1. / Se soigner
  2. / Urgences
  3. / Attentats

Attentat de Nice : le soutien psychologique des soignants

Le samedi 15 octobre a lieu à Nice un hommage national aux victimes de l'attentat du 14 juillet, qui a fait 86 morts et des centaines de blessés. Ce soir-là, le personnel du CHU de Nice a dû gérer une situation de crise. Pour l'accompagner, un dispositif de prise en charge psychologique a été mis en place.

Rédigé le

Attentat de Nice : le soutien psychologique des soignants

Plus de 6.000 salariés du centre hospitalier universitaire de Nice sont intervenus le soir du 14 juillet pour prendre en charge plus de 300 victimes blessées ou décédées. Face à cette situation exceptionnelle, la direction de l’hôpital a mis en place un dispositif pour accompagner le personnel dans l’après. Cellule psychologique, débriefings collectifs, consultations directement dans les services… Trois mois après l’attentat, le dispositif est toujours en place.

"On se rend compte aujourd’hui avec le recul et les mois qui ont passé que les professionnels ne se sont pas autorisés à s’arrêter parce qu’ils estimaient que eux avaient eu de la chance par rapport à toutes les victimes prises en charge. Ils ne se permettaient pas de ne pas aller bien. C'était donc à nous de proposer et d’aller vers eux", confie Karine Hamela, directrice des ressources humaines au CHU de Nice.

Un sentiment de culpabilité et d'impuissance

Troubles du sommeil, flashs, difficultés pour retourner sur la Promenade des Anglais… trois mois plus tard, parler à un professionnel reste nécessaire. "Il est compréhensible que les personnes qui ont été confrontées à un événement exceptionnel, infiniment stressant, impliquant de nombreuses personnes aient après coup le sentiment de culpabilité, d’insuffisance, d’inefficacité partielle. C’est un phénomène très connu dans l’ensemble des situations de crise sanitaire majeure ou lorsqu’on est soumis à un stress beaucoup plus important que l’activité professionnelle normale", explique le Pr Michel Benoît, chef de service de psychiatrie adultes de l’hôpital Pasteur/CHU de Nice.

Le sentiment de culpabilité et d’impuissance, l’anxiété et les troubles du sommeil sont les principaux motifs de consultation du personnel hospitalier. La plupart du temps, quelques séances suffisent pour aller mieux. Le dispositif a prouvé son efficacité, seulement une vingtaine d’arrêts du travail et quelques changements de service ont été constatés au CHU de Nice depuis l’attentat du 14 juillet.

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24