1. / Se soigner
  2. / Politique santé

Et si on allongeait le congé paternité ?

Le congé de paternité et d’accueil du jeune enfant prévoit 11 jours consécutifs pour une naissance simple et 18 jours pour une naissance multiple. Pourtant, puissant outil de réduction des inégalités entre les femmes et les hommes, l'allongement du congé de paternité devrait être une priorité. Verra-t-il alors bientôt sa durée allongée ?

Rédigé le

L'Espagne vient d'étendre le congé paternité à 8 semaines.

Une annonce a fait grand bruit le 1er avril dernier en Espagne où le congé de paternité est passé à 8 semaines. Ce congé concerne les pères mais aussi les mères non biologiques dans le cas des couples lesbiens. Ce n’est qu’une étape puisque l’objectif de l’Espagne est d’allonger ce congé à 16 semaines en 2021, pour que le congé du 2e parent soit égal au congé de maternité. Il est en plus indemnisé à 100%.

On peut vraiment féliciter l’Espagne de cette avancée sociale majeure alors qu'on a parfois l’image d’un pays méditerranéen plutôt machiste et patriarcal... Sur ce sujet-là en tous cas les espagnols sont bien en avance sur nous. Pablo Iglesias, le leader du parti Podemos, vient d'ailleurs de reprendre la politique, après avoir pris un congé de paternité de plusieurs semaines.

Le congé paternité en France 

En France le congé maternité est de 16 semaines dont 8 obligatoires. Le congé de paternité est de 11 jours consécutifs, week-end compris ! C’est vraiment très peu et 18 jours pour une naissance multiple. Ces jours sont indemnisés et s’ajoutent aux 3 jours accordés à la naissance. 

Depuis 2002, les pères qui travaillent ou qui ont perçu une allocation-chômage au cours des 12 derniers mois, ont le droit de prendre ce congé paternité à la naissance de leur enfant. Mais ce n’est pas obligatoire et dans les faits, tout le monde ne le prend pas.

On estime que 7 pères sur 10 en ont bénéficié en 2013 et ceux qui ont des professions indépendantes prennent encore moins ce congé, seulement 3 pères sur 10.

Des citoyens se mobilisent pour que la loi change

Cela fait plusieurs mois que des citoyens, des hommes, des femmes, se mobilisent pour demander un allongement du congé paternité. Il faut le souligner, il y a une nouvelle génération de pères qui veulent s’investir dans leur paternité et qui sont demandeurs de son allongement.

Plusieurs pétitions et tribunes ont été publiées sur internet. La tribune du Parisien est aussi une pétition, elle a été publiée en septembre dernier  "L’appel des 160 pour un congé obligatoire pour le deuxième parent" et signée par 160 personnalités comme par exemple Laurence Parisot, l’ex-présidente du Medef, mais aussi des anonymes.

Cette pétition a été lancée par deux collectifs : "Congé Parentégalité" et "Pour une parentalité féministe". Ils demandent une loi pour :

  • Un congé paternité plus long, de même durée pour les deux parents, que le 2e parent soit un père ou une mère, salarié ou indépendant.
  • Que ce congé soit obligatoire, ce qui est par exemple le cas au Portugal.

Il faut qu'il soit obligatoire, car si c’est optionnel et que dans une entreprise personne ne le prend, le 2e parent ne va pas forcément oser le prendre, de peur d’être jugé ou mal vu et discriminé.

Se battre pour allonger le congé paternité 

L’intérêt de se battre est multiple, ce n’est pas du tout quelque chose de symbolique.

  • Pour le père ou la mère, en tout cas pour le 2e parent, celui qui n’a pas accouché. Ce congé serait utile pour passer du temps avec son bébé, apprendre à le connaître, trouver sa place, s’impliquer et s’en occuper tout simplement.
     
  • Pour la santé de la femme qui vient d’accoucher, c’est important. Avoir quelqu’un à ses côtés, c’est une aide, un soutien. Les jours et les semaines qui suivent la naissance d’un enfant, peuvent être très difficiles à cause de la fatigue, la fragilité, la vulnérabilité, la solitude. Donc être deux pour vivre ces moments, cela aide dans les moments difficiles. La dépression du post partum, qui suit la naissance d’un enfant n'est parfois pas loin.

Défendre l’égalité entre les femmes et les hommes 

On parle beaucoup de la charge mentale depuis plusieurs mois, de nombreuses femmes gèrent tout ou presque au sein du foyer, et cela commence dès le congé maternité. Dans bon nombre de couples et durant 3 mois, lorsque le conjoint va travailler, la femme gère seule le bébé et les tâches ménagères.

Certains mécanismes et habitudes dans le couple et dans la famille se mettent en place, il est difficile ensuite de revenir en arrière. Une interne en pédiatrie a rassemblé les plus belles perles entendues dans son service. 

"J’ai pas le carnet de santé, ma femme me l’avait pas préparé".

Pour une petite de 15 mois. Le père tend son téléphone portable : "Je connais pas trop l'histoire, ni ses antécédents. Mais lisez, sa mère m'a écrit un texto qui explique tout."

Ce n’est pourtant pas dans les gènes des femmes de savoir où est le carnet de santé du petit dernier ou si le rappel du vaccin de la grande a été fait !
En revanche, s’occuper de ces choses-là, c’est ce que permet le congé maternité et ce que pourrait permettre l’allongement du congé paternité. C’est probablement le terreau pour l’égalité au sein du couple.

On le sait aussi le congé maternité peut discriminer les femmes au sein de l’entreprise. Des entreprises préfèrent recruter des hommes pour ne pas avoir à gérer un remplacement en cas de grossesse. Or si le congé paternité s’allonge et devient obligatoire, il y aura moins de différence pour l’employeur entre embaucher un homme ou une femme. Là encore cela favorise l’égalité.

Pour une réforme du congé paternité en France 

En septembre dernier, Edouard Philippe, le Premier ministre, a reporté la réforme du congé paternité. Le sujet n’est plus sur la table. Ce report est d’autant plus regrettable qu’un rapport de l’IGAS, l’inspection générale des affaires sociales, commandé par le Premier ministre lui-même et rendu en septembre, préconise d’allonger le congé paternité et de le rendre en partie obligatoire. Plusieurs scénarios sont envisagés, par exemple 4 semaines dont une obligatoire.

Très clairement, allonger la durée du congé paternité n’est pas du tout une priorité pour le gouvernement en place mais paradoxalement, l’égalité entre les femmes et les hommes est censée être une priorité du quinquennat.

Certes il y a eu une avancée pour le congé maternité puisque les indépendantes, cheffes d’entreprise et agricultrices vont bénéficier d’un congé maternité aussi long que les salariées. C’est le congé maternité unique, qui était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron et c’est très bien. L'un n’empêche pourtant pas l’autre, on pourrait aussi faire évoluer le congé paternité ou congé du 2e parent.

Evidemment une mesure comme l’allongement du congé de paternité a un coût mais si l’Espagne peut le faire, pourquoi pas nous ? 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr