Rhume : attention aux médicaments vendus sans ordonnance

Les effets indésirables de médicaments contre le rhume vendus sans ordonnance sont dénoncés par le magazine 60 millions de consommateurs. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait déjà mis en garde les usagers en décembre 2012 contre ces médicaments pouvant être responsables des complications cardiovasculaires ou neurologiques.

Rédigé le

Entretien avec le Dr Alain Astier, pharmacologue

Risques d'hypertension artérielle et d'AVC

Le magazine 60 millions de consommateurs s'est penché sur une trentaine de médicaments "anti-rhume" - administrés sous forme orale ou nasale - qui comporteraient des "effets indésirables sérieux" peu connus des usagers.

Outre le paracétamol qu'ils contiennent pour diminuer les symptômes de douleurs ou de fièvre, ces médicaments sont composés d'autres principes actifs comme des vasoconstricteurs décongestionnants, des antihistaminiques et des anti-inflammatoires.

"Ces médicaments anti-rhume mélangent trois, voire quatre molécules différentes. Or, plus on mélange les substances actives, plus les risques sont importants", explique Victoire N'Sondé, enquêtrice chez 60 millions de consommateurs, interrogée par Europe 1.

Le manque de connaissances des consommateurs sur le contenu de ces médicaments majore le risque de mésusages, d'interactions médicamenteuses et de dépassements des posologies recommandées.

L'enquête publiée dans le magazine rappelle les dangers des vasoconstricteurs pouvant déclencher des accidents cardiovasculaires ou neurologiques tels que des angines de poitrine, une hypertension artérielle, des convulsions, voire parfois même des accidents vasculaires cérébraux.

Des crises de glaucome et des rétentions d'urines ont aussi été observées. Les antihistaminiques pouvant eux, être responsables de somnolence au volant.

Aucune preuve de l'efficacité de ces médicaments

La plupart des malades ont du mal à accepter qu'un rhume soit le plus souvent d'origine virale et par conséquent, qu'aucun médicament ne soit efficace pour le traiter et ne réduise en rien la durée des symptômes.

Pour tenter d'améliorer les symptômes et d'être le plus rapidement guéri, certains ont tendance à acheter des médicaments "anti-rhume" vendus en pharmacie sans ordonnance. Ils agissent en général ponctuellement mais pas plus qu'un remède de grand-mère.

À consommer avec modération

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait déjà fait état, en décembre 2012, des dangers de ces médicaments "anti-rhume" contenant des vasoconstricteurs et principalement ceux vendus sous forme orale. Elle avait souligné l'importance pour les professionnels de santé de prévenir et sensibiliser les usagers.

Dans son rapport de décembre 2012, l'agence rappellait les recommandations concernant ces médicaments administrés par voie orale et nasale :

  • Respecter la posologie maximale journalière et une durée maximale de traitement de 5 jours ;
  • Ne pas utiliser chez l'enfant de moins de 15 ans mais aussi en cas d'hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée, d'antécédents d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de facteurs de risque susceptibles d'en favoriser la survenue, d'insuffisance coronarienne sévère ou d’antécédents de convulsion ;
  • Ne pas associer entre eux deux de ces médicaments (même administrés par des voies différentes) du fait de la dangerosité potentielle d'une telle association et de son inutilité.

L'ANSM invite les professionnels de santé et les patients à déclarer tout effet indésirable de ces médicaments "anti-rhume" à leur centre régional de pharmacovigilance.

Source :

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24