1. / Maladies
  2. / Maladies rares

Névrome de Morton : le mal des pieds comprimés

Si les talons mettent en valeur le galbe des jambes, ils peuvent aussi malheureusement faire souffrir nos pieds. Le névrome de Morton est un mal invisible, mais très douloureux, qui nécessite une intervention chirurgicale dans 40% des cas.

Rédigé le , mis à jour le

Névrome de Morton : le mal des pieds comprimés
Névrome de Morton : le mal des pieds comprimés
Sommaire

Névrome de Morton : un mal invisible

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent le névrome de Morton.

Le névrome de Morton est une pathologie invisible mais très douloureuse, qui toucherait les femmes dans 75 à 80% des cas.

Le pied a une anatomie complexe. Il possède pas moins de 26 os, 20 muscles et 107 ligaments. Et la voûte plantaire est la zone du corps, avec le bout des doigts, qui comprend le plus de nerfs. À force d'être comprimés, les nerfs situés entre les orteils augmentent de diamètre et se déforment. C'est le névrome de Morton.

Dans 80% des cas, il se présente dans le troisième espace intermétatarsien, plus rarement dans les autres espaces. Le nerf devient alors tellement sensible que la moindre compression fait souffrir. Les patients décrivent des douleurs comme des décharges électriques ou des douleurs violentes lors de la propulsion.

La cause exacte du névrome de Morton est mal connue, mais il pourrait être dû à des chaussures trop étroites qui comprimeraient le nerf comme les escarpins. Il pourrait aussi être causé par l'épaississement et la cicatrisation du tissu autour des nerfs qui communiquent avec les orteils en réponse à une irritation, une pression ou une blessure.

Le premier cas de névrome de Morton recensé est celui du roi George IV au Royaume-Uni au milieu du XIXe siècle. Mais la pathologie ne sera décrite qu'en 1876 par un médecin Thomas Morton sous la forme d'une douleur sous la tête du quatrième métatarsien. Il préconise alors l'excision, l'ablation de la tête de ce métatarsien et ne remet pas en cause les structures nerveuses. Il faudra attendre 1940 pour comprendre que cette douleur provient de la compression d'un nerf.

Névrome de Morton : les infiltrations

Les infiltrations permettent de désenflammer le nerf.

Pour traiter et soulager les patients atteints de névrome de Morton, la première recommandation est d'adapter le chaussage : éviter les talons et les chaussures trop serrées, utiliser des semelles orthopédiques adaptées.

Si la douleur persiste, des infiltrations peuvent être efficaces pour désenflammer le nerf. L'infiltration est simple et rapide et les effets sont positifs.

Les infiltrations sont pratiquées en cabinet de radiologie dans des conditions stériles. L'injection d'anti-inflammatoires va permettre de diminuer les phénomènes douloureux.

Névrome de Morton : une opération de 15 minutes

Attention, images d'intervention chirurgicale : sous anesthésie générale, le chirurgien retire le névrome.

Si les douleurs reviennent après les infiltrations, le recours à la chirurgie s'impose. Le principe est simple : le chirurgien procède à l'ablation de la partie du nerf enflammé.

Pour cela, il existe plusieurs techniques. Une des techniques est d'inciser la plante du pied. L'avantage de cette voie, c'est que le nerf est plus facile d'accès. Son inconvénient : la cicatrisation est plus lente et les risques d'infections plus importants.

L'autre méthode consiste à inciser entre les orteils, c'est la voie dite "commissurale". C'est la technique la plus fréquente. Cette chirurgie est rapide, elle ne dure qu'un petit quart d'heure et se pratique en ambulatoire. Le patient rentre chez lui le jour même et sa perte de sensibilité due à l'ablation de la partie du nerf n'a aucune incidence sur sa mobilité.

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24