1. / Grossesse - Enfant
  2. / Ado

"La phobie scolaire est une urgence"

Mal recensée, la phobie scolaire concerne officiellement 3 à 5% des collégiens. Cependant, elle est souvent confondue avec l’absentéisme et souffre d’un manque de développement des soins. Le point avec le Pr Marie-Rose Moro, psychiatre.

Rédigé le

"La phobie scolaire est une urgence"

A la Maison de Solenn, centre pour adolescents au sein de l’hôpital Cochin, les consultations pour phobie scolaire représentent 10% des consultations. Rencontre avec le Prf Marie-Rose Moro, chef de service de la Maison de Solenn.

Allodocteurs.fr : La phobie scolaire est-elle beaucoup répandue ?

Marie-Rose Moro : "On parle de phobie scolaire lorsque l’école est perçue comme un lieu de souffrance et d’angoisse. Au Japon, 40% des élèves souffrent de phobie scolaire. En France, 3 à 5% des collégiens sont concernés. Il y a beaucoup plus de phobie scolaire à Paris et à Lyon que dans le 93, en banlieue ou en zone rurale. Les milieux favorisés sont plus touchés d’après les statistiques. Cependant, il ne faut pas confondre absentéisme et phobie scolaire. La phobie scolaire est un comportement qui peut facilement être confondu avec de l’absentéisme dans les banlieues et les zones rurales. Le taux de phobie scolaire en France est plus élevé que dans les pays scandinaves. Les garçons sont beaucoup plus touchés. Selon les données épidémiologiques, 65% sont des adolescents. De façon générale en pédopsychiatrie, il y a plus de garçons que de filles sauf pour l’anorexie mentale."

Quelles sont les causes de la phobie scolaire ?

Marie-Rose Moro : "Elles sont plurifactorielles. Tout d’abord, l’adolescent lui-même peut présenter des troubles anxieux, se sentir triste ou pas à la hauteur par rapport à l'école. Dès le dimanche soir, il commence à avoir des symptômes somatiques (douleurs abdominales, nausées, vomissements, migraines, etc). Deuxièmement, il y a la structure familiale. En effet, la famille peut mettre inconsciemment trop de pression à l’enfant car elle accorde une place prépondérante à la réussite scolaire. De plus, au sein de la famille, il peut y avoir l’idée que le monde extérieur soit néfaste et que le sentiment de sécurité ne soit possible qu’à l’intérieur de la maison. En outre, le chemin de l’école en lui-même peut être un souvenir traumatique, comme un rappel de racket par exemple. Ou alors la peur de côtoyer les autres élèves en cas de moquerie ou d'harcèlement. Enfin, les méthodes pédagogiques et les relations avec les enseignants peuvent être vécues comme une souffrance."

Quelles sont les différents soins proposés aux phobiques scolaires ?

Marie-Rose Moro : "La phobie scolaire est une urgence. Une fois installée, il faut parfois beaucoup de temps pour en sortir. Il existe des projets éducatifs adaptés et des thérapies familiales ainsi que des hospitalisations qui représentent 3 à 4% des cas de phobie scolaire. Le traitement pour la phobie scolaire est assez complexe mais dans 95% des cas on y arrive ! Beaucoup d’ados se réorientent en passant d’un bac scientifique à un bac littéraire par exemple. Même s’ils sont peu nombreux, des soins-études ont été mis en place. Ainsi, à la Maison de Solenn, on négocie avec les établissements scolaires pour pouvoir donner des cours à l’intérieur de l’hôpital afin que les patients se sentent dans un milieu protégé."

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24