1. / Maladies
  2. / Maladies nutritionnelles
  3. / Poids, obésité

Les médicaments font-ils grossir ?

La prise de poids peut être liée à de nombreux facteurs classiques alimentaires, psychologiques ou physiologiques (ménopause). Mais elle peut aussi être d'origine médicamenteuse. Explications.

Rédigé le

Les médicaments font-ils grossir ?

La prise de poids peut refléter une stimulation de l'appétit, une augmentation de la masse grasse, une augmentation de la masse maigre (muscle), une rétention d'eau et de sel. La stimulation de l'appétit (on parle d'orexigènes par opposition aux anorexigènes) peut être causée par l'arrêt du tabac, la consommation de cannabis ou encore par la prise de médicaments notamment des psychotropes comme le lithium ou la Dépakine®, par modulation de la sécrétion de leptine, l'hormone de la faim et la satiété.

Antidépresseurs, insuline et corticoïdes pointés du doigt

On parle souvent des antidépresseurs comme induisant une prise de poids. De nombreuses substances (tricycliques, fluoxetine, paroxétine…) peuvent induire une prise de poids de plus de 10% de la masse corporelle en stimulant l'appétit, mais aussi en diminuant l'activité physique, donc la consommation de calories. Le problème est le risque induit d'inobservance.

L'autre grand mécanisme de prise de poids est la stimulation de l'accumulation de graisses, notamment certains antidiabétiques comme l'insuline ou ceux qui stimulent la sécrétion d'insuline comme les sulfamides hypoglycémiants. Cela est problématique car les patients diabétiques de type II (diabète dit gras) sont déjà en surpoids. L'association de metformine semble limiter ce problème. Certains bêtabloquants, utilisés comme antihypertenseurs, stimulent aussi l'accumulation de graisses. Cela renforce le problème de prise de poids chez beaucoup de patients qui sont diabétiques et hypertendus.

Les corticoïdes, eux, provoquent une rétention hydrosodée (syndrome dit cushingoïde). Beaucoup de médicaments, notamment les antidépresseurs ou des anticholinergiques, stimulent la soif et si on y ajoute des boissons sucrées, le surpoids hydrique se complique d'un surpoids gras. Pour la masse maigre (muscle), ce sont les anabolisants qui jouent un rôle.

Prise de poids et risque d'inobservance thérapeutique

La prise de poids est une contrepartie de certains médicaments et cette perspective ne doit pas induire une inobservance. Pour éviter ce risque, il faut :

  • expliquer au patient la problématique
  • conseiller un régime alimentaire plus équilibré
  • préconiser l'exercice physique
  • éviter les produits amaigrissants, les compléments alimentaires d'efficacité douteuse mais de toxicité certaine.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus