1. / J'ai mal…
  2. / Aux jambes
  3. / Phlébite

Comment reconnaître une phlébite ?

A l'origine d'embolies pulmonaires, la phlébite peut être fatale. Alors comment la reconnaître et la traiter à temps ?

Rédigé le

Comment reconnaître une phlébite ?

La  phlébite  est une atteinte cardiovasculaire qui correspond à la formation d'un  caillot de sang  dans une veine, généralement de la jambe mais pas toujours ! Le caillot bloque complètement ou partiellement la circulation sanguine dans la veine, comme un bouchon. 

Si le caillot se forme dans une  veine profonde, de gros calibre, dont le débit sanguin est important, un traitement doit être prodigué en urgence car le caillot risque de se détacher de la paroi de la veine, migrer, puis obstruer l’artère pulmonaire  ou une de ses branches. C’est ce qu’on appelle une embolie pulmonaire qui elle peut être fatale. Il y en a entre 50 à 100 000 par ans.  

La phlébite artificielle

Si le caillot sanguin se forme dans une veine superficielle, dite de surface, c'est moins grave. Cela constituera une phlébite artificielle, elle touche surtout les personnes qui ont des  varices
Elle s’accompagne d’une  inflammation  de la veine et occasionne des douleurs et un inconfort. Elle est plus fréquente que la phlébite profonde  : 250 000 cas par an. 

Reconnaître une phlébite  d'une embolie pulmonaire

​Les symptômes de la phlébite sont :

  • Une sensation de lourdeurs des jambes.
  • Des varices.
  • Un œdème des membres inférieurs.
  • Des atteintes cutanées pouvant aller jusqu'à un ulcère de jambe.

L’embolie pulmonaire se manifeste par  :

  • Une douleur thoracique.
  • Une gêne respiratoire ou encore un malaise. Dans tous les cas on consulte rapidement. 

Quelle prise en charge  ? 

On prescrit un traitement anticoagulant qui va permettre d’éviter que le caillot ne grossisse. Le caillot correspond à des plaquettes qui se sont agglutinées avec d’autres constituants sanguins. Le traitement va donc rendre le sang plus fluide et ainsi faire en sorte que les plaquettes ne puissent pas adhérer. L’anticoagulant ne va donc pas "casser" le caillot mais éviter que celui ne grossisse. 

Gare à l'embolie

Pour les cas peu graves, sans atteinte cardiovasculaire ni respiratoire : 

  • Traitement anticoagulant pour fluidifier le sang. La sortie est possible avec un traitement et un suivi en ambulatoire.

Si l'atteinte est grave, que le coeur est touché et que vous avez besoin d'oxygène :

  • La thrombolyse, (le caillot est cassé avec un produit très puissant). C'est un produit dangereux qui peut donner des hémorragies, il faut donc l'utiliser avec parcimonie.
  • La thrombectomie consiste à piquer dans l'artère fémorale (au pli de l'aine), remonter par les artères jusqu'à l'artère du cerveau bouchée et aller chercher le caillot avec un dispositif que l'on retire ensuite, comme pour les AVC.

Les personnes plus à risque de faire des phlébites 

  • Les personnes alitées, ou immobilisées.
  • Les femmes enceintes.
  • Les personnes qui prennent certains traitements (pilule 3ème et 4ème génération, corticoïdes…).
  • Les fumeurs
  • Certaines maladies prédisposant à la formation de caillots.

Quand on se sait à risque, on peut agir en amont pour prévenir la survenue d'une phlébite :

  • Il faut limiter la stagnation sanguine et utiliser des bas ou des chaussettes de contention lors de situations dites à risque. 
  • Dans le cas particulier du voyage en situation assisse prolongée, il va falloir aussi penser à s’hydrater. La position assisse gêne le retour veineux et favorise la stagnation veineuse. 
  • Il faudra arrêter de fumer. 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr