Fermer [X]
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. Vous pouvez néanmoins refuser l'utilisation des cookies, en cliquant ici
Mis à jour le 1 mars 2015 à 16h06
Mon compte

  >     >  Cholestérol : le bon, le mauvais… et l'excès

Cholestérol : le bon, le mauvais… et l'excès

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 22 juillet 2009, mis à jour le 13 janvier 2015

Il peut être bon ou mauvais, il varie avec le temps et en fonction de ce que nous mangeons et peut devenir l'ennemi numéro 1 des artères. Mieux vaut donc surveiller son taux de cholestérol pour rester en bonne santé. Mais quelles sont les conséquences d'un excès ?

Sommaire

 

Qu'est-ce que le cholestérol ?


Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent les effets du cholestérol lorsqu'il est en excès dans le sang.

Thromboses, crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux… Un trop fort taux de mauvais cholestérol peut avoir des conséquences très graves. En France, on estime qu'une personne sur quatre souffre d'hypercholestérolémie. Les causes en sont multiples : alimentation trop riche, alcool, sédentarité, mais c'est avant tout une question d'hérédité.

Tout le monde a du cholestérol et pour cause, toutes les cellules de notre organisme en fabriquent et l'utilisent. Il est notamment indispensable à la synthèse des hormones stéroïdes, aux sels biliaires, il participe à la synthèse de la vitamine D au niveau de la peau... Le foie en produit la plus grande partie (environ trois quarts), la quantité restante étant fournie par l'alimentation d'origine animale. On distingue cependant le bon et le mauvais cholestérol.

Le cholestérol est un corps gras, il n'est pas soluble dans l'eau, ni dans le sang. Il a donc besoin de transporteurs pour se déplacer. C'est le rôle des lipoprotéines, ces structures amènent le cholestérol du foie vers les tissus et des tissus vers le foie. Ce double circuit n'est pas réalisé par les mêmes lipoprotéines.

Les lipoprotéines à haute densité (HDL) transportent le cholestérol des tissus vers le foie, en vue de son élimination : ce sont elles que l'on appelle le bon cholestérol (sur vos analyses, il s'agit du HDL-cholestérol). Puis, il y a les lipoprotéines de basse densité (le LDL) qui transportent le cholestérol du foie vers les tissus, elles le captent dans le sang. Le LDL-cholestérol est appelé mauvais cholestérol car ces lipoproteines n'empruntent pas le circuit de l'élimination.

Quand il y a un trop plein de cholestérol, il s'accumule dans les parois artérielles. Il forme alors des plaques d'athérome qui réduisent le calibre des artères. D'où le risque d'infarctus, d'AVC ou d'artérite des membres inférieurs. Il est donc très important de surveiller son cholestérol de très près.


Apprendre à cuisiner moins gras


Comment préparer des repas savoureux sans trop de matières grasses ?

En cas d'hypercholestérolémie, une des premières mesures à prendre est d'adapter son alimentation. Il existe dans les hôpitaux des consultations spécialisées.

L'objectif de ces consultations spécialisées est d'analyser les habitudes alimentaires des patients pour leur proposer un régime adapté. "On peut conseiller de limiter les acides gras saturés qui sont principalement contenus dans les graisses animales et privilégier plutôt les graisses végétales qui sont contenues dans la margarine, dans les huiles… et varier les huiles", conseille Laurie Nafteux, diététicienne-nutritionniste.

"Il n'y a pas d'aliments interdits à proprement parler. En revanche, il faut faire attention aux fréquences et aux quantités de certains aliments comme la charcuterie, les oeufs, les viandes grasses, les plats préparés…", précise Laurie Nafteux.

Des ateliers éducatifs diététiques sont également organisés pour permettre aux patients de revoir les bases d'une alimentation équilibrée… Ils apprennent aussi à cuisiner en éliminant le gras au maximum, et ainsi limiter l'apport en mauvais cholestérol.


Comment est réalisé un pontage ?


Attention, images d'intervention chirurgicale : le principe du pontage

Le but du pontage est de rétablir une bonne circulation sanguine au niveau de l'artère coronaire. L'artère mammaire est, dans ce cas, détournée puis rebranchée à l'artère coronaire malade.

