1. / Sexo

Doit-on avouer son adultère ?

J'ai trompé mon mari et je me sens coupable. Dois-je lui dire ?

Rédigé le , mis à jour le

Doit-on avouer son adultère ?

Les réponses avec Sophie Cadalen, psychanalyste :

"Non, il ne faut pas lui dire. Ce n'est pas à lui de prendre en charge sa culpabilité. Lui avouer son infidélité ne va pas régler grand-chose, je ne suis même pas sûre que l'aveu règle la culpabilité. On a tous à un moment ou un autre ressentis cette culpabilité, cela fait comme une espèce de grosse masse qui angoisse, qui prend toute la place… Il s'agirait dans ce cas de la pousser un peu pour questionner cet adultère.

"Il y a différentes culpabilités. Il y a la culpabilité de l'école buissonnière, on s'en débrouille très bien et on vit très bien avec voire parfois c'est excitant. Mais la culpabilité de l'adultère bouche tout. On ne voit plus rien, on n'arrive plus à penser…  Mais cette culpabilité doit être poussée pour questionner cet adultère. Qu'est-ce que raconte cet adultère ? Est-ce qu'il s'agit de quelque chose hors de sa vie inattendue ? Peut-être que cela n'a rien à voir avec son couple ? Ou alors cela concerne son couple. Il peut s'agir d'une manière de remettre en question sa vie, de secouer l'autre, de se poser la question de savoir si on est bien…

"Il faut d'abord que cette femme en parle à elle-même. Avant de jeter le problème non résolu à l'autre, il faut d'abord démêler cette histoire soi-même. Est-ce que cela concerne seulement le couple ? Ce n'est pas forcément le cas, tous les adultères n'ont pas forcément à voir avec l'autre, avec le régulier. Le dire à l'autre, c'est le charger d'images qui ne sont pas forcément l'adultère en question. Quand on a été trompé, on imagine toujours que l'autre est formidable, qu'il fait mieux les choses, que la sexualité a été étourdissante… mais ce n'est pas forcément ça l'histoire. Donc encombrer l'autre avec des images qu'il aura beaucoup de mal à se défaire n'est pas l'idéal.

"Si l'adultère n'a pas à voir avec l'autre, si ce n'était pas contre lui, si ce n'était pas pour secouer le couple, si ce n'était pas pour l'alerter… n'est-ce pas une manière de le respecter, de la ménager que de ne pas le polluer avec des images, avec une interprétation qui sera fausse, qui ne sera pas notre histoire à soi."

Voir aussi sur Allodocteurs.fr