1. / Se soigner
  2. / Urgences
  3. / Premiers secours

Mon vieux diplôme de secourisme est-il toujours valable ?

J'ai eu mes diplômes de secourisme il y a trente ans. Sont-ils encore valables ?

Rédigé le , mis à jour le

Mon vieux diplôme de secourisme est-il toujours valable ?

Les réponses avec le colonel Jean-Pierre Tourtier, médecin-chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, et avec le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste :

"Ce n'est pas une question de valable ou pas valable. Il faut savoir si cette personne a encore les bons réflexes. Il est intéressant et conseillé de se recycler. Ce n'est pas comme le vélo, les gestes peuvent s'oublier, notamment le massage cardiaque. Maintenant en deux heures, on arrive à se former à appeler, masser, défibriller par exemple. Il est intéressant de faire une "piqûre de rappel". L'essentiel c'est de repérer l'arrêt cardiaque, de savoir faire le massage cardiaque, d'arrêter une hémorragie."

"Maintenant on peut se former gratuitement dans une caserne de pompiers pendant deux heures le samedi après-midi en famille. On passe deux heures avec les pompiers. On forme à la pose de garrot, à la pose de pansements hémostatiques, à bien réagir devant un arrêt cardiaque… et pour une personne qui a vécu une formation de secourisme il y a quelques années, c'est l'opportunité de réactualiser ses connaissances à titre gracieux et de rendre service après."

"Aujourd'hui, les chiffres disent que 5% de la population est formée. C'est moins que dans d'autres pays parce qu'il n'y a pas d'obligation. Même si dans les collèges, il y a une circulaire qui dit que tous les collégiens devraient être formés mais cela est compliqué parce qu'en fonction des effectifs, des enseignants… ils ne le sont pas. Peu importe qu'il y ait diplôme ou pas, mais ces initiatives sont très intéressantes. Des associations, des mairies, des entreprises organisent des formations. Cela permet d'avoir des personnes formées mais il n'y a pas d'obligation. Les formations se font sur la base du volontariat. Et si on passerait à 15-20% de la population, cela signifierait que statistiquement quand un événement se passe, si une personne sur cinq est formée, cela signifie que des gestes d'urgence seraient réalisés. Le premier maillon est essentiel, et cela concerne les premiers témoins."

Sponsorisé par Ligatus