Combien de pontages peut-on réaliser dans la même intervention ?


Stents, des ressorts pour dilater les artères


Attention, images d'intervention chirurgicale : les stents sont de petits ressorts qui dilatent les artères afin d'éviter qu'elles ne se bouchent.

Lorsque les artères du coeur menacent de se boucher, on peut avoir recours à l'angioplastie.

Pour rétablir un bon flux sanguin, le chirurgien commence par visualiser l'artère malade. De petits ressorts, les stents, sont ensuite placés dans l'artère pour les dilater.


Les produits anti-cholestérol sont-ils efficaces ?


Les produits anti-cholestérol ont envahi les rayons des supermarchés. Mais ont-ils réellement une influence ?

Sous forme de yaourt, de produits à boire, de margarine et même de céréales... Les vertus anti-cholestérol de certains produits alimentaires apparaissent en grosses lettres sur certains emballages. Mais que valent vraiment ces produits ?


En savoir plus sur le cholestérol


Dossiers :

Questions/réponses :


Mots clés


Vos commentaires
Citoyen
En ce qui concerne les produits anti-cholesterol, on retrouve le fameux Boris Hansel, le spécialiste du 'Syndrome de la bedaine' (qui oublie de déclarer ses liens d'intérêt). Certes, il évoque les phytostérols (oubliant de dire qu'il y en a plein les végétaux, et que ça coûte 1000 fois moins cher) pour baisser le taux de cholestérol. Mais si vous lisez le texte de l'ANSES, on voit que 'ces produits n'ont pas été testé dans une étude cherchant à montrer leur effet sur l'athérosclérose ou les accidents vasculaires'. En gros, on a un effet biologique (baisse du cholestérol, substance vitale) mais on n'a pas d'effet clinique testé. Enfin, les recommandations 2010 de la HAS (Efficacité et efficience des hypolipémiants) sont faites par des 'experts' au nombreux liens d'intérêt (voir le site Formindep.org : la mauvaise graisse de la HAS)
Citer
Citoyen
Puis-je apporter quelques précision ? Le LDL est un livreur de cholestérol aux cellules qui en font la demande (car le cholestérol est vital). Le LDL transporte aussi des graisses (triglycérides) et des vitamines. Les LDL et les HDL ont exactement la même structure et la même molécule de cholestérol. Dire que l'un est 'mauvais' et l'autre 'gentil' ne s'appuie pas sur des données cliniques (épidémiologiques à la rigueur, mais contestables). La plaque d'athérome comporte très peu de cholestérol en volume. Elle comporte surtout du calcium, des fibres, des cellules musculaires lisses et des cellules du système immunitaire. Ce qui bouche une artère, c'est bien un caillot (thrombus) mais cela n'a rien à voir avec le cholestérol. Enfin, manger beaucoup de cholestérol ou pas du tout ne change quasiment rien à votre cholestérol sanguin (voir l'article de JM Lecerf, Dietary cholesterol: from physiology to cardiovascular risk, Br J Nutr. 2011 Jul;106(1):6-14
Citer
Laurent02
Certains médecins dans le monde remettent en question le rôle du cholestérol dans les maladies cardiovasculaires, dont le Dr. Michel de Lorgeril. Quand allez vous avoir le courage de traiter ce sujet en opposant les 2 hypothèses ? Merci.
Citer
barbaraluise
que pensez vous de l'autre théorie, celle décrites par le Dr. Michel de Lorgeril (Cholesterol Mensonges et Propagande) et qui n'est pas seul au monde de défendre cette theorie?
Citer
philumena
Citer
philumena
C'est bien...mais les recettes auraient pu être plus développées
Citer
bybo2
Citer
Réagir à cet article

Pour réagir à cet article merci de vous identifier

S'abonner à la newsletter
Allodocteurs.fr

Liens non sponsorisés
Allodocteurs.fr : un site d’information médicale, sur lequel vous retrouverez toute votre santé en vidéo, expliquée par des docteurs en médecine et professionnels de santé.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).