Infertilité masculine : des solutions pour une fécondation

Longtemps, les difficultés pour obtenir une grossesse étaient spontanément attribuées aux femmes, même par les médecins. Aujourd'hui les choses ont changé, et on sait que dans la moitié des cas, c'est l'homme qui est en cause. Mais quand peut-on parler d'infertilité masculine ?

Rédigé le , mis à jour le

Infertilité masculine : des solutions pour une fécondation
Infertilité masculine : des solutions pour une fécondation
Sommaire

Les spermatozoïdes, garants de la fertilité masculine

ad_infertilite_masculine_intro_030512.flv
Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent l'infertilité masculine.

Pour l’homme, l'infertilité est une blessure narcissique difficile à surmonter. Idée que l'on se fait de la virilité, assimilation malheureuse à l'impuissance en font un problème difficilement avouable.

La qualité du sperme est souvent responsable de l'infertilité masculine. Le sperme contient principalement des gamètes mâles qu'on appelle spermatozoïdes. Les spermatozoïdes sont produits dans des cellules spécialisées au niveau des testicules. Une fois produits, ils passent dans les tubules séminifères. Puis ils sont stockés dans l'épididyme. Ils passent ensuite dans les canaux déférents et se mélangent aux sécrétions des vésicules séminales et de ceux de la prostate pour former le sperme.

Tout au long de ce voyage, les spermatozoïdes acquièrent leur mobilité et se chargent en enzyme. Entre la production et l'émission, deux mois et demi vont s'écouler. Mais pour atteindre l'ovocyte et le féconder, ces gamètes vont devoir résister à un milieu hostile, surmonter le passage du col utérin et ne pas rester piégé dans la glaire cervicale, puis remonter durant six heures jusqu'à l'ovocyte. À ce niveau, il faut que l'un d'entre eux parvienne à traverser la carapace de l'ovocyte afin de le féconder. Pour surmonter tous ces obstacles, il est indispensable que le sperme ne contienne pas trop de spermatozoïdes anormaux. 

Un spermatozoïde a, grosso modo, la forme d'un têtard et une taille de 6 microns (0,006 millimètres). La tête du spermatozoïde doit être ronde de face et pointu de profil, elle contient le noyau, avec les gènes du père. L'acrosome est un capuchon céphalique contenant des enzymes qui facilitent la pénétration du spermatozoïde dans l'ovule. La longue queue est le flagelle, c'est ce qui lui permet de se déplacer. Il doit être assez long (10 à 100 micromètres de long) et avoir suffisamment d'énergie pour quitter les voies masculines puis progresser dans les voies féminines. Ce sont les mitochondries, une sorte de petites usines, qui lui en fournissent. Elles sont au niveau de la pièce intermédiaire, entre la tête et le flagelle.

Malheureusement il y a toujours de la casse lors d'une production et plusieurs types d'anomalies peuvent se produire. Les chances d'une grossesse sont alors compromises. On parle d'infertilité quand la quantité de spermatozoïdes de formes typiques est insuffisante pour permettre une fécondation, d'autant plus si la production de spermatozoïdes est insuffisante. La norme se situe autour de 20 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme.

 

 

 

 

 

Qu'est-ce qu'un spermogramme ?

ad_infertilite_masculine_spermogramme_030512.flv
Comment établit-on un spermogramme ?

Le spermogramme est l'examen demandé aux hommes quand une grossesse tarde à venir.

Il s'agit d'une analyse de l'éjaculat, qui permet de connaître l'état des spermatozoïdes, et de savoir si l'infertilité pourrait être masculine.

Infertilité et prélèvement testiculaire

ad_infertilite_testiculaire_prelevement_testiculaire_030512.flv
Attention, images d'intervention chirurgicale : le prélèvement testiculaire est l'ultime étape pour les couples stériles.

Pour être fertile, l'homme doit posséder suffisamment de spermatozoïdes de bonne qualité. Ils doivent être assez mobiles et résistants pour aller vers l'ovule, dans le corps de la femme.

Deuxième condition indispensable : il ne doit pas y avoir d'obstacles sur le trajet du spermatozoïde. Si l'un des canaux est obstrué, ils ne peuvent pas être éjaculés. Dans ces cas-là, l'idéal est d'enlever l'obstacle. Si ce n'est pas possible, on sait désormais chercher les spermatozoïdes là où ils sont produits : directement dans un testicule.

Plusieurs facteurs ont un impact sur la fertilité : les gènes, l'âge (plus on vieillit, moins on est fertile). C'est aussi vrai pour les hommes que pour les femmes. L'alcool, le tabac et certains produits nocifs utilisés dans l'agriculture diminuent aussi notre capacité à avoir un enfant.

Après deux spermogrammes négatifs, on peut tenter de trouver des spermatozoïdes directement dans les testicules. Cette technique s'appelle le prélèvement testiculaire et se fait sous anesthésie générale.

Don de sperme : mode d'emploi

infertilite_masculine_cecos.flv
Comment sont conservés les spermatozoïdes après un don ?

Quand il faut recourir au don de sperme, on s'adresse à un Centre d'Etudes et de Conservation des Œufs et du Sperme humain (CECOS). C'est dans ces centres que sont conservés les échantillons de sperme congelé, donné par des anonymes prêts à aider des couples infertiles.

Depuis quarante ans, on sait congeler les spermatozoïdes sans modifier leur aptitude à la fécondation.

L'infertilité de l'homme : un sentiment d'impuissance

fertilit_masculine_temoignage.flv
Dans le cas de l'infertilité masculine, l'homme se sent souvent diminué face à la situation.

On a longtemps incriminé les femmes dès qu'un couple n'arrivait pas à avoir de bébé. Aujourd'hui, on sait que l'infertilité n'est pas exclusivement féminine. L'origine de l'infertilité provient de la femme, dans un tiers des cas et elle est due aux deux partenaires, une fois sur trois. Du côté des seuls hommes, ils sont en cause dans un quart des stérilités.

Les images machistes s'estompent et la stérilité masculine est plus facilement abordée aujourd'hui qu'il y a vingt ans. C'est néanmoins, comme pour les femmes, très pénible à accepter lorsqu'il y a un problème.

On rappelle qu'on parle d'infertilité lorsqu'il n'y a pas de grossesse après dix-huit mois de rapports non protégés. Beaucoup de couples sont très impatients et consultent rapidement. Une fois sur cinq, il s'agit simplement d'un manque de confiance. Ils repartent ainsi de la consultation rassurés et un bébé arrive plus tard spontanément.

Pour ceux qui ont moins de chance, on a désormais des moyens efficaces. La fécondation in vitro offre une grossesse dans plus d'un quart des cas.

En savoir plus sur l'infertilité masculine

Sur Allodocteurs.fr :

Questions/Réponses :

Articles et reportages :

Dans le forum :