dans ce' secteur porteur'
il faut de grandes qualités humaines à la base car je pourrais vous commenter le comportement de certaines aides soignanntes qui s'occupent de ma Maman:elles sont inhumaines et humiliantes souvent...Maman ne veut pas que je 'leur vole dans les plumes' par peur 'des représailles'!!
si j'en crois le Médecin coordonnateur je pourrais me tourner vers celui de cette maison :mais fera t il quelque chose? je doute et je suis triste pour Maman..
Citer
Page : 1  2  3  4  5 
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).