1. / Maladies
  2. / Os et articulations
  3. / Fractures

Fracture du col du fémur : plus dure sera la chute

C'est l'un des accidents les plus fréquents mais aussi l'un des plus redoutés des personnes âgées : la fracture du col du fémur peut en effet avoir des conséquences graves. On dénombre 50.000 accidents de ce type par an en France selon l'Inserm.

Rédigé le , mis à jour le

Fracture du col du fémur : plus dure sera la chute
Fracture du col du fémur : plus dure sera la chute
Sommaire

Rappels anatomiques

ad_col_femur_intro_180413.flv
Marina Carrère d’Encausse et Benoît Thevenet expliquent la fracture du col du fémur.

En France, chaque année, environ 50.000 personnes se fracturent le col du fémur. Un accident qui concerne surtout les personnes âgées. La fracture du col du fémur marque alors parfois le début de la perte d'autonomie. Mais cet accident peut aussi concerner les plus jeunes.

Le fémur correspond à l'os de la cuisse, il forme avec le bassin l'articulation de la hanche qui permet de supporter le poids du corps ainsi que la marche. La partie supérieure du fémur a une tête arrondie qui s'emboîte parfaitement dans le creux de l'os de la hanche qu'on appelle le cotyle. Les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage, c'est ce qui permet un mouvement fluide et évite les frottements douloureux.

Le col fémoral est la partie la plus fine de cette articulation. Deux protubérances sont également présentes : le grand et le petit trochanter, ce sont les zones d'insertion des muscles de la jambe. Deux tiers des fractures se localisent dans le massif des trochanters, un tiers au niveau du col du fémur. Ce type de fracture est plus fréquent chez les personnes âgées, notamment en raison de l'ostéoporose. Certaines zones deviennent alors très fragiles, la moindre chute peut alors provoquer une fracture.

Le choix de la technique chirurgicale est déterminé en fonction du type de fracture : ostéosynthèse, pose de prothèse ou les deux.

Des prothèses au secours des malades

ad_chute_seniors_operation_col_femur_051113.flv
Attention images de chirurgie ! Quand la fracture se situe au niveau de la tête et que l’os est trop fragile pour consolider, il faut la remplacer par une prothèse.

Il existe deux manières de soigner une fracture du col du fémur, déterminées en fonction de l'âge du patient et de la gravité de la fracture. Le traitement peut être chirurgical ou orthopédique. Dans ce dernier cas, la jambe concernée est immobilisée et le malade ne doit pas prendre appui dessus pendant trois à six mois.

Plusieurs types d'opérations chirurgicales sont également possibles :

  • L'arthroplastie, autrement dit la prothèse de hanche, totale ou partielle, est privilégiée chez les personnes âgées. La prothèse est composée d'une tige implantée dans le fémur, d'un col et de la tête qui va s'articuler avec le bassin. La prothèse remplace donc la partie de l'os qui est abîmée. Les matériaux utilisés sont le polyéthylène ou la céramique, et le choix de la prothèse se fait en fonction de l'activité du patient.
  • L'ostéosynthèse est une méthode chirurgicale recommandée pour les personnes qui mènent une vie active ou dont le pronostic est bon. Un long clou et des vis sont posés afin de stabiliser la fracture.

Après l'opération du col du fémur

24-fracturefemur_AD_temoignage_reeducation_operation_col_femur.flv
Sylviane suit une rééducation après son opération du col du fémur

Le col fémoral étant une zone assez mal vascularisée, la consolidation de l'os est difficile, car il n'a pas beaucoup d'oxygène. Si l'évolution est bonne, il faut compter entre trois et six mois pour une consolidation correcte. Dans le cas contraire et à partir du sixième mois, on parle de pseudarthrose.

La nécrose aseptique est une autre complication qui peut également compromettre les suites de la fracture. Elle entraîne une destruction progressive de la tête fémorale et peut survenir dans les deux ans qui suivent la fracture du col du fémur.

D'autres mesures plus pratiques font aussi partie de la prise en charge chez les personnes âgées qui ont une prothèse. La rééducation est certes importante mais ne suffit pas : le domicile doit être lui aussi adapté, en proscrivant les tapis dans lesquels on se prend les pieds, en optant pour un tapis antidérapant dans la baignoire ou encore pour une lumière suffisante pour les déplacements nocturnes. Il faut également stimuler les déplacements et les relations sociales afin d'entretenir la vitalité de la personne âgée.

Une thérapie virtuelle pour reprendre confiance

ad_col_femur_therapie_virtuelle_230312.flv
À chaque séance, le patient se retrouve dans un nouvel environnement virtuel qu'il doit apprivoiser progressivement.

Avec l'âge et a fortiori quand on a déjà fait une chute, la peur de tomber devient de plus en plus prégnante. Une des conséquences chez les personnes âgées, c'est qu'elles ne sortent plus de chez elles par peur d'être bousculées et de tomber. Il existe des thérapies virtuelles qui aident à lutter contre cette peur.

Les ateliers de prévention des chutes

ad_chute_seniors_atelier_equilibre_051113.flv
Les ateliers de prévention des chutes sont-ils efficaces ?

Au delà de 65 ans, la chute est l'accident de la vie courante le plus fréquent chez les personnes âgées. Invalidité, perte d'autonomie, blessures graves, voire décès... les conséquences peuvent être graves. Chez les plus de 90 ans, elle conduit même à l'hospitalisation dans 45% des cas.

Diminution de la vision, de l'audition, troubles de l'équilibre et cognitifs sont les principaux facteurs à l'origine des chutes. Un environnement mal adapté à la personne âgée peut aussi constituer un risque. Ces troubles augmentent avec le vieillissement, mais ne sont pas irrémédiables. Réflexes à adopter, pratique d'exercice physique : il existe des solutions pour éviter les chutes et limiter leur impact quand elles surviennent.

Pour limiter les chutes, l'exercice physique est un passage obligé. Récemment, son efficacité pour prévenir aussi les conséquences des chutes, comme les blessures graves, a été prouvée dans une étude.

À partir de 70 ans, des exercices ciblés sont indispensables, comme ceux pratiqués par les participantes des ateliers équilibre de la Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :